Politiquement parlant… personne n’a vu arriver le couac entre la remise du rapport de Jean-Louis Borloo, commandé par le gouvernement, et le Président de la République Emmanuel Macron.

1H30 d’éloge funèbre du Plan Borloo par Emmanuel Macron, le discours d’une autre méthode… !

Reprenons depuis le début, le gouvernement d’Edouard Philippe demande, avec la validation ostentatoire d’Emmanuel Macron, une étude à Jean-Louis Borloo sur les banlieues. Dire qu’elle était nécessaire, et que Jean-Louis Borloo était l’homme de l’art le plus qualifié pour le réaliser est une lapalissade. Là n’est pas le problème.

Sur le fond, Jean-Louis Borloo propose 19 mesures, un package à 48 milliards d’euros. Chacun jugera des choix de part et d’autre. «Je ne vais pas annoncer un plan ville ni un plan banlieue ni quoique ce soit, parce que cette stratégie est aussi âgée que moi», dixit Emmanuel Macron, tout est dit sur son appréciation du rapport de Jean-Louis Borloo. Dans son discours, Emmanuel Macron ne présente pas un Plan Banlieue en mode JL Borloo, mais une méthode, une philosophie. Une autre approche est proposée, les arguments de fond sont très éloignés entre les deux parties.

Par contre sur la forme, imaginez que M. Spinetta, auteur du dit rapport sur la SNCF, est parcouru les plateaux télé, les matinales de radio, les rédactions des grands quotidiens etc., vu l’impact du seul rapport, on n’ose imaginer le résultat.

Jean-Louis Borloo n’a pas voulu la jouer profil bas. Depuis le début de la 5ème république, des milliers de rapports sont classés en mode vertical, certains ont un écho, mais jamais une campagne de promotion d’un rapport ne s’est réalisée de manière aussi ostentatoire, c’est du jamais vu ! L’ancien ministre de Nicolas Sarkozy a agité tous ses réseaux( très nombreux) pour faire son autopromotion, et de fait mettant une pression politique réelle sur le Président de la République.

Un éditorialiste politique disait hier matin « l’ancien ministre a peut-être fait une erreur psychologique ». Hum, lorsque vous avez un Président de la République jupitérien avec un programme gravé dans son ADN sur 5 ans, voire 10, et que tranquillement un politique expérimenté vient lui crier dans les oreilles via un rapport- Emmanuel, tu n’as rien compris aux quartiers, je vais tout t’apprendre… -’. Bizarrement, le message passe mal, les exégètes du Macronisme s’étouffent sur la méthode employée par l’ancien ministre d’Etat.

Sans aucune surprise, et quel que soit les arguments des deux parties, on ne compte plus les articles de la presse nationale annonçant l’enterrement du dit rapport, mettant à mal son contenu avant même le discours du président. Là chose s’est vérifiée pendant 1H30 de monologue, le dit rapport Jean-Louis Borloo restera sur une clé USB… quel que soit sa pertinence encore une fois !

Coup de froid à Valenciennes… !

Donc mécaniquement, que va faire Laurent Degallaix, le maire de Valenciennes, « Baby Borloo », sachant que les accords sont passés entre LREM Valenciennes et le maire de Valenciennes depuis septembre 2017.

Quelle position va adopter Laurent Degallaix ?

-Renier le père, et architecte de sa carrière politique hier, aujourd’hui, et demain ?

-Renier son alliance avec LREM local compte tenu des divergences de vue sur un sujet cher à Jean-Louis Borloo ?

-Réaliser une alliance locale avec LREM (sans accord parisien) quitte à voir débarquer une autre liste LREM (officielle) sur Valenciennes ?

Et voilà comment toute une stratégie longuement travaillé par Laurent Degallaix, le maire de Valenciennes, avec un véritable sens politique, est bouleversée par une crise d’égo parfaitement inutile du père bienveillant… !

A quoi mène l’égo politique… ?

– François Fillon a ne pas renoncer à sa candidature à la présidentielle même la tête au fond du panier.

