Depuis peu, à l’échelle de cette institution, le mouvement maçonnique a décidé de s’ouvrir plus vers le grand public afin de mieux se faire comprendre. Vendredi dernier, une réunion presse avant une conférence publique était organisée dans le quartier St Waast sur Valenciennes.

La franc-maçonnerie, des idées et des citoyens

S’il existe un organisme, en France tout au moins, perçu comme opaque, mystérieux, impénétrable, c’est bel et bien le mouvement maçonnique. Et ce que l’on ne connaît pas intimide, fait peur et laisse place aux explications les plus surprenantes voire extravagantes. C’est ainsi depuis la nuit des temps, la méconnaissance est le fruit de la rumeur. A l’heure du numérique et des réseaux sociaux, il apparaît extrêmement ardu de maintenir cette ligne de conduite du secret permanent.

Ainsi, l’idée de venir à la rencontre du public s’avère brillante même si elle n’occulte pas la critique. Dans cette optique, Philippe Charuel, Grand Maître de la Grande Loge de France, était présent vendredi soir à Valenciennes pour une réunion publique. Avant cette soirée, il s’est entretenu avec la presse locale sur l’objectif de ce type de rencontre.

Dans l’oeil du viseur

Tout d’abord, le locuteur de 62 ans est depuis 32 ans Franc-maçon et figure depuis 18 ans dans l’organe dirigeant de la franc-maçonnerie française. Elle est composée de 33 personnes au niveau national. « La franc-maçonnerie est une autorité et nous sommes en constante progression. Il y a 30 ans, nous étions 14 000 en France, en 2016 nous avons atteint les 34 000 frères répartis dans 900 loges sur l’hexagone et les Dom-Tom », explique Philippe Charuel.

Comme pour toute chose, il existe une explication à tant de discrétion au sein de cette autorité « il faut savoir que dans notre histoire, les Francs-maçons ont été pourchassés et leur appartenance leur a coûté la vie« , précise le conférencier. Effectivement, certaines périodes de notre passé tricolore se sont acharnées sur le mouvement maçonnique comme sous le gouvernement de Vichy par exemple.

L’objectif de la franc-maçonnerie ?

« En 2015, je fus élu Grand Maître de la Grande Loge de France pour 3 ans et mon objectif est de présenter la franc-maçonnerie. Nous subissons des articles de presse voire des réseaux sociaux très délétères. En réponse, je pense qu’il faut nous expliquer, notre volonté de transparence est essentielle« , ajoute-t-il.

Synthétiser en une phrase le mouvement maçonnique apparaît très présomptueux car cela voudrait sous-entendre qu’une idée se résume. Pourtant, l’objectif final de cette autorité est de « faire passer des idées. C’est une démarche personnelle pour s’élever soit-même« , commente Philippe Charuel. Démarche culturelle, humaniste car de la confrontation pacifiste des idées naît une meilleure compréhension de l’un et de l’autre, le fameux mieux-vivre ensemble repris à bras le corps dans une cacophonie politique.

« Nous sommes un mouvement laïque, mais nous n’avons aucune opposition avec les communautés religieuses. Des prêtes, des rabbins et des imams viennent discuter au sein de notre autorité. Il y a une différence (très marquée) entre le fait religieux et les religions« , souligne Philippe Charuel. On l’a compris, la franc-maçonnerie est à l’écoute des aspirations et des idées religieuses sans pour autant choisir une inclination plutôt qu’une autre.

Tout cela ressemble à son influence supposée dans le domaine politique « des listes de politiciens présumés francs-maçons circulent, c’est une légende…« , souligne-t-il car c’est le grand jeu actuel. Quel est le politique, candidat à la présidentielle, soutenu par la franc-maçonnerie française ? La réponse est assez simple « nous n’avons aucune obédience politique particulière, nous sommes uniquement contre les extrêmes. D’ailleurs, pour notre repas annuel- le Dîner de la Grande Loge-le choix du président d’honneur est très divers« , souligne-t-il. En 2016, c’était François Baroin, président de l’Association des Maires de France mais Christiane Taubira, Jean-Louis Debré, Jean-Paul Delevoye voire Najat Valaud-Belkacem ont déjà présidé ce repas où la communauté journalistique et le monde politique se pressent sauf que… Vous avez deux repas identiques, celui du Crif et le Dîner de la Grande Loge, l’un est un grand rendez-vous médiatique et l’autre se déroule dans le plus parfait anonymat ! Cela fait partie de ce voile un peu mystérieux qui entoure le mouvement maçonnique.

« Il n’y a aucune croisade, l’objectif est réellement l’élévation personnelle de chacun« , ajoute Philippe Charuel. Devenir meilleur, noble cause, mais ô combien difficile car de l’imperfection naît le pire et le meilleur de l’homme.

Pas qu’un cycle…

A travers toute la France, un cycle de conférence est programmé. Au menu, vous avez également des tables rondes avec la jeunesse : « Nous avons été époustouflés des contributions de jeunes de moins de 30 ans lors de notre première édition« . Toutes ces initiatives ont un objectif précis car l’ignorance cultive les extrêmes et rend le commun des mortels beaucoup plus vulnérable.

En synthèse, cette démarche volontariste ne répond pas à toutes les questions que suscitent cette autorité très influente. Pour autant, elle a au moins l’immense mérite d’apporter quelques réponses, une esquisse constructive pour un avenir tourné plus encore vers la cité… !

Publié par Daniel Carlier le 17 octobre 2016
Franc-Maçonnerie Franc-Maçons Philippe Charuel
La franc-maçonnerie s’ouvre au public !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email