La rénovation urbaine continue son oeuvre sur le Pays de Condé, et notamment à travers un programme urbain très ambitieux sur la commune de Vieux-Condé. Tous les acteurs étaient présents pour cette 1ère pierre, commune, agglo, bailleur social, et acteur public en faveur de la redynamisation du commerce de proximité , un agglomérat de fonds publics…, il n’en fallait pas moins pour aboutir !

(Visuel de la maquette du projet)

Valérie Lasek, Directrice Générale d’EPARECA : « Nous intervenons de plus en plus en centre-ville »

Cet horrible acronyme PNRQAD (Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés) a trouvé sa traduction concrète dans le Valenciennois en fin d’année 2011. Une convention signée entre l’Etat et l’intercommunalité. Valenciennes Métropole pilote donc depuis cette date ces projets de rénovation urbaine très ciblés. En effet, ces chantiers sont distillés sur 5 villes, Fresnes-sur-Escaut, Condé-sur-l’Escaut dont sa mise en oeuvre a perturbé le monde du commerce, Valenciennes avec pas moins de 3 programmes toujours en attente, et bien sûr Vieux-Condé, Rue Gambetta-Rue Dervaux.

« La maîtrise foncière s’est réalisée sans aucune expropriation », Guy Bustin

A juste titre, l’édile de la 1ère commune en arrivant de Belgique met en exergue le temps long d’un dossier : « Les habitants ne comprennent pas ». Effectivement, avec une signature fin 2011, un appel à projets remporté par le bailleur social départemental, Partenord, en 2013 ; un 1er projet présenté par l’ancien maire Serge Van Der Hoeven, et un dossier que « nous avons dépoussiéré pour aller voir Valenciennes Métropole », explique Guy Bustin. 2011-2018 avant la 1ère pierre, le citoyen peut s’agacer incontestablement.

Le premier magistrat peut pour autant se féliciter d’un traitement de dossier chirurgical. « La maîtrise foncière s’est réalisée sans aucune expropriation. Nous avons reçu tout le monde, on a fait du cas pas cas, les propriétaires occupants, les non occupants, voire les locataires. Je remercie évidemment l’EPF (Etablissement Public Foncier) pour son intervention financière dans ce dossier », explique Guy Bustin.

Concrètement, sur le volet de l’aménagement urbain, la commune a eu son mot à dire via la présence de David Bustin au sein du comité de pilotage de Partenord notamment. Propos qui peut surprendre, mais lorsqu’un fonds d’Etat intervient, que l’agglo est le maître d’oeuvre, que le bailleur social réalise le projet, l’avis de la commune pourrait devenir superfétatoire… Sauf qu’au premier bug, devinez qui va voir le citoyen, le premier qu’il pourra houspiller à sa guise, le maire bien sûr ! C’est pourquoi, le premier magistrat demeure le premier de cordée de la démocratie participative d’un pays.

Pour autant, le nerf de la guerre se ventile comme suit ; sur les 7,5 millions d’euros du projet, 5 341 000 € Partenord, 1 820 000 € EPARECA, Vieux-Condé 91 500 €,  Valenciennes Métropole 91 500 €, et 158 100 € par l’Etat.

Un millésime prometteur.

Ce projet prévu pour fin 2019 est composé de 30 logements collectifs, de 13 logements individuels, et 9 locaux commerciaux sans oublier un espace pour la Police Municipale. Le Projet de logements Partenord s’est associé avec l’acteur public EPARECA en charge de redynamiser des commerces de proximité « Notre mission est initialement en périphérie, mais hors Métropole, nous intervenons de plus en plus en centre-ville », précise Valérie Lasek, Directrice Générale d’EPARECA.

Cette rénovation urbaine comprend de fait 9 nouvelle cellules commerciales. Non loin de là, le coiffeur, la pharmacie, et l’agence de Pompes Funèbres vont se relocaliser sur ce site. « C’est un transfert quasi en temps réel », précise Guy Bustin.

A juste titre, Valérie Lasek précise que cette redynamisation du commerce de proximité, dans les quartiers, en l’occurence en centre-ville, est « temporaire ». En effet, après un temps d’exploitation assortie d’un loyer modéré, ces espaces commerciaux doivent trouver de nouveaux investisseurs. A l’instar de l’EPF sur les espaces fonciers, le temps d’acquisition est limité dans le temps, car une partie très bien fléchée dans les budgets de ces structures prend en compte les cessions de ses actifs à la fin du temps contractuel.

L’originalité de ce projet est l’imbrication dans ce chantier d’un poste à destination de la Police Municipale d’une surface de 90 M2 «  de plus en plus présente sur Vieux-Condé », souligne Guy Bustin. Lointaine est l’époque où le fondateur de la Jeunesse Communiste, Guy Bustin, était comme tout le PCF allergique aux forces de l’ordre… !

Partenord, le dernier bailleur social ?

En propos liminaire, Max André Pick, président de Partenord, vice-président du Conseil départemental, pique « Partenord, c’est peut-être le dernier bailleur social… ». Allusion directe à la ponction de l’Etat dans les caisses des bailleurs sociaux sans distinction des situations financières confortables ou plus tendues comme dans le Nord de la France. Toutefois, une demande des bailleurs sociaux a été convertie dans la loi ELAN, où tant est à dire, à travers l’autorisation de vendre après une certaine durée des appartements de leur parc immobilier. Pas banal, car comme disent certains élus « nous n’avons aucun recul sur une éventuelle spéculation immobilière ». Le silence assourdissant des bailleurs sociaux fut assez éloquent face à ces critiques, une belle opération de lobbying, du grand art dans un hémicycle où le vote comme un seul homme est la règle d’or. Constaté encore sur la loi de finance 2019, les amendements ne passent quasiment jamais.

Toutefois, le projet de l’îlot Gambetta/Dervaux à Vieux-Condé présente tous les critères d’un excellent cru. «  La liste d’attente pour ces 43 logements est conséquente », souligne le maire. 43 familles pourront donc fin 2019 bénéficier d’un logement d’une grande qualité au coeur de la ville, entre la Place centrale et le Boulon, tout un programme.

Une voie douce sera également aménagée entre la rue Gambetta et  la rue Dervaux. « J’ai proposé que cette voie s’appelle Gustave Eiffel, car à quelques pas de là, les rivets de la Tour Eiffel ont été réalisés à l’époque », conclut le maire de Vieux-Condé. Décidément, cette commune prend de la hauteur…urbaine !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 16 novembre 2018
EPARECA Partenord PNRQAD Valérie Lasek Vieux-Condé
Le PNRQAD se déploie (aussi) à Vieux-Condé
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email