Au XXIème siècle, la récupération et le recyclage constituent un volet incontournable du développement durable. A ce titre, l’association Les Bouchons du Hainaut, basée à Condé-sur-l’Escaut, est devenue un acteur territorial de premier plan.

Les Bouchons du Hainaut, une association très fédératrice !

Sur le Valenciennois, cette initiative a démarré en 1999 dans le quartier Macou, sur Condé-sur-l’Escaut, avec Martine Pollet à la baguette de cette collecte artisanale baptisée les « Bouchons d’amour prenant de l’ampleur au fil des années« , souligne-t-elle. C’est une rencontre avec Roland Bouvart qui fut le déclic. Nouveau lieu de tri et de stockage, rue Molière sur Condé-sur-l’Escaut,  avec la constitution d’une association « Les Bouchons du Hainaut« , cette nouvelle étape a été franchie en 2005.

11 ans plus tard, plusieurs lieux de collecte sont opérationnels. Le site de base sur Condé-sur-l’Escaut, un autre sur Wavrechain-sous-Denain « où Jean-Paul Hottelart effectue une action remarquable de coordination de collecte sur le Denaisis« , explique Roland Bouvart.

Des bouchons très divers

bouchonshainutvertiAu premier abord, on résume la collecte aux traditionnels bouchons en matière plastique. « Nous récupérons également les bouchons en liège et en métal. Avec ceux en plastique, cela représente 50 tonnes par an dont 30 pour les bouchons en plastique, 15 sur la ferraille et 5 en cours de recyclage d’une année sur l’autre« , explique Roland Bouvart.

Avec une benne à disposition voire « deux si nécessaire« , souligne Martine Pollet, l’association collabore avec une usine de transformation située dans le Pas-de-Calais. « Les bouchons en plastique sont dédiés à la plasturgie, le liège est transformée en isolant thermique pour partie, le métal est traité comme de la ferraille de base« , précise Roland Bouvart.

Des partenariats forts ont été noués avec des entreprises, des institutionnels, c’est clairement le ciment en mouvement de cette collecte. Les grandes entreprises du territoire sont au rendez-vous comme Toyota « avec laquelle nous avons signé un partenariat en novembre dernier« , précise Roland Bouvart. Ensuite, Sevelnord, PSA Trith-st-Léger, Bombardier, 3M à Cambrai, les Sirops Guiot, le Centre commercial Leclerc à Bellaing, depuis 2009, mais également les cliniques Vauban et du Parc. « Ces établissements privés de santé nous ont donné des lits réformés en métal qui feront l’objet d’une déconstruction« , précise Roland Bouvart.

Ensuite, les collectivités locales répondent également comme « St-Saulve, Petite-Forêt, Raismes, St-Amand, Bruille St-Amand, Quarouble, Marly, La Sentinelle, Aubry-du-Hainaut, Vieux-Condé et Trith-st-Léger et même des écoles comme sur l’Amandinois, la ville de Denain et Wavrechain-sous-Denain où le maire fait lui-même la collecte des bouchons dans les écoles de Denain« , ajoute Martine Pollet. Tout de même, on s’étonne que la mairie de Condé-sur-l’Escaut ne soit pas le partenaire numéro un de cette idée généreuse, on n’est pas prophète dans son pays ! Heureusement que Coluche n’était ni de droite, ni de gauche…pour les restos du coeur !

Jean-Paul Hottelart, Roland Bouvart et Martine Pollet

Jean-Paul Hottelart, Roland Bouvart et Martine Pollet

Le tissu associatif n’est pas insensible à cette initiative à travers « une convention signée en octobre avec l’APEI du Valenciennois », précise Roland Bouvart. D’autres, comme l’APEI du Denaisis et des associations soeurs dont 3 situées en Belgique  « et notamment les Ptiots Bouchons sur Bernissart« , précise Roland Bouvart.

Au final des dons

Pour chaque tonne livrée, l’association reçoit 200 € ce qui permet depuis sa création d’effectuer des dons pour une somme annuelle variable entre 5 000 et 7000 €. Ces soutiens financiers sont réalisés en faveur des associations voire des particuliers « pour des soins non remboursés par la sécurité sociale ou non reconnus par l’ARS (Agence Régionale de Santé)« , précise Roland Bouvart.

Ouvert à tous

Martine Pollet tient à mettre en exergue la porte ouverte à tous pour le tri des bouchons. « Chaque mardi et samedi de 14h à 16H, chaque citoyen peut venir nous aider« , précise-t-elle. Le message est passé car chaque année, 800 à 1 000 participants viennent aider pour ce tri très précis.

En effet, même si les particuliers et entreprises trient de mieux en mieux, la mission reste complexe. « Sur les bouchons en plastique, il faut retirer pour certains les étiquettes voire le carton. Si les donateurs pouvaient, en amont, nous aider avant de venir… » précise Martine Pollet.

Voilà un bref portrait de l’engagement d’une association citoyenne au service de l’écologie, mais également d’une pédagogie sur le développement durable et de la générosité.

Publié par Daniel Carlier le 19 décembre 2016
Condé-sur-l'Escaut Jean-Paul Hottelart Les Bouchons du Hainaut Martine Pollet Roland Bouvart
Les Bouchons du Hainaut, acteur écologique
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email