C’est l’époque des orientations budgétaires, la ville de Marly s’est pliée à cet exercice démocratique. Un conseil municipal intervenant peu après la distinction reçue par Fabien Thiémé, celle de Chevalier à l’ordre national de la légion d’honneur.

(Visuel Denis Degand)

Fabien Thiémé : « Cette cérémonie a été financée sur mes fonds propres »

En propos liminaires, l’édile de Marly a tenu à préciser, dans un contexte de transparence totale, que « l’organisation de la cérémonie a été financée sur mes fonds propres et par la générosité de certains prestataires pour le buffet. Quant aux personnels municipaux, ils l’ont tous fait de manière bénévole ce jour là »  Le climat national influence la gestion locale des municipalités, en 15 ans, je n’ai jamais entendu un élu justifié d’une organisation, sur ses propres deniers, quel que soit la distinction, en conseil municipal… Au moins, cette tribune nationale du plus blanc que blanc fera réfléchir les 36 000 conseils municipaux, car de toute évidence, la prochaine campagne municipale (2020) réclamera, dans tous les coins e France, les justificatifs tangibles et irréfutables de ces financements personnels. Une page démocratique se tourne même s’il ne pouvait en être autrement … !

Toujours en introduction, le maire de Marly a rappelé que les Marlysiens bénéficie d’une «offre groupée de la mutuelle Jus’t, permettant aux habitants de bénéficier d’une complémentaire de santé performante à des tarifs préférentiels ». L’accès pour tous à la santé, voilà un véritable sujet de fond et l’opportunité offerte par la Mutuelle Just, ici et dans d’autres communes, constitue une plus-value pour le Marlysien.

Enfin, il a enregistré la démission de Francis Poirier, éloigné professionnellement, qui n’a pas pu poursuivre son mandat d’élu. Il a envoyé une missive à l’attention de Fabien Thiémé « je ne suis plus assez disponible pour notre ville »…  » J’ai participé activement à la mise en place de l’agenda d’accessibilité pour les plus et moins jeunes « … « j’ai constaté l’excellent climat au sein du Conseil municipal durant l’année 2016 »… Globalement, c’était un message d’une grande bienveillance.

Nouvel élu

Par délibération, le Conseil municipal a enregistré l’arrivée d’un nouvel élu, Denis Degand, en remplacement de Francis Poiriez. Il sera membre de la commission d’Appels d’Offres. Présent sur la liste des municipales 2014 de Jean-Noël Verfaillie, il connaît parfaitement les rouages de l’entreprise car il est gérant de la société Translaure, spécialisée dans la logistique.

Le ROB 2017

Bien sûr, ce budget s’inscrit dans un tempo électoral avec une lisibilité très floue sur les années 2018 et 2019.

Premier point sous forme de bonne nouvelle, le maire indique que la commune «n’a plus aucun emprunt toxique». Une chance dont ne bénéficie pas toutes les communes du Valenciennois, loin s’en faut.

Autre point de taille, la baisse des dotations de l’Etat qui continue à hauteur de 180 000 €, au niveau de la DGF (Dotation Générale de Fonctionnement) pour 2017. Certes, elle est moindre, mais elle représente « 920 000 € entre 2014 et 2017. Toutefois, elle est compensée par la DSU (Dotation de Solidarité Urbaine) en hausse de 177 652€ ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe maire tient un propos très intéressant « la masse salariale restent maîtrisées avec la recherche d’économies permanentes avec le non remplacement systématique des départs à la retraite »…Est-ce une action politique de gauche ou de droite ? A la lumière des débats nationaux, on pourrait dire que c’est simplement du bon sens…et d’une bonne gestion de l’argent public.

Enfin, deux gros projets d’investissements avec notamment la réalisation d’un restaurant scolaire d’1,3 millions d’euros au niveau de l’école Marie Curie. Ensuite, la rénovation de la Place Gabriel Péri est à l’ordre du jour et a généré de la friture sur la ligne entre la majorité et l’opposition municipale.

