Les militants du Valenciennois sont venus écouter Adrien Quatennens sur Haulchin. Très clairement, il est le parlementaire de la France Insoumise le plus visible, avec François Ruffin, un jeune député accrocheur dans l’hémicycle et sur le terrain.

Organisé par le leader de la France Insoumise dans la 19ème circonscription, Julien Poix, le député Adrien Quatennens est venu à la rencontre des syndicats de chez PSA/Valenciennes, mais également du Centre Hospitalier de Denain avant de venir en réunion publique sur la commune d’Haulchin.

Adrien Quatennens : « Emmanuel Macron applique la méthode du Blitzkrieg (guerre éclair) »

Le process était annoncé durant la campagne présidentielle, il est appliqué à la lettre par le Président de la République. « Emmanuel Macron est habile. Il applique la méthode du Blitzkrieg (guerre éclair), il tape tous azimuts, le plus vite possible », entame Adrien Quatennens. Assurément, et quel que soit son opinion sur le contenu des réformes, l’allure de gastéropode des deux précédents quinquennats jouent pleinement en faveur de l’exécutif actuel.

Adrien Quatennens assène d’entrée de jeu « les gens voient le rôle de la France Insoumise. La pagaille c’est eux, le sérieux, c’est nous ! En fait, il y a un continuum idéologique entre Sarkozy, Hollande et Macron. Nous demeurons dans la même impasse du libéralisme, d’un productivisme qui n’a rien donné depuis 20 à 30 ans ». Il reconnaît tout de même « au moins cette fois, les choses sont claires avec le positionnement de Macron».

« En septembre, nous avons perdu la bataille (des ordonnances) », Adrien Quatennens

Face à la présentation express des ordonnances Macron en juillet, le jeune député commente ce rendez-vous raté « en septembre, nous avons perdu la bataille. Nous avons subi la division syndicale et des partis politiques. Il doit exister une convergence des luttes ». De manière factuelle, il est indéniable que la mayonnaise sociale n’a pas pris. Les raisons sont multiples.

Face à une population saoulée d’annonces tonitruantes, de rebondissements de juillet 2016 à juin 2017, le peuple français est las ! Pour autant, il est assez cocasse de constater que les deux favoris aux dernières élections présidentielles sont tombés aux champs du déshonneur médiatique, DSK et Fillon… !

En comparaison des mouvements constatés à l’occasion de la loi El Khomri, vidée de substance à la fin, les Ordonnances Macron sont passées comme une lettre à La Poste, devenue Société Anonyme ! Fondre la parole syndicale dans une convergence des luttes constitue un défi pour la France Insoumise, il manque clairement un ingrédient actuellement et surtout elle est trop personnalisée. Aucun politique, homme ou femme, n’a la carrure actuellement pour emmener seul(e) un mouvement type mai 1968. Emmanuel Macron l’a bien compris. Il a également vite analysé d’où venait la principale force d’opposition visible pour les français, en l’occurrence La France Insoumise, car certains partis sont en mode tambouille interne, version pot au feu des idées, ça bouillonne, ça frémit et tout s’écroule dans une déclaration à l’emporte-pièce devant des étudiants… no comment !

Baisse des charges, la grande illusion ?

Comme sur chaque item, Adrien Quatennens s’applique à démonter, à déstructurer les arguments du gouvernement en responsabilité. La fameuse baisse des charges, des cotisations sur la fiche de salaire a, certes une conséquence directe sur le net reçu durant l’année 2018 (à voir en octobre), mais également sur le système social français. « Il faut arrêter avec la baisse des charges débouchant sur une hausse du pouvoir d’achat, car le reste à charge va augmenter pour le citoyen »,  souligne Adrien Quatennens. Ensuite, la fin de la taxe d’habitation faisant tant débat à un coût, celui du service public de proximité « comment les communes vont se financer ? »

Comme exemple, il prend le pouls des français, la fameuse sécurité sociale tant appréciée par les Français. Ce système est reconnu de par le monde, même grignoté, mais il est aussi à la veille d’une thrombose. « Notre système de santé n’est plus digne de la 5ème puissance économique du monde », poursuit le député de la France insoumise. La sécurité sociale intégrale à 100% est-elle possible en France. Sans doute pas avec les chiffres présentés, mais elle serait beaucoup plus probable avec la prise en compte d’autres paramètres comme les 80 milliards d’euros de l’évasion fiscale justement pointés du doigt par les Frères Bocquet dans leur livre « Sans Domicile Fisc ». Comme dans de nombreux domaines, il suffit d’élargir le champ des possibles d’une thématique !

Pas assez d’offres d’emplois en France… !

Sur le chantier de l’emploi, un serpent de mer que n’arrive à endiguer aucune politique publique en terme de chômage de masse,  Adrien Quatennens prend le contre pied d’une petite musique ambiante.

Indubitablement, il y a des offres d’emplois non pourvues « mais, elles sont au nombre de 23 000 une fois que vous avez fait la mise à jour de ces dernières. En France, nous connaissons une situation de pénurie d’emplois ». Ensuite, sur le flux des capitaux (hors évasion fiscale), il pointe du doigt « 80 % des transactions financières ne vont pas dans l’économie réelle. C’est cela le capital libéré d’Emmanuel Macron. Le libre marché ne fonctionne pas. Aujourd’hui, avec les Ordonnances Macron, on met en concurrence des salariés, des entreprises, des pays ». De l’autre coté, il est indéniable sur le terrain qu’il existe un manque de qualifications, de compétences, voire de sensibilisation pour des métiers pourvoyeurs d’emplois, le monde de l’Artisanat le vit chaque jour !

Une Europe mal… traitée !

Pour une fois, il est peut-être envisageable que les élections européennes ne soient pas, comme de coutume, la ligue 2 du suffrage universel. « Cette élection ne passionne pas les Français. Les citoyens ont compris que l’Etat est la clé de voûte », entame-t-il sur ce sujet complexe qui a valu tant et tant de tourments durant la campagne présidentielle à Jean-Luc Mélanchon.

« Nous ne sommes pas contre l’Europe. Par contre, nous sommes pour une Europe plus sociale et plus écologique. Notre plan A est de renégocier les traités avec l’objectif d’une harmonie fiscale et sociale. Ensuite, si cela n’est pas possible, nous avons un plan B consistant à rassembler d’autres pays européen avec notre idéologie », explique Adrien Quatennens. Comme pour la sortie de l’Euro de Marine Le Pen, la sortie de l’Europe du traité de 1958 vers une nouvelle union européenne choisie demeure un postulat que chaque français intègre difficilement dans son schéma de pensée ! C’est un défi politique en 2018, qu’en sera-t-il dans une décennie, une évidence ou une vielle histoire ?

En politique, il existe beaucoup de choses sauf des certitudes. Par contre, en moins d’une heure, il est assez facile de constater que la jeune garde de la France Insoumise est opérationnelle et cela l’exécutif en place le sait parfaitement !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 19 février 2018
Adrien Quatennens France insoumise
L’insoumis Adrien Quatennens
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email