A quelques jours du St Cordon, nous avons rencontré Jean-Michel Szafran, diacre permanent et conseiller municipal à Saultain. Il nous parle de l’actualité, du St Cordon revisité, des attentats, du vivre ensemble et nous livre une note d’espoir.

Jean-Michel Szafran : «Ils n’ont pas d’Humanité. Ils sont entrés dans notre subconscient. Nous y pensons forcément dans tous les moments de notre vie».

Ordonné diacre le 17 novembre 2013, Jean-Michel Szafran est foncièrement solidaire, «je veux partager, il ne faut pas avoir honte d’en parler, ni de le montrer». Face à tous « ces fossés qui se créent, il nous faut essayer de faire des ponts pour les traverser ». Il nous accueille chez lui, avec Florence son épouse, en toute simplicité de cœur.

Va-infos : Vos réactions sur toute cette violence, le meurtre du prêtre, le père Hamel, à l’intérieur de l’église de St Étienne-du-Rouvray en juillet.

J.M.S. : «C’est très compliqué de poser des mots sur de tels actes. La mort d’un prêtre en France à l’autel, c’est un symbole qui tombe. Il a fallu qu’un prêtre meurt pour réagir. Ils n’ont plus de limites. Ils ont des valeurs qui ne sont pas les nôtres. Ils n’ont pas d’Humanité. Ils sont entrés dans notre subconscient. Nous y pensons forcément dans tous les moments de notre vie. Suite à ces actes monstrueux, beaucoup de gens ont demandé un temps de recueillement, tous ensemble. Il y avait beaucoup de personnes « loin » de l’église».

Va-infos : Quelques jours après, une messe, à Bruay, a rassemblé chrétiens et musulmans. Tous unis dans ce geste pour la paix pour montrer qu’il est possible de vivre tous ensemble.

J.M.S. : «Oui, le dimanche suivant, nous avons organisé une messe avec Michel Humez, il y avait autant de chrétiens que de musulmans. C’est un geste pour la paix. Il ne faut pas faire d’amalgame, même s’ils ne sont pas habillés comme nous. Les musulmans étaient venus nombreux dire leurs désaccords avec les gens qui sèment la terreur en France. Le vivre ensemble est le b.a – ba de toute l’humanité, de toutes les religions. Vivre ensemble dans le respect de nos différences. Il est de notre responsabilité de continuer à découvrir l’autre différent».

Va-infos : Devons nous changer notre façon de vivre dans ce pays que l’on aimerait en paix face au bruit et à la fureur qui résonnent tout autour de nous ?

J.M.S. : « Alors oui ça change notre façon de vivre… ça change même le St Cordon. C’est la façon de vivre du monde qui va changer. Aujourd’hui, on parle à des gens à des milliers de kilomètres et on ne sait pas parler à son voisin. On a perdu notre sourire. On a perdu le lien. Mais c’est l’Humanité qui fait vivre.».

Va-infos : Justement le St Cordon est maintenu cette année, les 10 et 11 septembre prochains, mais c’est une version revisitée pour face à cette question de sécurité. La messe, le grand tour, le déplacement de la statue de Notre Dame en camion…Qu’en pensez vous ?

J.M.S. : «La messe sera célébrée place d’Armes le dimanche 11 septembre, c’est une première. La statue Notre Dame du St Cordon voyagera en camion, c’est une œuvre d’art, c’est pour la protéger, par précaution. Les Royés veillent sur elle. Seulement il y a des gens qui veulent la voir, la toucher, qu’elle s’arrête près d’eux…là on ne sait pas, il va y avoir un manque. Les pèlerins sont invités à faire le Grand Tour par eux mêmes avec des pauses spirituelles dans l’église Sacré Cœur, Sainte Croix, Saint Michel, La Briquette…»

Va-infos : Le diacre, cette autre image de l’église, a une place particulière dans notre société. Vous êtes un homme d’église mais aussi un homme impliqué dans la vie municipale de votre commune.

J.M.S. :«Oui, tout à fait. Les deux sont liés. Être diacre, c’est aider, accompagner et éclairer les autres, mais c’est aussi désirer être aidé, accompagné et éclairé. Une rencontre humaine ne se fait pas à sens unique. Tout être humain est source de générosité. Parfois la source est profonde, il faut avoir beaucoup de patience pour que l’eau jaillisse. Aider, accompagner et éclairer, ce n’est pas une personne qui essaie de tirer l’autre d’un faux pas, c’est une personne qui fait découvrir à l’autre qu’il est capable de surmonter un problème».

Va-infos : Comment redonner de l’espoir aux gens, vous qui avez «les pieds bien ancrés dans les réalités de ce monde et la tête à la recherche de la lumière divine» ?

J.M.S. : «C’est tellement facile d’être dans la contestation, moi j’aime construire. J’aime construire mais tous ensemble, construire tout seul ne sert à rien. C’est dans le cœur des personnes que je vais chercher le soleil. Parfois ce n’est pas évident, mais il y a toujours quelque chose de positif à faire grandir quelqu’un et aussi à trouver comment le faire grandir. On délivre des paroles d’espérance, de partage, les textes datant d’ environ 2000 ans sont encore d’actualités…»

Va-infos : Jean-Michel Szafran, une note d’espoir pour le mot de la fin.

J.M.S. :«Nous tous, les uns et les autres, nous avons un dénominateur commun : les enfants. Aimer son enfant et vouloir pour lui le meilleur. Le meilleur c’est de vivre en paix et dans le respect des autres».

Ça c’est dit. La tradition religieuse ne doit pas dresser des murs mais plutôt construire des ponts.

Les textes ne doivent pas devenir les armes du fanatisme mais des espaces de débat et de rapprochement des personnes. La liberté de croire, la liberté de ne pas croire, la liberté de penser…Gandhi avait raison, le vivre-ensemble c’est de la tolérance et de l’amour de l’autre, «la règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle».

Publié par Celine Druart le 2 septembre 2016
Conseiller municipal Jean-Michel Szafran Saultain
Diacre, Jean-Michel Szafran réagit sur l’actu «on a perdu notre sourire»
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email