Rita Cannas, porte parole des 10 élus du P.S de la majorité municipale, insiste sur la fidélité et le respect de l’accord passé pour cette élection municipale. Néanmoins, nous ne « sommes pas des soldats aveugles », explique-t-elle sur le sujet de la baisse des dotations de l’Etat. Elle pointe du doigt les contre-parties accordées aux collectivités locales : «  Marly bénéficie d’une augmentation de la DSU à travers la péréquation, mais également du FPIC (Fonds d’Etat redistribué) versé par Valenciennes Métropole ». Ensuite, elle ne manque pas de fustiger « le désengagement continu du Conseil départemental et du Conseil régional sur la politique de la ville ».

Pour l’opposition municipale, Jean-Noël Verfaillie recarde ce ROB (Rapport d’Orientation Budgétaire) « sur 14 pages, il y a 2,5 pages sur 2017 et 12 pages sur la retrospective ». Après un tacle d’Emmanuel Macron «  avec 10 milliards de moins pour les collectivités locales », Jean-Noël Verfaillie pose deux questions : « Pourquoi ne sommes nous pas associés au projet de restauration scolaire, avec déjà des choix, et surtout, on nous apprend que pour la Place Gabriel Peri, le choix de l’architecte et du bailleur social est déjà fait ». Il faut souligner que cette transformation de ce coeur de la ville de Marly constituait le centre du programme de cette opposition municipale.

Fabien Thiémé a répondu sur les deux niveaux. Très calmement, il indique « que l’opposition municipale sera, bien évidemment, associée à la réflexion globale sur cette nouvelle restauration scolaire, rien n’est choisi ».

Sur le second sujet, c’est plus corsé ! « Je me rappelle les propos de Dominique Riquet, en 2008. Il me conseillait de commencer par la rénovation de la Place Gabriel Peri. Vu l’urgence des travaux sur les écoles, les voiries etc., nous avons retardé ce sujet. Par contre, nous avons l’intention de rénover cette place et je me porte en faux contre ces affirmations, c’est de la politique politicienne ».

Sur l’architecte, aucune indication avant la prochaine réunion de Bureau municipal le 10 mars, et le vote du budget, le 30 mars. Par contre, il ne faut pas être grand clerc pour deviner le futur bailleur social. Sur le marché local, il reste Partenord devenu depuis le dossier V2H persona non grata, et la S.A du Hainaut qui a absorbé V2H sous la houlette de Laurent Degallaix, président de Valenciennes Métropole « avec qui je collabore parfaitement », soulignait le maire de Marly, lors de sa cérémonie de samedi dernier… ! Guess Who’s Coming to Dinner ?

Marly très écolo…

Le conseil municipal a validé l’installation d’une borne de recharge rapide, pour véhicules électriques et hybrides, sur la Place Gabriel Peri.

Ensuite, un dossier est déposé afin de bénéficier d’une subvention au titre d’un fonds dédié «  Territoire et Energie positive. «  Cela représenterait 15 000 € environ, ce qui coïnciderait parfaitement avec notre désir d’acquérir une voiture électrique », souligne Jérome Leman.

Toujours sur ce fonds, mais sur le volet de la rénovation de bâtiment et de l’éclairage public, Marly s’active pour refondre son parc lumière « avec notamment le changement des ampoules sodium par des leds », précise Fabien Thiémé. En l’occurrence, c’est une belle enveloppe à la clé à hauteur de 55 000 €.

En bref :

La loi Macron d’août 2015 est en vigueur et elle débouche sur 9 dimanches d’ouverture sur la commune. Les dates choisies par les acteurs économiques sont (15/01, 02/07, 03/09, 26/11 et 03,10, 17, 24 et 31 décembre).

Enfin, le prochain Salon du Livre se déroulera les 01 et 02 avril sur Marly, un événement devenu incontournable sur le Valenciennois.

Publié par Daniel Carlier le 3 mars 2017
Fabien Thiémé Jean Noël Verfaillie Marly
Denis Degand, nouvel élu sur un Marly très écolo
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email