Comme chaque semestre, le Sous-Préfet fait un point d’étape des actions de l’Etat. Le menu est copieux tant les thématiques sont multiples, de la sécurité à la modernisation de l’Etat en passant par l’économie.

Thierry Devimeux : «  En matière de sécurité, je bénéficie d’une excellente collaboration des collectivités locales »

La sécurité sur le Valenciennois

A portée de main, les élections présidentielles et les législatives vont monopoliser toute l’attention nécessaire des autorités. «La sécurité de chaque bureau de vote sera assurée, des patrouilles seront opérées dans un contexte d’Etat d’urgence», indique le Sous-Préfet. Toutefois, il rappelle un pilier de notre démocratie «aucune force de police ne peut pénétrer dans un bureau de vote, nous sommes dans une démocratie et pas une dictature. Seul, le président du Bureau de vote peut demander l’intervention des forces de l’ordre si nécessité absolue», ajoute-t-il. Toujours utile de se remémorer quelques principes de base d’une expression libre de la démocratie… !

Evidemment, le sujet prégnant, ici et ailleurs, est la sécurité de tous et pour tous. Le bilan 2016 n’est pas fringuant avec «  une hausse de la délinquance de 4,5% en zone police et de 12% en zone gendarmerie », entame Thierry Devimeux. Des explications de terrain sont avancées avec notamment une vague de cambriolages intenses chez les agriculteurs «une bande a été arrêtée, elle fut responsable d’environ 80 actes sur le Valenciennois et le Douaisis. Je félicité les forces de gendarmerie pour cette élucidation. Ensuite, notre présence accrue sur le terrain a permis d’enregistrer des arrestations, et des beaux résultats dans le domaine du trafic de stupéfiants », ajoute-t-il.

Ensuite, les opérations coup de poing et le présentiel sur les zones de tension du réseau Transvilles ont permis de pacifier ces secteurs. Cela se traduit par un retour à la normal sur la rue de la Vieille Poissonnerie à Valenciennes, un terminus Villars sur Denain plus maîtrisé, ainsi que la station Jean Jaurès même si rien n’est jamais acquis sur ces stations.

Autre sujet important, voire fondamental, la lutte contre « les Fraudes, dans le domaine des travailleurs détachés et aux aides sociales ». Sur la première thématique, 80 contrôles d’entreprises ont eu lieu au 3ème trimestre quasi exclusivement dans le domaine du BTP. Il n’y a eu qu’un seul contrevenant. Ensuite, depuis le 01 janvier 2017, une nouvelle carte de travail pour les salariés détachés est opérationnelle. «Elle va permettre un traçabilité parfaite du salarié détaché. Car, si une entreprise utilise des personnes de l’U.E en France, elle doit se conformer au droit du travail français, 35 par semaine etc., il faut respecter les règles », précise-t-il. Ce dispositif légal d’autorisation des salariés étrangers sur des chantiers français, utilisés par les entreprises françaises, est au coeur de cette campagne présidentielle.

En digression avec les propos du Sous-Préfet sur ce sujet, l’imagination est infinie dans le domaine du salarié qui ne coûte pas cher, il est rapporté qu’il existerait aujourd’hui un marché du SDF. « Nous constatons que des entreprises du BTP (souvent de la région parisienne) viennent prendre des jeunes SDF de l’arrondissement pour leurs chantiers. On leur propose le gîte (matelas par terre) et le couvert pour un ou deux mois, mais sans rémunération. Puis, on les ramène sur le Valenciennois », indique Johan Vankeisbelck, fondateur de l’association « Les Indignés » avec 18 mois d’existence environ et surtout de terrain, principalement sur le Denaisis. Le  mot indignité prendrait toute sa dimension si cela était avéré… !

Ensuite, la lutte contre les fraudes aux aides sociales constitue un autre combat  afin de préserver notre modèle social. Dans tous les départements, il existe un CODAF afin de croiser les données de tous les services CAF, CPAM…, pour faire jaillir des anomalies en présence des services de l’Etat et du procureur de la République. Cet arrondissement est le 13ème de France en terme de densité de population et de facto, un CODAF du Hainaut a été mis en place. En 2016, 200 fraudes aux aides sociales ont été constatées et de fait suspendues. Elles furent enregistrées principalement dans le Denaisis, mais « nous étendons notre surveillance sur l’ensemble de territoire maintenant », précise le Sous-Préfet.

Le poids de la menace terroriste joue à plein sur les mesures de sécurité, «  le stress collectif est important », déclare le Sous-Prefet. Logiquement, le sujet des écoles est une corde ultra sensible, car les parents souhaitent une sécurité maximale, et c’est légitime, pour leurs enfants. « Néanmoins, ces derniers veulent venir au plus prés pour déposer leurs enfants. On ne transige pas avec cela, il faut se prémunir d’une voiture bélier etc. », assène Thierry Devimeux. C’est fou comme l’influence du ballon ovale prend de l’ampleur, marquer un essai avec  sa progéniture devient tendance… !

