Margaux Houriez a 26 ans, elle vit et travaille à Valenciennes, et cela fait maintenant un peu plus de trois années qu’elle a créé son autoentreprise/marque : « L’Oiseau Rare », un nom qui lui va à merveille, tant son travail est à aborder avec douceur et délicatesse, pour capturer la subtilité du geste de Margaux.

Mais avant de Parler de l’Oiseau rare, découvrons le parcours de Margaux, sa créatrice.

Après avoir obtenu son bac, elle avait pour souhait de faire une école de stylisme : « J’ai toujours été très attirée par le textile », mais elle a finalement revu ses envies et s’est tournée vers une licence d’Arts plastiques puis d’un Master Arts et management artistique.

C’est au cours de ses années d’étude que sa pratique artistique à fleurie et que son regard et son intérêt pour les images de familles se sont développés par le biais de trois principaux mediums : l’installation vidéo, la gravure et la broderie. L’oiseau rare commence à naître sans qu’elle en soit forcement consciente.

Parallèlement à ses études, elle multiplie les expériences professionnelles plutôt dans le domaine des relations publiques, d’abord auprès de l’équipe de l’Espace Pier Paolo Pasolini dans le cadre de différents événements comme le Festival Next ou encore Le Carrefour International.

En 2016, elle ose laisser prendre son envol à son Oiseau rare.« Il volait autour de moi depuis un moment déjà sans que j’en m’en rende compte ».

Elle avait eu l’occasion de travailler sur différents projets: la réalisation de l’ensemble des illustrations de la pochette d’album de Lobsang Chonzor « Echos du Tibet », également un travail davantage tourné vers le textile avec la conception et la réalisation de costumes dans le cadre d’un atelier théâtre, mais aussi la réalisation de faire parts en gravure pour des proches, et enfin sa pratique personnelle, sous-jacente et omniprésente.

« Tout cela a finalement trouvé sens ensemble et c’est en Septembre 2016 que je crée l’Oiseau rare, une micro entreprise sous laquelle s’assemble plusieurs savoir-faire et qui a pour cœur la conception et la réalisation d’objets uniques ! ».

On peut alors demander à Margaux d’imaginer et de concevoir l’ensemble du projet mais aussi de travailler en collaboration pour la réalisation de sacs ou vêtements brodés, de faire-part et même en co-création. On peut également faire un atelier « clef en main » ou complètement personnalisé.

Actuellement, elle travaille au centre culturel l’Odyssée (Chasse Royale à Valenciennes) en tant que médiatrice culturelle, une expérience pour elle « enrichissante tant professionnellement qu’humainement ». Elle a alors l’opportunité de mener des ateliers autour de la gravure et de la broderie auprès de différents publics et dans des contextes très différents, avec, elle l’avoue, une petite préférence : « J’apprends beaucoup de toutes ces rencontres, mais je dois bien avouer que mon Cœur de chewing-gum est souvent touché par la spontanéité des enfants ! ». Margaux et l’oiseau rare sont intimement liés.

La rencontre est un des mots clefs du travail de Margaux : « Chaque rencontre enrichit et colore un peu plus le plumage de mon Oiseau ! « . C’est très important pour elle de ne pas rester « autocentrée » sur son travail, de rester toujours ouverte à l’échange.

Depuis quelques temps, Margaux propose des ateliers à domicile.Ce n’est pas elle qui impose le thème mais la création est participative : « Il est tout à fait possible par exemple qu’avec le client nous pensions ensemble un motif basé sur un dessin, un souvenir ou autre… »

Il est également possible aussi de réaliser son faire part de mariage, de naissance de son enfant sous forme d’atelier. Margaux et l’Oiseau rare sont finalement devenus indissociables. Les motifs de son travail personnel naissent pour la plupart du temps, d’une photo, d’une dictée pleine de fautes retrouvée dans un cahier d’école de ma grand-mère, d’un dessin de sa filleule…

Son attache aux images de la famille et de tout ce qui constitue sa pratique artistique, elle essaye aujourd’hui de les faire émerger dans ses ateliers menés avec l’Oiseau RARE.

Elle travaille en ce moment sur une collection capsule un peu particulière liée à l’histoire de son arrière-grand-père : « Ça me plait de me dire que certaines pièces de ce type se situe entre quelque chose que je pourrais tenter d’exposer et le vêtement destiné à être porté ».

Finalement, Margaux tu préfères créer ou faire créer ?

« J’adore créer, que ce soit en broderie ou en gravure. C’est toujours un moment presque de « méditation » et à la fois c’est hyper excitant de voir une idée, jusque-là imaginée, prend vie ! »

La technique de la broderie lui a été apprise par sa grand-mère, c’est avec une volonté toute particulière qu’elle a envie, à son tour de transmettre ce savoir-faire.

Comment vit-elle cette période ?

« En ce moment je m’active beaucoup à la réalisation des commandes de mes clients, j’espère leur apporter par le biais de mes créations un peu de couleurs dans cette période si grise. Je dessine beaucoup puis je continue des projets qui me tiennent à cœur et qui étaient un peu mis de côté non pas faute d’envie mais de temps ».

« La créativité à plein de niveaux différents fait se sentir très libre. Les possibilités sont sans limite et même si ma nature qui a tendance à s’éparpiller s’y perd parfois, c’est très stimulant ».

Si vous avez envie de rencontrer Margaux, pour vous aider à élaborer un projet, qui pour l’instant n’est qu’une idée ou tout simplement se laisser émerveiller par son univers, vous pouvez la contacter.

Facebook :https://www.facebook.com/loiseaurarevalenciennes/

Instagram : https://www.instagram.com/l.oiseau_rare/?hl=fr

Jane Huvelle

Publié par Jane Huvelle le 22 avril 2020
artiste l'oiseau rare Margaux Houriez Valenciennes
Margaux Houriez, un oiseau rare !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email