Des trains de nouvelle génération commandés pour les lignes D et E du réseau SNCF en Île-de-France

Lors de son Conseil d’administration, la SNCF a retenu l’offre du consortium Alstom- Bombardier pour renouveler les trains des lignes D et E du réseau francilien.

Ce financement a été calibré pour un besoin estimé de 255 rames (125 pour le RER D et 130 pour le RER E), d’un montant estimé à environ de 3,75 milliards d’euros, est le plus important jamais financé par le STIF.

Pour Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France et du STIF : « Cette décision de la SNCF concrétise une commande historique du STIF, faite en juillet 2016 pour mettre en œuvre la Révolution des transport. Plus de 700 trains seront ainsi achetés ou rénovés pour moderniser le matériel roulant actuel, dont l’âge moyen dépasse les 30 ans. C’est le quotidien des Franciliens et des voyageurs des lignes D et E qui va changer. Ils découvriront dès 2021, des trains d’une génération nouvelle, plus sécurisés et plus fiables mais aussi plus confortables et réguliers. Les effets positifs de cette commande se ressentiront aussi sur le reste du réseau : 15% du trafic du RER A se reportera sur la ligne E prolongée qui doit être livrée en 2022 jusqu’à Nanterre, puis en 2024 jusqu’à Mantes-la- Jolie.».

Alstom, en groupement avec Bombardier, concevra et fournira la nouvelle génération de matériel à deux niveaux destinés aux lignes D et E du réseau d’Ile-de-France exploité par SNCF Transilien. La première tranche ferme de ce marché comprend la livraison de 71 rames1 pour un montant estimé à 1,55 Milliard d’euros subventionnées à 100% par le STIF (ce montant prend en compte l’ensemble des études de conception, l’industrialisation, le suivi de projet et l’homologation de ce nouveau train par SNCF et le consortium pour un montant de 450 millions d’euros). Ces 71 premiers trains seront livrés et circuleront dès 2021. La part du consortium Alstom – Bombardier pour cette première tranche s’élève à 1,1552 milliard d’euros (environ 70% Alstom – 30% Bombardier).

Un Train plus fonctionnel

Ce train « boa » est entièrement ouvert (sans séparation entre les voitures), il a été spécifiquement conçu pour les zones denses qui caractérisent le trafic en Île-de-France. Grâce à de larges portes, il permet une grande fluidité dans les entrées et sorties des passagers et offre trois espaces de voyage distincts. Chaque passager peut ainsi choisir son espace en fonction de son temps de trajet : des zones plateforme pour voyager debout lorsque le trajet est très court et qui permettent de circuler facilement comme dans un métro, des zones basses mixtes (debout ou assis) pour un trajet inférieur à 20 minutes, et en hauteur des espaces au confort de type régional avec plus de places assises pour les

1 56 rames de 112 mètres et 15 rames de 130 mètres
2 Commande qui devrait être enregistrée d’ici fin janvier 2017

voyages plus longs. Dans chacune des voitures d’extrémité, les plateformes permettent l’accès direct et rapide des utilisateurs de fauteuils roulants à leurs espaces dédiés. Par ailleurs, la climatisation, l’éclairage et les sièges ont été pensés pour permettre un haut niveau de confort.

Pour Guillaume Pépy, « nous concluons aujourd’hui le plus gros appel d’offres jamais mené par SNCF sur du matériel roulant. 255 rames (130 pour le RER D et 125 pour le RER E) pour un montant de 3,75 milliards d’euros c’est évidemment une excellente nouvelle pour nos voyageurs. Nous disposerons ainsi d’un train spécifique aux besoins de SNCF Transilien et de la zone hyperdense francilienne (70% des clients SNCF sur 2,2 % du territoire français). Nous nous devons de mieux anticiper les augmentations de trafic annuel (+7 % de clients entre septembre 2015 et sept 2016) et ce train innovant dernière génération sera un atout indéniable pour répondre à ce défi de la région capitale, et pour améliorer la ponctualité des lignes E et D. »

Basé sur les solutions de matériels urbains et périurbains d’Alstom, et enrichi par le retour d’expérience de ses clients, le train baptisé X’Trapolis Cityduplex garantira les plus hauts niveaux de disponibilité, de fiabilité et de sécurité. Chaque rame pourra transporter jusqu’à 1860 passagers en version 130m. Plusieurs innovations permettront de réduire de 25% la consommation d’énergie par rapport aux générations précédentes de matériels. Il dispose notamment de 8 bogies moteurs qui lui confèrent des performances d’accélération et de décélération en freinage régénératif supérieures à celles des anciennes générations, un atout indéniable pour l’exploitation.

«Nous sommes très fiers de la confiance renouvelée de SNCF et du STIF. Le groupement que nous formons avec Bombardier a une forte expérience des projets en Ile de France et des attentes du client SNCF TRansilien. Ce train représente un saut technologique majeur qui améliorera l’expérience de voyage de tous les franciliens. Il présente également pour l’opérateur un coût de possession réduit sur le long terme», déclare Henri Poupart- Lafarge, Président-Directeur général d’Alstom.

