Dans un climat de turbulences politiques inédit sous la 5ème république, les acteurs locaux demeurent la boussole des convictions politiques d’un parti ; entretien avec Frédéric Bigot, membre du parti EELV et très probable candidat aux législatives sur la 20ème circonscription (Amandinois).

Frédéric Bigot, des convictions et des constatations

Frédéric Bigot, 45 ans, juriste en droit de l’environnement, était le candidat EELV à la législative partielle, en juin 2014, sur la 21ème circonscription suite à la démission de Jean-Louis Borloo.

Cohérence d’un parti politique

Bien sûr, le citoyen, voire même le militant d’un parti politique, est assez abasourdi par une actualité politique quotidienne aussi éruptive. Le parti écologiste (EELV) demeure ancré à gauche même si : « Je n’aspire qu’à une chose, celle d’une situation à gauche qui se stabilise. Il faudrait plus de cohésion, moins d’égo, et une véritable action de groupe« .

Les primaires de gauche sont le rendez-vous attendu même si le constat est sans concession. Frédéric Bigot souhaite ardemment qu’Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélanchon participent à cette primaire fin janvier « Macron, Mélanchon, peu constructifs et très destructifs« . Il point du doigt plus encore le candidat choisi par le Parti Communiste français « par sa présence, il fait perdre la gauche, par son absence, la gauche à une chance, mais l’égo de Jean-Luc Mélanchon sera sans doute le plus fort« .

Concernant son parti EELV, il espère que « le cap de la crise est passé« . L’éviction de Cécile Duflot, véritable indicateur d’une tendance à couper des têtes, n’est plus dans l’actualité. « Le nouveau président du parti EELV, Yannick Jadot, est plus rassembleur. Il est en train de co-construire un programme pour la présidentielle. Ce dernier, j’ose le dire, sera  un programme du XXIème et pas d’autodestruction comme d’autres« .

Ensuite, il est indéniable que le dispersement de la parole écologique diminue son impact. Il fustige certains comportements « de trahison des valeurs et convictions d’EELV pour un poste de ministre« . Eternel débat, peut-on défendre plus à l’intérieur le développement durable qu’à l’extérieur d’un gouvernement ? Une question jamais tranchée mais pour ce qui est de l’image, le passage de Cécile Duflot demeurera une catastrophe médiatique pour ce parti politique.

EELV présent dans les 3 circonscriptions de l’arrondissement

En 2012, le parti EELV aux législatives n’a présenté que deux candidatures dans la 20ème et dans la 21ème mais pas dans la 19ème. Cette fois « nous serons présents sur les 3 circonscriptions. Je serai probablement candidat sur la 20ème circonscription (Amandinois), Jeanine Lecaille sera probablement candidate sur la 21ème circonscription (Valenciennois) et sur la 19ème, il reste des incertitudes sur la personne mais la candidature d’EELV sur le Denaisis est acquise« .

Clairement, ce parti politique est à la croisée des chemins entre des convictions, des lignes de fractures claires et des élections. Frédéric Bigot est limpide « nous voulons être présent dans les 3 circonscriptions pour faire entendre la voix de notre parti. EELV ne doit pas être un alibi pour les autres partis avec comme seule initiative,  une couche de peinture verte dans leur programme… ! »

Sur la 20ème (Amandinois)

Frédéric Bigot pointe du doigt un sujet ultra sensible, la décharge Malaquin : « La décision inattendue de la fermeture de cette décharge pose question« . Même si la nouvelle surprise est extrêmement positive pour la population amandinoise, Frédéric Bigot s’interroge  » cache-t-on quelque chose. ? Je serai très attentif à cette fermeture au 31 décembre et surtout quels sont les risques ? On ne détecte que ce que l’on recherche !« .

Voilà le rôle de vigie que veut jouer ce militant EELV afin de mettre en exergue, mais pas que durant cette campagne, une écologie politique… de terrain !

Sur la 19ème (Denaisis)

« Le Denaisis est un concentré de toutes les problématiques environnementales que nous pouvons rencontrer en France », explique Frédéric Bigot. « Evidemment, la présence de l’ancienne Friche Usinor (80) hectares, mais pas seulement, positionne ce territoire comme le Triangle des Bermudes environnementales« .

Il souligne le travail de qualité de Solange Lemoine, élue de la commune de Denain, mais également au sein de l’association Denain Ecologie « c’est un bon travail sur cette thématique« .

Des problématiques apparaissent dans chaque commune et parfois « la seule solution, pour un problème très localisé, est rendue possible par une intervention intercommunale. En l’occurrence, je fais appel à la conscience civique des élus afin de dépasser les clivages politiques« , commente Frédéric Bigot.

Sur la 21ème (Valenciennois)

La problématique est plus globale « ce secteur du Valenciennois est celui qui connaît la plus forte pollution de l’air et notamment sur la ville de Marly« , indique le militant EELV. Positionnement géographique, proche de l’autoroute, beaucoup de facteurs rentrent en compte et « sous l’impulsion de Jeanine Lecaille, nous avons obtenu la mise en place de capteurs supplémentaires pour évaluer la qualité de l’air sur cette ville de Marly« , ajoute Frédéric Bigot.

Le Valenciennois, comme l’arrondissement d’ailleurs, connaît un problème sanitaire indéniable et en terme de pollution de l’air, les bouchons actuels, évitables pour certains avec une graduation des travaux locaux, ne diminuent pas l’impact sur la santé des Valenciennois.

Connu ou inconnu politiquement…

Il suffit de lire les programmes de campagne des candidats aux élections politiques précédentes pour quantifier le volet environnemental  ! Le candidat putatif, Frédéric Bigot résume un classico politique local « ce sont trois circonscriptions que se répartissent le P.S, le PC et la droite républicaine sauf que le Front National arrive… Jamais une élection n’aura été aussi indécise sur ces 3 circonscriptions face au F.N« , explique-t-il

Sa conclusion est très intéressante et c’est d’ailleurs le premier à oser le dire ouvertement. Certes, un poids lourd du parti de Marine Le Pen sera présent (Sébastien Chenu) sur le Valenciennois, mais pour le reste, le talon d’Achille de ce parti était la candidature d’illustres inconnus, ou si peu, sur les différents territoires sauf que…

…En 2017, la perte de crédibilité presque totale de certains élus locaux, compte tenu du non respect de leurs engagements de campagne locale, de leur mode de gouvernance, des initiatives sans concertation, peu fiables voire peu lisibles, tout cela amène cette réflexion du militant EELV  » l’anonymat sera peut-être le crédit du F.N, des candidats vierges seront un atout tant les politiques connus locaux sont critiqués. c’est peut-être un virage politique jamais vu auquel nous pourrions assister« , commente Frédéric Bigot… à méditer !

Duflot, Sarkozy,Juppé, Hollande, la question n’est pas l’âge du capitaine mais le niveau de lassitude de la promesse non tenue et de l’excuse permanente pour se justifier… !  Comment cela se traduit-il en local ? Il suffit de rentrer dans un café, une heure avant une inauguration événementielle face au dit établissement, et d’écouter le ou la maire se faire laminer à travers des vécus, des brèves de comptoir… Pourtant, une heure après tout se passe avec des grands sourires, avec les mêmes personnes, pour l’inauguration et l’édile pense qu’il ou elle est toujours extrêmement populaire, mais avec quelques voix de plus en route vers le Front National… !

Publié par Daniel Carlier le 7 décembre 2016
Frédéric Bigot
Frédéric Bigot « Macron, Mélanchon, peu constructifs, très destructifs »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email