Le choc de l’annonce de la suppression d’emplois au sein de la Tuberie à Saint-Saulve est encore dans tous les esprits. Les salariés se mobilisent, mais ce n’est pas assez ! La vérité sur le devenir de ce site industriel doit être révélée rapidement.

Fabien Roussel : « Comment travailler avec un industriel qui ne dit pas son intention et un Etat absent ! »

Face aux choix stratégiques de Philippe Crouzet « je serai choqué qu’il bénéficie d’une prime en 2018 ! Mais surtout, il faut que ce dernier indique franchement son intention !! », s’exclame Fabien Roussel.

De manière pragmatique, la décision finale d’une poursuite de l’activité ou pas est fondamentale dans le travail de reprise d’un site industriel. « Je travaille avec Xavier Bertrand (président de la région des Hauts-de-France) sur ce dossier. Il est impératif que nous soyons fixés sur l’avenir de Vallourec sur Saint-Saulve, voire dans le Nord. Philippe Crouzet doit clairement expliquer ce qu’il veut faire. Qu’il le dise franchement !! J’étais présent pour les accords sur Ascoval. Jamais à cette date, il n’a été question de licencier sur la Tuberie. Il faut arrêter de prendre les salariés pour des imbéciles», poursuit le député de la 20ème circonscription.

Il pointe du doigt une réalité de production. « Supprimer la chaîne chaudière revient à réduire de 30% l’activité de l’aciérie… Comment travailler avec un industriel qui ne dit pas son intention et un Etat absent qui ne joue pas son rôle d’actionnaire ! »

Fabien Roussel «  On va payer les pots cassés »

Bien sûr, l’impact d’une vague de licenciement, le territoire connait. Et pourtant « les embauches sur Safran, GSK, et Toyota, c’est magnifique, mais pour que le chômage diminue sur le Valenciennois ( + de 15%), il faut refuser toute fermeture de site industriel », ajoute Fabien Roussel.

Cet état de fait conduit le député a souhaité plus de mobilisation : « On va payer les pots cassés socialement. Nous sommes tous concernés par Vallourec. Il faut une mobilisation plus large pour cette entreprise ».

Le Bassin Minier

Autre sujet de combat pour le député Fabien Roussel, le Bassin Minier mérite toute l’attention nécéssaire de l’Etat. Pour la Zone Franche dans le Bassin Minier « ça c’est fait. Par contre, pour le déblocage des enveloppes financières concernant la rénovation des logements miniers, tout ne fait que commencer ! »

Le plus dur est de débloquer une ligne de crédit afin d’éviter qu’elle soit perdue ultérieurement. On connaît la musique, le transfert et la reprise de ligne de crédits sont le jeu favori d’un aménagement de budget de l’Etat. Dans cette optique, Fabien Roussel veut  que cela se débloque « aller vite et fort ».

L’heure n’est pas au comptage « le diagnostic est déjà fait. J’ai demandé la formation d’un comité de pilotage avec la présence des bailleurs sociaux comme Maisons et Cités (Ex Soginorpa) et SIA. Nous savons quasiment à l’unité près le nombre de logements à rénover en terme d’efficacité thermique. Il sont environ 5 400 habitats sur le Valenciennois », précise-t-il.

Ensuite, un autre sujet de taille est dans la ligne de mire de Fabien Roussel pour le prochain budget de l’Etat (2019). « C’est l’ANRU minier. Le Bassin Minier a trop attendu avec un taux de chômage et de précarité trop élevé ». Sachant que la NPRU (Nouveau Plan de Rénovation Urbain), ou  baptisé ANRU 2, entre en phase opérationnelle. Il faudrait croiser les programmes de rénovation urbaine.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 5 mars 2018
Fabien Roussel Tuberie de Saint-saulve Vallourec
Fabien Roussel « nous sommes tous concernés par Vallourec »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email