Mai 2019, la date de la prochaine élection européenne est déjà gravée dans le marbre pour ce parti politique qui a porté au pinacle le thème de l’Europe durant sa campagne présidentielle. Ce samedi 07 avril 2018 s’est donc traduit par le lancement de la Grande Marche pour l’Europe partout en France et bien sûr dans le Valenciennois (visuel réunion LREM à Saint-Amand-les-Eaux).

(Visuel Marcheurs devant la basilique de Bonsecours en Belgique)

5 semaines d’écoute de la population sur le thème de l’Europe

Tout juste 2 ans après la naissance étonnante du mouvement « En Marche », les comités locaux répartis dans toute la France relancent une formule avérée gagnante en 2017, la consultation directe avec les Français(e)s. Cette fois, l’Europe est au coeur de cette initiative, une échéance européenne que le Président Emmanuel Macron ne veut plus au niveau de la ligue 2 des élections en France.

Dans chaque département français, le top départ fut donné samedi dernier. Deux manifestations sur le Valenciennois ont lancé cette consultation citoyenne à travers une marche de Condé à la frontière belge de Bonsecours, et une réunion sur la commune de Saint-Amand-les-Eaux. Un message commun et des valeurs portées pendant la campagne présidentielle refont surface. « Nous repartons sur nos fondamentaux de LREM. Nous allons pendant 5 semaines à la rencontre des citoyens avec une écoute active. Ensuite, des ateliers de restitution auront lieu afin de travailler cette collecte de données sur le terrain », commente Delphine Alexandre, la responsable du comité LREM de Valenciennes.

Chemin faisant entre la France et la Belgique

Difficile pour une opération porte à porte en 5 semaines de sonder chaque citoyen(n)e. Alors, le choix est simple « nous revenons à l’idée de base du programme d’Emmanuelle Macron. Pour cette consultation, nous irons dès aujourd’hui dans les quartiers où nous avons réalisé les moins bons scores aux dernières élections », ajoute Maxence Delehaye, responsable du comite En Marche Escaut. En clair, un ou deux quartiers par ville feront l’objet de ces rencontres particulières.

Comme de nombreux départements transfrontaliers le sujet de l’Europe parle beaucoup aux nordistes. « Condé-sur-‘lEscaut est une ville transfrontalière et par suite très concernée, la présence du comité local LREM était indispensable pour le lancement de cette Grande Marche pour l’Europe. je suis pour une Europe solidaire », ajoute Paolino Manganaro, du comité LREM de Condé-sur-l’Escaut.

Christophe Leroy, Carine Parmentier, et Christophe Itier

Sur Saint-Amand-les-Eaux, la création d’un comité local fut plus tardive. « Il est né seulement en décembre 2017, bien après l’élection présidentielle », souligne Carine Parmentier, ex suppléante de Daniel Zielinski durant la campagne législative de la 20ème circonscription. Christophe Leroy, son compère responsable du comité local, précise sa spécificité : « Nous avons décidé de nous rapprocher du monde agricole très présent dans l’Amandinois. D’ailleurs, je remercie de sa présence Isabelle Pique, représentante territoriale du monde agricole ». Voilà bien une profession très très impactée par la PAC (Politique Agricole Commune).

Sur ces deux manifestations, de nombreux comités locaux étaient représentés comme Condé-sur-l’Escaut, Saint-Saulve, Sebourg, Escaut, les 2 Helpes, Denain, Saint-Amand-les-Eaux, et Valenciennes avec dans les 2 événements la présence remarquée de membres du Modem.

Entrer dans un nouveau cycle européen

Les personnalités du parti LREM étaient aussi sur le terrain dans le Valenciennois, Christophe Itier, nouveau haut-commissaire à l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) sur Saint-Amand-les-Eaux, et Anne-Laure Cattelot, député de la 12ème circonscription à la frontière du Valenciennois.

A la lisière de la forêt de Condé-sur-l’Escaut, les Marcheurs s’étaient donnés rendez-vous en compagnie d’Anne-Laure Cattelot, la député LREM. « Mon premier travail se déroulait à la Communauté européenne sur Bruxelles. Je connais très bien les rouages de l’Union Européenne. D’ailleurs, je ne suis pas une « Euro-Béa ». Tout n’est pas parfait. Par contre, il faut bâtir un projet commun pour améliorer son fonctionnement pour tous les citoyens. Son utilité n’est pas absolument pas remise en cause ».

Pour sa part, Christophe Itier met en exergue les différences géographiques d’une consultation de terrain. « Les opérations des comités locaux en zone rurale, grande ville, voire ville moyenne seront très différentes. La perception de l’Europe pourrait s’avérer constrastée selon la zone géographique consultée. Durant la campagne présidentielle, nous avons été le seul mouvement (avec le Modem) à porter le thème de l’Europe. Il faut passer demain à une autre phase de l’Union européenne dans de multiples domaines comme l’agriculture, sociale, fiscale… , Make Europe Great again ».

Un programme européen LREM pour l’automne 2018

Delphine Garnier, la coordonnatrice de la Grande Marche pour l’Europe sur le département du Nord insiste sur la méthode en s’adressant aux Marcheur(e)s. « Nous ne vendons pas un programme. Nous sommes à l’écoute des citoyens à travers un questionnaire. Attention, soyez très précis dans la prise de note, n’interprétez pas des expressions, la précision des mots est fondamentale durant cette consultation citoyenne ».

Enfin, la référente départementale pour le Nord du parti LREM, Sarah Robin, a souligné onze rassemblements dans le Nord, voire 15 lancements de campagne en porte à porte. Cette remontée d’informations de terrain débouchera sur la construction d’un programme pour l’Europe qui sera soumis sur le terrain avant la fin de cette année 2018. Cette stratégie incrémentale est parfaitement assumée par le parti LREM.

Pour autant, face à ce tombeau d’incertitudes sur un sujet aussi important que l’Europe, si unie, si différente, si divisée parfois, l’ampleur de l’incompréhension de cette institution par les citoyens pourrait se révéler très édifiante. Sous l’impulsion d’Emmanuel Macron, 26 pays lancent de manière concomitante cette consultation citoyenne afin de comprendre les populations « à l’exception de la Hongrie qui a refusé cette initiative », souligne Delphine Garnier… vous avez dit division !! La même année que l’entrée en vigueur du Brexit, cette échéance européenne en 2019 constituera un tournant pour cette institution Europe, cela crève les yeux !

Conférence sur l’Europe le vendredi 13 avril

Dans la lignée de cette Grande Marche pour L’Europe, une conférence est organisée sur le thème « Envie d’Europe » ce vendredi 13 avril à 18H45  au sein du Grand Salon de l’Hôtel de Ville de Valenciennes (gratuite et ouvert au public). De nombreux parlementaires, conférencier, experts des relations internationales etc. participeront à ce rendez-vous important pour la compréhension des enjeux de cette cruciale élection européenne.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 8 avril 2018
La Grande Marche pour l'Europe LREM
LREM lance son écoute européenne de proximité
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email