De passage à Valenciennes, le Directeur du diocèse de l’enseignement catholique de Banfora est également un enseignant atypique au sein du lycée privé catholique Saint-Luc de la dite commune, au Burkina Faso. L’objet de son voyage en France est la collecte de fonds pour une Académie de football, en pleine effervescence du ballon rond, c’est bien vu (Visuel devant le Musée des Beaux-Arts à Valenciennes).

Abbé Alexandre Bingo K de Banfora : « Le remède à l’émigration est un bien-être dans son pays »

Au Burkina Faso, la commune de Banfora comprend une population d’environ 170 000 habitants, elle se situe plein sud, proche de la frontière du Mali et de la Côte d’Ivoire. Cette région est (encore) placée en zone sensible par le Quai d’Orsay. « Cela n’empêche pas les ONG de venir, ni les associations travaillant depuis longtemps au Burkina Faso, sauf pour les très très prudentes. La sécurité 100 %, cela n’existe pas », souligne le Père Alexandre. Il plante sa philosophie en reprenant une citation bien connue « vas où tu veux, meurs où tu dois ». Dès cet instant, vous savez que l’interlocuteur est trempé dans un moule peu commun.

Prêtre depuis 2005, le Père Alexandre (41 ans) n’a pas trouvé dans l’exercice des rituels, messe, cérémonies… sa voie religieuse. « Ce n’est pas mon chemin », dit-il sans détour. Par contre, le contact avec la jeunesse, l’enseignement aux autres, constituent son ferment ; sa quête quotidienne. Licencié en sociologie, Master en science de l’Education, l’homme de foi est un enseignant au spectre pédagogique très large ! « Je suis enseignant dans 3 matières, l’instruction religieuse (toutes spiritualités confondues), en Africanité (culture africaine), et en Latin. Moi, mes élèves en Latin prennent de l’avance en Français sur tous les autres ! J’aime beaucoup la structure de cette langue morte », explique ce pédagogue aux multiples facettes.

Sur le volet de la culture locale, il est intarissable : « La connaissance de la culture africaine est indispensable ». D’autant plus dans un pays recensé à plus de 18 millions d’habitants en 2016, dont la moitié seraient âgés de moins de 20 ans, un défi identitaire indéniablement. « Cette jeunesse burkinabé est dynamique, en contact avec la mondialisation, mais elle est également en perte de son identité culturelle », poursuit le Père Alexandre.

« Les jeunes ont envie d’un bien-être chez eux », Père Alexandre

Rester au pays, le Père Alexandre croit avec une détermination sans faille à cette possibilité : « Les jeunes ont envie d’un bien-être chez eux. Il faut les écouter, aller à la découverte des talents. Les intelligences multiples, j’y crois beaucoup à contrario de certaines machines à diplômes qui lancent sur le marché de l’emploi des futurs frustrés.».

Difficile de trouver un meilleur plaidoyer pour le maintien d’une jeunesse ambitieuse dans son pays. Tous les discours nationaux du moment, en France notamment, font exactement le même constat. « Le remède à l’émigration est un bien-être dans son pays », commente le Père Alexandre.

Une Académie de football au Lycée catholique Saint-Luc

Fondé en 2012 grâce aux fonds d’un ONG espagnole, Manos Unidas (http://www.manosunidas.org/), le lycée catholique Saint-Luc de Banfora accueille les enfants de 12 à 18 ans, de la 6ème à la terminale. En 2018, il revendique 367 élèves.

Autour de l’enseignement magistral, le Directeur du diocèse de l’enseignement catholique de Banfora a mis en place six ateliers : Coiffure, chorégraphie, acrobatie etc., mais également football. « Très vite, cela a débouché sur une Académie de football avec des horaires aménagés, nous avons en 2018 35 élèves participants; A terme, nous voulons aligner notre propre équipe de football dans un championnat national », souligne-t-il. Cette Académie fonctionne comme nos historiques sports-études que nous retrouvons dans de multiples disciplines en France.

Le projet se structure avec la création prochaine d’un internat de 40 lits. « Il est financé à hauteur de 90 000 euros par une ONG italienne. Par contre, nous cherchons des fonds pour l’aménagement de terrain, les équipements, et le matériel sportif, pour un montant de 10 000 € », lance le Père Alexandre.

Avec de la suite dans les idées, le Père Alexandre veut également « lancer une Académie de Musique dès septembre 2018. Le sport et la culture sont deux piliers du développement personnel des jeunes. L’éducation par le talent permet de lutter contre le manque d’emploi ». Et par suite, d’une attention particulière susceptible d’ouvrir un chemin sur le sol de son pays.

Pour réaliser un don au Lycée catholique Saint-Luc de Banfora

Pour effectuer un don, vous pouvez passer par une association française, Terya-Amitié. Elle intervient dans les écoles en parrainant et soutenant les oeuvres du Lycée catholique Saint-Luc. Elle est reconnue d’utilité publique avec toutes les déductions fiscales à la clé (chèque à l’ordre de l’association).

Coordonnées :

TERIYA AMITIE
5 Place Saint-Jean/
69 005 Lyon

teriyalyon@gmail.com  ou jeanpierreburlet@hotmail.fr

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 3 juillet 2018
Abbé Bingo K Alexandre Père Alexandre
Le Père Alexandre révélateur des talents africains
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email