– Jean-Marie Le Pen à torpiller sa propre fille réduisant d’un pourcentage inconnu les bulletins de vote en faveur de Marine le Pen.

  Jean-Luc Mélanchon à ne pas reconnaître le soir du 1er tour sa défaite en tergiversant vers 23H…? Cette attitude très éloignée d’un homme d’Etat a sans doute réduit le nombre de députés de la France Insoumise qui pouvait viser nettement mieux aux législatives.. D’ailleurs,  cet affaiblissement du leadership de la France Insoumise a permis à la loi Travail de passer comme une lettre à la poste. Une fin d’année 2017 catastrophique pour Jean-Luc Mélanchon qui retrouve enfin des couleurs, 8 mois de purge pour 30 secondes d’égo…

– La querelle politique entre Manuel Valls et Benoit Hamon avec le résultat que l‘on connait. La véritable surprise est que Benoit Hamon est atteint le seuil des 5% au 1er tour de la présidentielle… Aujourd’hui, Olivier Faure paye le prix tant sa voix est audible comme celle du mime Marceau !

Voilà en quelques exemples l’impact d’une crise d’ego politique. Que se passera-t-il suite à cette initiative de Jean-Louis Borloo, le paysage politico/médiatique est peut-être complètement rebattu au centre, sauf trêve européenne, car si d’un coté vous avez un président qui est rentré « par effraction », et a résisté à tout, de l’autre vous avez un candidat putatif qui a lâché prise le 05 octobre 2011, deux mondes bien différents en effet !

La réponse politique  de JLB ?

Face à ce discours du Président de la République très contesté sur le fond, deux choix de répliques médiatiques pour l’ancien ministre, ou on valide que bien entendu la méthode Macron cocherait toutes les cases du rapport Jean-Louis Borloo, c’est vrai le mot banlieue figure dans les deux approches…, voire on contre-attaque vigoureusement pour défendre son plan basé sur un audit de terrain, et son expérience reconnue en la matière. Globalement, la réflexion d’un plan dispendieux dit suranné, et celle d’une méthode comptant plus sur une mobilisation citoyenne dans les quartiers (hors volet sécuritaire) n’ont pas grand chose de commun dans la mise en oeuvre, c’est un autre paradigme clairement !

Visiblement, Jean-Louis Borloo commence à rétropédaler :

https://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/banlieues-macron-ne-suivra-pas-le-plan-borloo-tres-couteux-a-la-lettre_2764231.html

http://www.liberation.fr/france/2018/05/22/banlieues-borloo-se-dit-tres-satisfait-des-annonces-de-macron_1651834

https://www.bfmtv.com/politique/banlieues-macron-n-annonce-pas-de-plan-et-prend-ses-distances-avec-les-propositions-de-borloo-1452483.html

http://www.lemonde.fr/banlieues/article/2018/05/22/banlieues-jean-louis-borloo-se-dit-satisfait-des-annonces-d-emmanuel-macron_5302886_1653530.html

C’est une gifle politique pour Jean-Louis Borloo qui fera date, un peu inattendue pour être honnête, les conséquences sont incalculables à ce jour, mais elles seront palpables durant les prochaines élections. Jean-Louis Borloo ne partage pas les mêmes convictions que le Président de la République en terme de politique intérieure tout au moins, point ! 

Compte tenu du concert des commentaires de droite et de gauche sur l’enterrement de 1ère classe du plan Borloo, le supplice pour l’ancien maire de Valenciennes sera d’accepter la feuille présidentielle comme la solution à tous les maux des banlieues, sans un mot, sans une once de révolte, sans un iota d’amertume sur le fond, « un esprit libre », comme le souligne le Président de la République, transformé en factotum. Mais la real politique n’est jamais éloignée, et pour conserver une mairie emblématique, même par candidat interposé, on acceptera sans sourciller toutes les humiliations publiques. Après tout, le délitement des convictions, pfff, c’est la politique.. !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 22 mai 2018
banlieues Emmanuel Macron Jean-Louis Borloo Rapport Borloo Valenciennes
Le rapport Borloo pourrait-il bouleverser les municipales à Valenciennes ?
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email