Encore une fois, le résultat du VAFC s’est dessiné dans les ultimes secondes de la rencontre, un 3-3…rageant, agaçant, frustrant qui plonge le club de Valenciennes dans le dur.

Après Lens, Nîmes, Bourg-en-Bresse a réussi à faire douter et renverser la confrontation avec le VAFC. Faruk Hadzibegic, entraîneur du VAFC, résume parfaitement l’état de l’art : « On devient trop gentil. Nous laissons à l’adversaire l’occasion de ne pas nous respecter« .

1ère mi-temps terne

Pourtant, les Valenciennois ont entamé, comme d’habitude, avec de belles intentions offensives avec notamment Da Costa et Diarra en pointe. Dès la 7ème minute, sur un terrain glissant à souhait, le portier adverse rate sa sortie après une glissade permettant à Da Costa de mettre le ballon au fond des filets vides. Belle opportunisme sur lequel va s’appuyer l’élan offensif du VAFC. Sebastien Roudet fut omniprésent par son inlassable activité mais pas toujours heureux dans le dernier geste. A plusieurs reprises, des contres-attaques n’ont pas été exploitées par les hommes de Faruk Hadzibegic.               !

Il n’en fallait pas moins pour remettre au goût du jour les carences défensives du VAFC. A la 29ème minute, un véritable mouvement d’école des visiteurs avec un débordement sur l’aile gauche, puis un centre avec une reprise du plat du pied, par Berthomier, dans la surface comme à l’entraînement !

Une action dont l’effet fut de galvaniser l’équipe de Bourg-en-Bresse, des offensives stopper avec brio, par deux fois, par le portier valenciennois, Damien Perquis. « Nous méritions de mener au score à la mi-temps« , explique Hervé Della Maggiore, le coach visiteur.

Hervé Della Maggiore

Hervé Della Maggiore

Globalement, cette première période fut terne, sans dynamisme, sans relief malgré quelques coups à jouer. Les murs ont dû trembler dans les vestiaires car la seconde mi-temps fut d’une toute autre facture « assez bizarre, avec des occasions suite à des erreurs de l’adversaire, 45 minutes totalement débridées« , précise l’entraîneur de Bourg-en-Bresse.

Tout feu, tout flamme !

Un peu folle ces 45 dernière minutes avec dès la 49ème minute, un slalom de Diarra mystifiant à l’entrée de la surface, par un petit pont, son adversaire direct, puis décochant une frappe partie mourir sur le poteau, quelle action !

52ème minute, un gri-gri de Diarra sur l’aile gauche déclenche un mouvement collectif d’une grande pureté mais Roudet rate le dernier geste avec un tir non cadré.

Entré à la fin de la 1ère mi-temps, Tameze amène sa fougue, son punch, sa vitesse. C’est le dynamiteur de ce temps fort du VAFC. Pourtant, sur une percée du redoutable Guillaume Heinry de Bourg-en-Bresse, il trompe Perquis d’un habile extérieur du pied à la 61ème minute.

Un méfait de l’équipe adverse qui ne fut pas longtemps impuni. Suite à une nouvelle erreur défensive, Da Costa fusille aux six mètres le portier Julien Fabry à la 63ème minute.

nery389Une bouffée d’oxygène, un temps de respiration dans lequel les hommes de Faruk se sont engouffrés. Un rythme un peu fou avec des occasions, coast to coast, et sur un nouveau mouvement collectif magnifique, à la 73ème minute, Diarra catapulte un ballon relâché par le gardien dans les filets. En effet, suite à un ballon non capté par le gardien sur un tir lointain, toujours du troublions Tameze, Diarra était à l’affût pour faire passer le VAFC devant. Il mène 3/2 à la 73ème minute. Là encore, le VAFC se procure plusieurs occasion sans succès.

Et ce qui était redouté arriva, comme contre Nîmes voire Lens, un attaquant de Bourg-en-Bresse obtient un pénalty très très litigieux à la 90ème minute, une faute hors de la surface qui s’achève dans la zone de vérité. Un coup de sifflet qui fait mal et une transformation par Del Castillo qui agace au plus haut point. Pour autant, le coach ne cherche pas d’excuses « il faut chercher nos erreurs. J’ai une bonne équipe mais nous sommes dans le dur« .

Sur les sifflets du public à la fin de la rencontre, il est également sans concession pour ses joueurs « le public est le baromètre de tout. Vous avez 15 000, 20 000 personnes lorsque nous jouons bien« , note l’entraîneur du VAFC et aujourd’hui 6 417 supporters étaient dans les gradins.

Pour sa part, l’entraîneur de l’équipe adverse était agréablement surpris par la performance offensive de son équipe. « Nous restons sur une bonne dynamique en championnat avec une victoire et deux nuls. Nous avons bien réagi suite à notre élimination en Coupe de France avec certains jouteurs, alignés, très revanchards« .

La conclusion pour le coach du VAFC « il faut travailler, moins parler mais nous pouvons faire beaucoup mieux » et sachant que son équipe se déplace vendredi prochain à Orléans, relégable. Incontestablement, ce sera un tournant de l’année.

Le VAFC est descendu à la 14ème place du classement de ligue 2.

Publié par Daniel Carlier le 19 novembre 2016
Faruk Hadzibegic VAFC
Faruk Hadzibegic « nous sommes loin de notre niveau »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email