Lettre ouverte du Boulon, par Communiqué de presse.

Le conseil d’administration du Boulon vous a alerté la semaine dernière concernant un désengagement de la municipalité à un mois du festival et vous avez été très nombreux à nous adresser des messages de soutien, de sympathie, de solidarité pour défendre ce festival – UN BIEN COMMUN – qui fait partie de votre vie, de votre histoire, de votre mémoire.

Oui, cette association du Boulon qui a fait naître les Turbulentes et fait connaître la ville de Vieux- Condé, est un BIEN COMMUN. Et au fil de ses vingt-cinq ans d’existence, elle a survécu à bien des vents contraires et a toujours su réunir en chemin des personnes déterminées et enthousiastes pour faire grandir son projet de Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public.

Aujourd’hui, cet élan de soutien citoyen nous conforte dans le fait qu’il ne faut pas rester sans mot dire quand on doute de la justesse d’une action et de la nature d’une méthode. Et parce que l’art et la culture partout et toujours doivent être protégés, parce qu’ils sont notre BIEN COMMUN, il est de notre responsabilité de réagir.

Alors, avec responsabilité et conscience, et

• Parce que ces trois jours de partage, fruits de longs mois de travail, sont une des plus belles

occasions pour échanger du sens, du sensible, de l’imaginaire,

• Parce qu’ici à Vieux-Condé, elles font le bonheur chaque année de 35 000 personnes, artistes,

habitants, professionnels, boulonneurs, bénévoles, petits, grands, ….

• Parce que nous avons à coeur de prendre soin de nos espaces de création, de rencontres, de

liberté, d’actions partagées dans la cité,

• Parce que « Créer c’est résister – Résister c’est créer » nous disait avec affection Stéphane Hessel,

nous célèbrerons le printemps de mai avec vous du 4 au 6 mai à Vieux-Condé en organisant cette 20ème édition des « Turbulentes ».

Cependant, cet épisode, qui donne actuellement lieu à un travail de bonne volonté avec nos autres partenaires, nous engage une fois de plus à ne pas baisser la garde et nous vous invitons à venir très nombreux témoigner, par votre présence aux Turbulentes, votre attachement au Boulon et à son festival. Un badge de soutien vous sera proposé au Pôle accueil durant le festival.

A vite du bonheur de vous retrouver sur le pavé.

Françoise MASCOTTO, Présidente du Boulon et les membres du conseil d’administration.

Et pour reprendre le magnifique Higelin, amoureux des arts de la rue – Président d’honneur du Temps des Arts de la Rue, que nous avions invité à Vieux-Condé le 30 mars 2001 : « Les choses arrivent à qui est disponible pour les vivre, les entendre ou les voir… Sinon, il ne se passe rien ». Salut l’artiste.

Par Communiqué de presse du Boulon.

Céline Druart Beaufort

Publié par Celine Druart le 10 avril 2018

Les Turbulentes. Lettre ouverte du Boulon.
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email