Lettre ouverte aux agglos de la FTIAVAL et la liste des associations des unions commerciales signataires : 

Union du commerce Anzinois, Association Atrésienne Active, Unipa, UAC Beuvrages, Ucab Bouchain,Ucab Bruay sur Escaut, UCAM Marly, UCA Crespin, UC St Saulve, UCI Saultain, Boutiques de Valenciennes, Condé Commerces, UCA Denain, G-CAD Douchy les Mines, UCA Escaudinois, Avesnes Passions, UCAL des 4 villages Etroeungt, UC Feignies, UC Jeumont, UCAL Landrecies, Les Boutiques Quercitaines, Maubeuge Shopping, « Les 5 Etoiles » Sains du Nord, UC Sars Poteries, « La Mosaïque des savoir-faire Cartignies, « Shop In Cambrai », UCA Caudry, UCA Clary, UC Escaudoeuvres, Le Cateau Exoansion, Union Dynamique Solesmoise,

Monsieur le Président,

Depuis 1969, la FTIAVAL fédère les Unions Commerciales et Artisanales des arrondissements de Valenciennes, Cambrai et Avesnes sur Helpe, ce qui représente près de 1000 commerçants, Artisans et professions libérales, répartis dans 30 unions commerciales et artisanales.

Elle les représente dans les organismes économiques, sociaux et juridiques ainsi que dans les chambres consulaires. Dans la crise que nous traversons, un certain nombre d’aides ont été octroyées aux très petites entreprises par l’état, les régions et vos collectivités, ce dont nous vous remercions . Ces aides ont permis de faire partiellement face à des dépenses urgentes, reports de charges et cotisations obligatoires diverses. Si elles ont essentiellement permis de soutenir en partie les trésoreries, elles n’ont pas permis de faire face aux loyers, factures des fournisseurs , voire aux charges courantes… ; elles n’ont pas permis non plus à ces petits entrepreneurs de se verser ne serait-ce qu’un modeste revenu.

Avec la persistance de la pandémie , le re-confinement oblige bon nombre à ne plus travailler, la situation ne fait que s’aggraver, des années de travail pour bâtir une entreprise et une réputation sont annihilées en quelques mois, et en cas de faillite ou cessation d’activité, ces moments de crise révèlent crûment la faiblesse des protections sociales des travailleurs indépendants.

Nos petits entrepreneurs, animateurs de vos villes et bourgs sont le dos au mur et de plus en plus désespérés, ils sont au bord de la rupture.

C’est dans ce contexte de délitement du tissu économique qu’est apparue l’échéance de paiement de la CFE. Aussi nous vous prions d’accéder à notre demande de surseoir à la perception de cette taxe, voire d’en moduler le montant, mieux de l’annuler pour 2020. Ceci fera sans doute un manque à gagner dans l’immédiat qui sera largement compensé par la suite s’il apporte une modeste contribution à la solidarité et la survie de nos entreprises de proximité.

Une initiative complémentaire, à savoir la prise en charge partielle ou totale des loyers, serait également la bienvenue : comme la précédente elle aiderait ces mêmes entreprises à tenir la tête hors de l’eau. Toute autre initiative de votre part sera la bienvenue,

Avec nos remerciements, veuillez agréer, Monsieur le Président, à l’expression de nos sentiments respectueux.

Guy-Paul Simon, président de la FTIAVAL et son bureau,

Publié par Daniel Carlier le 14 novembre 2020

Lettre ouverte aux agglo sur la CFE et les loyers
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email