Sur le sujet de l’insécurité, la mise aux normes de sécurité/Incendie demeure un sujet central. «  Il y a 4 000 ERP sur les 82 communes de l’arrondissement. Nous n’avons eu que 28 avis défavorables (mais non dangereux) », souligne Thierry Devimeux.

 Pour la sécurité routière, les données brutes sont moins mauvaises en 2016, 12 morts, contre 13 en 2015, ce bon résultat à la Pyrus fait ressortir que les deux roues payent chers ce statut avec 5 morts, tout comme les piétons. « Nous continuons à contrôler avec force et constance les retours de discothèques, en provenance de Belgique, afin de réduire les accidents sous l’emprise de l’alcoolémie », précise le Sous-Préfet.

Enfin, d’un point de vue global, le sous-Préfet se félicite, car « je bénéficie d’une excellente collaboration des collectivités locales, il existe une parfaite coopération des forces de la Police Nationale, de la Gendarmerie et des Polices Municipales du secteur, mais également du parquet que je vois très régulièrement . D’ailleurs, certaines s’arment, se dotent de gilet pare-balles, de caméra Go Pro etc. », souligne-t-il. La meilleure illustration concrète est le nombre croissant de mise en musique du dispositif « participation citoyenne ». Sur 82 communes, 52 à ce jour ont opté pour cette opération où un référent par quartier va signaler tout événement sortant de l’ordinaire. « Nous avons eu des arrestations directement liées à des signalements issus de cette mesure. Il est important que les forces de Police expliquent la concrétisation de ces initiatives, l’animation réseau est essentiel pour son succès. Enfin, le premier effet de cette mesure est la dissuasion », conclut sur ce sujet Thierry Devimeux.

Les aires d’accueil

Sur ce point, des sites sont en cours de finalisation. «Deux projets sont en cours de réalisation sur Wallers et Onnaing, comptabilisant 56 places en tout, cela va donner un véritable bol d’air. Néanmoins, ils manquent encore des places », précise le sous-préfet.

En effet, il reste globalement une centaine de caravanes itinérantes sur le Valenciennois qui ne respecte pas le schéma prévu à cet effet. « J’ai signé 106 arrêtés d’expulsions en 2016, contre 130 en 2015, par l’ancien sous-préfet. J’essaye de faire baisser la pression sur ce sujet. C’est un travail social », ajoute-t-il.

A ce tire, le développement des logements adaptés est très en vogue. Il en existe neuf actuellement sur le Valenciennois.  Un temps redouté, ces habitats fixes ont permis une parfaite sédentarisation de gens du voyage. «  Nous voudrions atteindre l’objectif de 20 sur cet arrondissement », indique Thierry Devimeux.

La modernisation de l’Etat

Une importante révolution est en cours* pour les services de l’Etat. « En 2017, il y a une mise en place de la dématérialisation qui va se traduire par la fin de l’accueil, au 01 janvier 2018 en Sous-Préfecture de Valenciennes, des services de Carte Grise etc. », souligne-t-il. Concrètement, le passeport biométrique est déjà en vigueur sur quelques communes du Valenciennois, dotées des équipements associés. La CNI (Carte Nationale d’Identité) ne passera plus par votre commune, elle sera biométrique et assurée dans les communes équipées à l’instar du passeport. Les nouveaux permis de conduire seront aussi dématérialisés et enfin, la fameuse carte grise, source de 120 à 180 personnes par jour, au sein de la Sous-Préfecture de Valenciennes seront obtenus en ligne. « Bien sûr, en Sous-Préfecture, une borne numérique avec un agent d’accompagnement sera en place afin de permettre aux citoyens qui n’ont pas accès à internet de réaliser cette démarche numérique », précise le sous-préfet.

Cette révolution interne, et en l’occurence pour 17 personnes de la Sous-Préfecture de Valenciennes, s’est accompagnée d’un processus de formation à des fins de reconversion vers de nouveaux métiers. Il n’y a aucune suppression de postes. « Cela va permettre de nous recentrer sur nos fonctions régaliennes et cela changera le rapport de l’usager à l’Etat », ajoute-t-il. Le lien avec les services de l’Etat de proximité va changer indéniablement. Techniquement, les plates formes numériques de réalisation de ces documents administratifs seront éclatées entre Lille, Amiens et la région d’Arras.

(Suite dans l’édition du lundi 06 mars, économie, emploi, Unesco etc.)

Daniel Carlier

  • Après un parti politique qui vampirise le mot Républicain, gommant cette expression générique consacrée dans le champ lexical de la presse, nous ne pouvons plus utiliser l’expression «en marche »  sans connotation politique marquée ! Laissez-nous, Messieurs et Mesdames les Politiques, quelques mots… pour le dire ! 

 

Publié par Daniel Carlier le 4 mars 2017
Thierry Devimeux
Thierry Devimeux : «Valenciennes a la chance d’avoir tous les services de l’Etat» (1/2)
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email