Cécile Gallez, maire de Saint-Saulve, a présenté vendredi dernier ses vœux aux forces vives de sa ville : commerçants, artisans, associations…à la salle des fêtes. La première magistrate est revenue sur ces moments de crise de l’année précédente notamment les fermetures chez Vallourec. Malgré des soucis d’économie, la ville continue à attirer de nouveaux arrivants.

Sabrina et Rémy se sont installées à Saint-Saulve depuis un mois

Sabrina et Rémy se sont installées à Saint-Saulve depuis un mois

On attendait à cette cérémonie plusieurs figures de la politique locale, le maire de Marly, Fabien Thiémé, le président de l’agglo, Laurent Degallaix, le sous-préfet, Thierry Devimeux. Mais apparemment l’agenda en ce début d’années est bien rempli pour tout le monde. La maire de Saint-Saulve peut toutefois compter sur la présence de Geneviève Mannarino, vice-présidente au département, Jean-Marcel Grandame, vice-président à Valenciennes Métropole tout comme Laurent Depagne. Pour L’ambiance, la ville a opté pour la simplicité, le groupe Jazz Band de Saint-Saulve  dans l’animation. Pas de rétrospective tapante sur  grand écran, ni de discours fleuve… A la place une allocution avec des points bien précis. D’abord un retour sur le feuilleton Vallourec et la fermeture de la laminoir avec la perte de presque 350 emplois, une mauvaise nouvelle dont les conséquences sont encore dans tous les esprits, «c’est une déception, ça fait 40 ans que Vallourec a été sur Saint-Saulve ! », regrette la première magistrate. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, d’autres drames sont venus s’ajouter, l’unité informatique de Vallourec a été transférée à l’avenue Georges Pompidou à Valenciennes tout comme le garage Toyota parti lui aussi sur Valenciennes. Des décisions dont la maire n’a pas été prévenue, «j’ai appris ça par la presse ! », s’étonne-t-elle. La pilule est amère, pas facile de la digérer, «c’est comme un coup de poignard ! », se désole la maire. Voilà pour la face sombre de l’année 2016 !

Des projets malgré des temps durs

Le Jazz Band de Saint-Saulve

Le Jazz Band de Saint-Saulve

Aucune commune n’échappe aux baisses des dotations de l’Etat  et aucun maire ne laisse passer une telle occasion pour en faire un rappel, «nous avons perdu à peu près 1.800.000€ » Une grosse somme surtout que la ville doit faire face à ses obligations, l’entretien des bâtiments et des rues, «on a 42 km de rues», précise la maire. Pour faire face la ville a décidé de baisser son budget de fonctionnement. Ceci ne la dissuade pas de poursuivre la réalisation de ses projets ; depuis mai dernier un nouveau directeur général est à la tête des services, Nicolas Sgard. Parmi ses missions, continuer à financer les projets, «on est en train de définir les priorités, et trouver les moyens pour financer nos projets», souligne-t-il. En tête de ces projets les travaux de démolition et de reconstruction à l’ile de la mairie et la remodélisation de la place de 8 mai.

Une ville  toujours attirante !

Parmi les invités de cette soirée de vœux ces habitants ayant choisi Saint-Saulve comme lieu de résidence, ils sont nombreux à avoir pris cette décision, un peu plus de 300 nouveaux arrivants. Martine Dutrieux, adjointe à la culture et à la politique de la ville explique cet engouement, «on est une ville de 11.400 habitants, on a beaucoup d’atouts pour une petite ville, deux collèges, trois salles de sport, des city stades, une piscine…» Outre ces équipements, la ville séduit pas sa propreté et  la qualité de vie qu’elle offre. C’est ce qui a convaincu Sabrina et Rémy, en couple,  de quitter Bruay-sur-Escaut, juste à côté et venir refaire leur vie à Saint-Saulve, «il y a tous les commerces dans une seule rue, il y a tout sur place, en plus la ville est propre», explique le jeune homme.

Publié par Mohamed Bedraoui le 15 janvier 2017
Cecile Gallez St-Saulve
Cécile Gallez, des regrets et des assurances pour 2017 
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email