L’arrivée d’une 3ème liste sur l’échiquier électoral à Onnaing illustre parfaitement l’ambiance politique sur le territoire du Hainaut. Cette partielle au mois de décembre 2017 serait-elle la Grande Répétition des municipales en 2020 (voire 2021) ?

Déjà sur la commune d’Escaupont, la division était palpable en septembre 2017. Pour autant, elle ne sortait pas de l’ordinaire suite à l’émergence d’une liste unique en 2014. Une seule voix durant 5 ans, c’est beau sur le papier, mais une majorité sans opposition laisse à tout vent les oppositions se développer avec rancoeur… !

Ensuite, toujours en septembre 2017, l’épisode de Vieux-Condé où le maire, Guy Bustin, à travers un petit tour de tango démocratique, à éradiquer la voix de l’opposition municipale. L’effet collatéral sera nucléaire à l’heure de la prochaine joute électorale, car une opposition jamais réfutée (mécaniquement) en Conseil municipal constitue rarement un avantage démocratique dans le temps… !

Enfin, suite à l’élection de Michelle Greaume au Sénat, la fameuse élection sur Onnaing reflète l’ambiance électorale sur le Hainaut (voire ailleurs ?). Inutile de souligner que le paysage démocratique a explosé en 2017, lREM, la France Insoumise, un FN très présent sur le Valenciennois à défaut d’une perte de vitesse au national, une droite en soins palliatifs durant les sénatoriales, un Parti Socialiste porté disparu, un PCF bousculé par ses propres alliances issues des municipales 2014, chaude ambiance !

La commune d’Onnaing est la parfaite préfiguration d’une échéance municipale pétillante en 2020. Une liste à droite emmenée par Maxence Maillot, mais sans étiquette, une liste issue de l’ancienne majorité municipale avec Xavier Jouanin à sa tête. Jusque là, pas surprenant sauf que… cette dernière était déjà la résultante d’une fusion de 4 listes au second tour des municipales en 2014, un tour de force à l’époque fatal à Denise Cappelle, l’ancienne première magistrate. L’union au second tour de 4 listes de 29 personnes est une chose, l’union de 4 ambitions de premier tour constitue un autre défi. On a cru un moment que cela eut été possible. Que nenni, l’annonce de la candidature de Mme Tassadit Aouimeur n’est que le révélateur de l’ambiance générale sur un Valenciennois d’humeur éruptive.

Dans l’immense majorité des villes du territoire, la modification du paysage politique s’imprime au fil des mois. Les majorités n’existent plus politiquement parlant, elles ne se traduisent plus qu’à travers le vote d’un budget, car pour la forme, une division de la dite majorité serait plus incomprise encore par les électeurs. Les ennemis sont plus nombreux en interne que dans l’opposition elle même. Ça casse, l’ambiance délétère est effrayante, l’ambition parmi les adjoints de la majorité en place est galopante, et cela fuite de partout ! Les réunions de Bureau d’une majorité municipale dans le Valenciennois constituent d’ores et déjà les futurs programmes politiques de l’opposition, merveilleux !

La cerise sur la gâteau est l’arrivée de deux nouveaux partis en plus dans cette course aux municipales, La République en Marche, et la France Insoumise. Aucun doute, le Valenciennois sera un territoire en fusion en 2020, voire 2021 si les municipales sont retardées d’une année. En effet, les aménagements (fusion de listes) seront très complexes à trouver car les ambitions locales n’auront que faire des consignes (comme aux législatives 2017) de Paris. D’ailleurs, de façon très symptomatique, le record de listes « sans étiquette » va sans doute exploser dans les 36 000 communes françaises.

Valenciennes, Marly, Condé-sur-l’Escaut, Denain, Saint-Amand-les-Eaux, Vieux-Condé, Bruay-sur-l’Escaut, etc. sans même évoquer les communes rurales, où le problème serait double. En effet, le manque de candidats en ruralité sera prégnant compte tenu des responsabilités du premier magistrat, voire polémique incessante, sans oublier toutefois les ambitions naissantes. Tout le monde y croit, c’est le premier enseignement de l’émergence au pouvoir suprême d’un mouvement politique inconnu 14 mois avant !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 29 octobre 2017
2020 Elections municipales
Le silence hurlant de l’unanimité, Onnaing une préfiguration 2020… !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email