Afin de mener à bien ce projet de grande envergure, ce sont au total environ 2000 personnes qui travailleront sur ce projet au sein du Groupement Alstom-Bombardier, dont 550 ingénieurs expérimentés et plus de 8 000 emplois seront pérennisés en France au sein de la filière ferroviaire. Huit sites d’Alstom en France concevront et fabriqueront ce nouveau matériel : Valenciennes pour la gestion de projet, la conception, la validation, les essais, la mise en service et garantie, la production des véhicules d’extrémités et l’intégration finale du train ; Reichshoffen pour des lots d’études, Ornans pour les moteurs, le Creusot pour les bogies, Villeurbanne pour l’électronique embarquée, Tarbes pour les systèmes de traction, Petit-Quevilly pour les transformateurs et Saint Ouen pour le design. Le site de Bombardier à Crespin sera en charge de la conception et de la fabrication des voitures intermédiaires.

Réactions des politiques

« Ferroviaire : une commande record qui vient récompenser le savoir-faire de tout un territoire »

Le conseil d’administration de la SCNF a confirmé ce mercredi 11 janvier 2017 la commande de 255 rames de RER à Alstom et Bombardier, pour le compte du syndicat des transports d’Île de France (STIF).

Valenciennes figure parmi les huit sites d’Alstom France qui concevront et fabriqueront ce matériel. Pour Bombardier, le site de Crespin sera mis à contribution.

Cette commande d’environ 3,75 milliards d’euros compte une tranche ferme qui verra la livraison, en 2021, de 71 rames pour un montant estimé à 1,55 milliard d’euros.

Alstom, en groupement avec Bombardier, fournira ainsi la nouvelle génération de matériel à deux niveaux destiné aux lignes D et E du RER.

Chaque rame pourra transporter jusqu’à 1 860 passagers moyennant une consommation d’énergie réduite de 25 % par rapport aux générations précédentes de trains.

Environ 2 000 personnes, dont 550 ingénieurs, travailleront sur ce projet au sein du groupement Alstom-Bombardier, qui permettra de pérenniser plus de 8 000 emplois en France au sein de la filière ferroviaire.

« Nous ne pouvons que nous réjouir et nous féliciter de cette commande record, qui vient récompenser le savoir-faire de tout un territoire et donne tout son sens aux combats menés au fil des années pour la défense de l’industrie ferroviaire, en particulier dans le Valenciennois. »

Fabien THIÉMÉ
Maire de Marly
Vice-président de Valenciennes Métropole

RER/NG : Une victoire pour l’industrie ferroviaire française

Nous nous félicitons du choix de la SNCF et de la Région Île de France d’attribuer le marché de production du RER-NG au consortium ALSTOM/BOMBARDIER.

C’est un marché de 3,5 milliards d’euros quali é de «marché du siècle». D’après les premières déclarations d’Alstom l’essentiel de la production de ces trains devrait être réalisée en France et en particulier dans le Valenciennois. C’était une exigence forte surtout pour préserver les savoir-faire, les emplois et concernant une commande publique.

C’est une victoire importante pour l’industrie du ferroviaire à mettre à l’actif des salariés, des syndicats et de tous les élus franciliens et de notre région qui se sont battus pour cela, en particulier ceux du PCF/ FDG au STIF.

Nous restons vigilants pour que cet engagement soit tenu. C’est la raison pour laquelle nous maintenons notre demande de mise en place d’un comité de suivi de la réalisation de la commande réunissant des représentants des usagers franciliens, des élu.e.s locaux et des représentants des salarié.e.s.

Fabien Roussel/ Fédération du Nord/ PCF/Front de Gauche

Après l’annonce de la commande Passée à Alstom et Bombardier

 

« On ne peut que partager la satisfaction générale à propos de cette commande de 3,5 milliards d’euros qui vient d’être conclue entre le SNCF, la Région Ile de France et le STIF au profit d’ALSTOM et BOMBARDIER.

C’est évidemment une bonne nouvelle pour l’emploi et le développement de notre industrie de matériel ferroviaire.

Les inquiétudes étaient grandes chez les salariés, les acteurs économiques et les élus quant à l’avenir, compte tenu du creux de production prévu pour 2017 et 2018. Cette belle annonce vient d’ouvrir de nouvelles perspectives, à condition d’être vigilant sur la nécessité de produire chez nous, ces rames. Ce qui suppose de maintenir d’ores et déjà les emplois existants.

On sait qu’ici ou là, en coulisse d’aucuns préconisent de la sous-traitance dans les pays low cost !

Ce serait inacceptable, d’autant qu’il s’agit de l’argent public pour cette commande exceptionnelle. Il revient à la puissance publique d’exercer sa vigilance dans la mise en place d’un comité de suivi.

Cette commande est une opportunité pour assurer un rebond et une pérennisation de notre industrie ferroviaire régionale.

Investissons sans attendre dans la poursuite de la recherche et l’innovation pour booster nos avancées technologiques. Formons et embauchons des salariés pour rester au top de notre savoir- faire.

La Commission parlementaire d’enquête sur l’industrie ferroviaire que j’ai eu l’honneur de présider, il y a un peu plus de cinq ans, avait conclu que l’industrie du matériel ferroviaire était une industrie du XXIe siècle.

On nous parle aujourd’hui de commande du siècle !
Saisissons cette chance pour ne pas louper la marche. Ne sacrifions par l’avenir au présent ! »

Alain BOCQUET

Président de la Communauté d’Agglomération de La Porte du Hainaut Député-Maire de Saint-Amand-les-Eaux

Publié par Daniel Carlier le 11 janvier 2017

La SNCF retient Alstöm et Bombardier/Réactions
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email