Les jeunes filles de la Maison Ste Anne de Sebourg et du centre de Condé-sur-l’Escaut ont foulé les planches du Phénix, mercredi. Un partenariat entre la Scène Nationale et la Direction Territoriale de Prévention et d’Action Sociale du Valenciennois ( DTPAS).

Depuis deux saisons, cette collaboration étroite entre le Phénix et la Direction Territoriale de Prévention et d’Action sociale du Valenciennois permet d’appliquer les valeurs d’ouverture, de solidarité et d’innovation auxquelles est attaché le Phénix. Dorothée Deltombe, directrice de projets à la Scène Nationale nous en parle « c’est développer l’autonomie des personnes, la cohésion sociale, l’exercice de la citoyenneté et prévenir les risques d’exclusion sont au cœur de notre partenariat qui se décline sur le territoire sous différentes formes.» Des ateliers de pratique artistique dans les maisons d’enfants avec près de 80 heures d’ateliers qui donnent lieu à une restitution en fin de saison, la diffusion du spectacle L’Effilochée, pièce écrite par Arnaud Henry de Frahan, interprétée par la Compagnie Les bâtisseurs de possibles afin de favoriser le débat autour du placement ou encore le parcours de spectateurs avec 300 places offertes, à destination des familles accompagnées par le Département ( les enfants placés et les assistants familiaux), des parcours qui leur permettent de découvrir divers univers artistiques et d’aborder, parfois,  certaines thématiques autrement, par le biais du spectacle, dans un autre contexte, ce qui favorise le dialogue avec les enfants.

La restitution des Ateliers menés avec la maison des jeunes filles de Sebourg.

Quelle peut paraître grande cette scène du Phénix…c’est là que plusieurs dizaines de jeunes filles de la maison  Ste Anne de Sebourg et du Centre de Condé sur l’Escaut, accompagné des encadrants,  ont procédé à la restitution des Ateliers d’enfants. Devant une assistance nombreuse, parents, amis ou encore invités, elles ont, avec beaucoup de talent, déroulé un aperçu des exercices préparés tout au long de l’année. Démontrant ainsi qu’elles avaient atteint de nombreux objectifs depuis leur entrée aux Ateliers. Des progrès réalisés sur scène, qui seront sans aucun doute, des progrès pour la vie.

Un spectacle, L’Effilochée, de la Compagnie Les bâtisseurs du possible.

L’Effilochée où comment raconter l’histoire d’une famille qui rencontre des difficultés pour élever leur enfant. Par le biais de ce théâtre d’objets, le thème du placement familial y est largement évoqué. Un fil conducteur qui permet d’aller à la rencontre de différents publics concernés de manière directe ou bien indirecte. Au Phénix, ce spectacle tourne depuis quelques années, afin de faciliter et d’engager le débat autour du placement familial.

La directrice de projets, Dorothée Deltombe, détaille « elle a été présentée à des enfants placés en famille d’accueil, aux professionnels des services sociaux et médico-sociaux des Unités Territoriales de Prévention et de l’Action Sociale ( UTPAS), à ceux des services d’Action Éducative  en Milieu Ouvert,  aux professionnels de l’Education Nationale sur les territoires de Condé-sur-Escaut, Onnaing, Denain, Raismes, Sebourg, Aulnoy-lez-Valenciennes. »

L’année prochaine, dans la boîte à projets, il y aura encore des ateliers avec les maisons d’enfants et une restitution, le parcours du spectateur, l’atelier nomade sur la naissance, et L’Effilochée tournera encore et encore sur le territoire à la rencontre du public. Le théâtre au service de la vie. La confiance et la sécurité d’une douce main tendue.

Publié par Celine Druart le 9 juin 2017

Quand le théâtre aide à la vie.
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly