Les Frères Bocquet continuent leur cycle de conférences en relation avec leur livre-Sans Domicile Fisc, vendu déjà a plus de 10 000 exemplaires. Ils informent des publics très divers sur cette évasion fiscale, mondialement organisée ! Jeudi soir, ils étaient au sein de l’UVHC, dans le bâtiment des Tertiales, pour une nouvelle sensibilisation sur le sujet.

L’évasion fiscale labellisée par les Etats !

Pour Alain et Eric Bocquet, l’origine de cette démarche didactique a pris sa source durant des initiatives parlementaires, commission d’enquête, voire mission d’investigation. un véritable voyage exploratoire «car je ne m’attendais pas à cela», souligne Eric Bocquet.

Rapport ou enquête parlementaire, le langage restait peu accessible pour le grand public. «C’est pourquoi, nous avons sollicité Pierre Gaumeton, ancien journaliste de la Voix du Nord, afin d’écrire sur l’évasion fiscale», souligne Alain Bocquet. La plume, ou plutôt le clavier talentueux, se félicite «de cette collaboration, de ces 37 témoignages en compagnie d’Alain et Eric. J’ai quelques images folkloriques de ce monde hallucinant. Enfin, je voudrais dire que la démarche des Frères Bocquet est humaniste».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Eric Bocquet

Pour parler un peu des chiffres afin de mieux cerner l’ampleur du phénomène. «Pour la France, on estime entre 60 et 80 milliards d’euros en moins dans les caisses de l’Etat», souligne Eric Bocquet. Pour situer cette donnée brute, les recettes de l’Etat se montent à environ 300 milliards d’euros en 2016 et 370 millards  de dépenses. Le déficit devrait atteindre les 70 milliards d’euros cette année. En clair, les recettes manquantes ne sont pas virtuelles ! A l’échelle européenne, l’addition est impressionnante «avec une estimation à 1 000 millards d’euros pour les 28 pays (27 bientôt)», poursuit Eric Bocquet.

Et pourtant, personne n’a oublié l’Eire sous perfusion de la Banque Européenne et du FMI, la quasi faillite du Portugal, la situation catastrophique de l’Espagne avec une baisse de salaire des fonctionnaires de 25 % et bien sûr, la Grèce écrasée par sa dette publique. Non loin de nous, l’Islande qui n’est pas dans l’Union Européenne, mais dont l’Etat a déposé le bilan, carrément.  Des peuples payent l’évasion fiscale de quelques uns, c’est presque irréel !

Pour certains leur richesse n’est plus un chiffre mais une capacité à nourrir un pays défavorisé tout entier ! Comment peuvent-ils se réveiller le matin et se dire -tout va bien-. Heureusement, et surtout du côté des U.S.A, certaines fortunes personnelles agissent via des fondations etc., mais c’est bien peu par rapport au potentiel de solidarité des comptes off shore.

Un train, un bus puis un vélo

Alain Bocquet rappelle la sympathique répartition des richesses sur la planète. «Au sommet de Davos en 2010, une association a répertorié que 378 milliardaires détenaient autant de richesses que 50 % de la population mondiale défavorisée. En 2015, c’était 62, il pouvait rentrer dans un bus. En 2016, c’est 8 milliardaires ! ». Un jour prochain, une seule personne pourrait détenir autant de richesses que 3,5 milliards de d’hommes et de femmes sur la planète, cherchez l’erreur !

L’investiture de Donal Trump, ce vendredi 20 janvier 2017, marque assurément un tournant dans l’univers de l’optimisation fiscale. «Goldman Sachs sera une annexe de la Maison Blanche (ou le contraire). C’est la course à la baisse de la fiscalité. Tout le monde va se diriger vers ce système. Et quand, il n’y aura plus d’impôts, ce sera la société du libéralisme total. Le secrétaire d’Etat américain, sous Franklin Roosevelt, disait- l’impôt est le prix à payer pour une société civilisée», déclare Eric Bocquet.

Au niveau européen, la nomination de M. Junker à la tête de la commission européenne est désespérante. Initiateur de conditions fiscales délirantes en faveur des grandes entreprises mondiales au sein de son Duché du Luxembourg, M. Junker sera peu enclin à chasser l’évasion fiscale avec une grande rigueur. Un choix de nomination validé par les pays de l’Union européenne, France comprise. De fait, il est bien difficile de monter au créneau derrière sur ce sujet car il faut rappeler le postulat de base. «Personne n’admet être un paradis fiscal», ajoute Eric Bocquet.

Un peu de géographie fiscale…

Dans les pays très concernés par l’évasion fiscale, la Grande-Bretagne avec la City de Londres. «C’est la plus grande lessiveuse du monde», précise Alain Bocquet. De plus, le discours de Theresa May, encouragé par Donald Trump, sur les conditions de sortie du Brexit sont extrêmement inquiétantes. La menace d’un paradis fiscal en mode majuscule est claire. Si l’Angleterre devient aussi attractive fiscalement que les îles anglo-normande, comme Jersey, c’est une catastrophe. L’avenir nous le dira assez rapidement !

Les Etats-Unis, trois états fédéraux bénéficient de conditions fiscales particulièrement avantageuses. «Ce sont le Nevada, leWyoming, et le fameux Delaware où 50 % des sociétés cotés à Wall Street sont enregistrées», précise Eric Bocquet.

Les Caraïbes ne sont pas en reste avec les anciennes colonies britanniques. Le compte Off Shore est aussi courant que l’ouverture d’un compte bancaire classique.

Enfin, l’Asie avec Hong-Kong voire Singapour, et son très médiatique ambassadeur, Jérome Cahuzac.

Cop de la finance mondiale à l’Assemblée nationale

Le livre des Frères Bocquet, Sans Domicile Fisc, participe à cette information citoyenne «nous voulons mobiliser la population. C’est un livre de combat pour tracer le chemin d’une génération», indique Alain Bocquet.

Toutefois, dès aujourd’hui, cette démarche volontariste trouve un écho. «Le conseil économique et social a repris notre idée de COP de la finance mondiale. A cet effet, après cette initiative du CESER, puis un parcours dans les différentes commissions concernées ; et enfin, comme rapporteur de la proposition de résolution visant à instaurer une « COP de la finance mondiale »,  cette résolution sera examinée le 2 février prochain à l’Assemblée nationale, une réunion de concertation en vue de préparer cet important débat est prévue », commente Alain Bocquet.

En effet, le législateur a un rôle fondamental. «Observez dans l’affaire des négociants d’arts qui ont bénéficié d’un non lieu, en 1ère instance. Le juge a intelligemment renvoyé la responsabilité sur les épaules du droit, et par ricochet du législateur», précise Eric Bocquet.

Des évadés très célèbres…

Enfin, pour conclure cette information pédagogique et citoyenne, Eric Bocquet répond à la question sur Jérôme Cahuzac et Paul Pogba. Le célèbre footballeur est soupçonné de montage fiscaux sur Jersey suite à l’enquête de foot-leaks. «J.Cahuzac et P.Pogba sont deux acteurs du même système. Ce ne sont pas les personnes qui sont visées, mais… » et à la veille du prochain match de l’équipe de France, au Luxembourg, le 25/03/17, la sélection de Paul Pogba est-elle moralement possible ? «La question peut se poser ! », conclut Eric Bocquet.

Une petite pétition contre la participation de Paul Pogba à cette rencontre de l’équipe de France au Luxemebourg ne manquerait pas de sel !

Publié par Daniel Carlier le 20 janvier 2017
Alain Bocquet Eric Bocquet Pierre Gaumeton Sans Domicile Fisc
Une COP de la finance mondiale évoquée le 02 février à l’Assemblée nationale
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email