Après plusieurs sites en gestion directe en France, Wereso, entreprise dédiée au coworking, a choisi d’installer son premier franchisé à Valenciennes. Retour sur une ascension assez fulgurante de cette entreprise nordiste dont l’arrivée sur l’Athènes du Nord n’est pas du tout le fruit du hasard… (visuel bâtiment historique de la CCI Grand Hainaut).

(Armand Verger et Ludovic Gaubert)

Ludovic Gaubert, 1er franchisé Wereso

L’installation d’un entrepreneur privé est toujours une bonne nouvelle, mais l’originalité de celui-ci réside dans le package Wereso à Valenciennes. En effet, ce n’est pas à travers la construction ex nihilo d’un nouveau site, ni une reprise d’un local commercial vacant, mais tout simplement par la prise en main partielle des locaux de la Chambre de Commerce et d’industrie sur la ville de Valenciennes, c’est tout de même une page qui se tourne dans la vie consulaire territoriale.

En effet, si la partie réhabilitée demeure (pour l’instant) occupée par la CCI Grand Hainaut, en sus des agents consulaires au sein de la Serre Numérique (propriété de la CCI), le bâtiment historique sera investi par une entreprise de coworking très rodée, et en plein développement. Cette révolution s’inscrit dans le cadre d’un plan social massif au niveau de la CCI Régionale. « Nous sommes en pleine restructuration, et plutôt que d’avoir des locaux vides. Nous avons choisi d’en louer une partie », précise Gautier Hotte, directeur exécutif de la CCI Grand Hainaut… une déclaration qui a le mérite de la transparence. Par contre, pour Wéreso, c’est un coup de maître car le bâti historique est magnifique avec des espaces très appréciables. Pour les futurs clients de Wereso Valenciennes, le coworking sous une toile de Jonas a un certain cachet, ça le fait carrément !

« Le Coworking est une réponse à la mobilité subie », Laurent Verger

Les entreprises en la matière ne manquent pas, individuelles où sur plusieurs sites, elle existent déjà, car elles répondent à plusieurs thématiques cruciales du moment.

« Tout d’abord, le choix du 1er franchisé sur Valenciennes répond à une problématique palpable au quotidien. L’axe routier Valenciennes-Lille, et Lille-Valenciennes est un dès plus chargé de la région des Hauts-de-France. Les trains sur ce trajet sont également bondés. Ensuite, plus globalement, le Coworking est donc une réponse à la mobilité subie », commente Armand Verger, fondateur en 2014 de Wereso.

Ensuite, le coworking répond merveilleusement à la thématique du manque de foncier, du trop peu d’espace dans les entreprises. Après les espaces serveurs relocalisés dans des DATA Center, les salles de réunions à l’ancienne sont marquées d’une obsolescence programmée à moyen terme. Dire que la consommation d’espace au sein de l’entreprise afin de réunir un groupe de personnes devient totalement surannée, le terme est gentil ! « Contrairement aux solutions traditionnelles, les offres flexibles que nous proposons chez Wereso, avec des espaces privatifs, partagés, voire des salles de réunions, de convivialité, mais également des douches etc. permettent des économies (tout coût consolidé) très importantes suivant les secteurs d’activités », indique Scott Kiman, responsable commercial chez Wereso.

« L’esprit de Wereso est celui de la communauté », Laurent Verger

Le fondateur de l’entreprise Wereso ne cachait pas sa satisfaction vendredi dernier à l’occasion de cette cérémonie officielle consacrant la 1ère signature avec un franchisé en France. « Mon parcours est celui d’une reconversion. Mon projet initial était à Valenciennes, mais le dossier a avorté en 2013. Ce fut un coup très dur surtout quand vous êtes en fin de droit chez Pôle Emploi… », souligne Armand Verger. Pour autant, sa pugnacité fut récompensée à travers un nouveau projet de coworking abouti sur Lille, au 104 rue Nationale ! Oui, l’entreprenariat n’est pas un long fleuve tranquille, il ne se résume pas au CAC 40, mais à des femmes et des hommes les mains dans la glaise !

Donc, en 2014, Wereso a commencé à déployer son offre sur Lille, puis sur Paris (Colombes 92), Marseille au sein de la Gare Saint-Charles, 2 sites sur Lyon, Bordeaux en cours comme un site sur La Défense. « En direct, c’est assez facile de visualiser les grandes métropoles (10 à 15) que nous voulons gérer en direct », poursuit Armand Verger. A chaque fois, l’option retenue par Wereso est de louer via un bail 3,6,9 tout à fait classique !

Bien évidemment, une gestion intégrée impose une présence physique sur le terrain. « Sur chaque site géré par Wereso, nous avons 3 salariés, un manager, un animateur, et un community manager. Ensuite, nous restons sur un espace entre 1 000 et 2 000 M2, donc pas trop grand afin de conserver une convivialité entre les utilisateurs », explique Scott Kiman.

Ensuite, comme tout projet, il faut un fil conducteur puissant. « L’esprit de Wereso est celui de la communauté. Nous voulons un mixage des clients au sein de nos espaces Wereso, c’est la diversité qui va créer du business, c’est un espace de liberté, pas de flicage. Nous élevons la rencontre au rang de valeur », insiste Laurent Verger.

« Vers un maillage régional », Scott Kiman

Après le passage en revue des sites en gestion directe, la cible est un déploiement plus large sur l’hexagone. « Nous nous dirigeons vers un maillage régional, 10 à 15 villes sont identifiées dans la région Hauts-de-France dont Douai, Hazebrouck, Dunkerque etc. Par contre, notre modèle est toujours celui d’un espace coworking installé en centre-ville, et pas perdu dans la campagne », précise Scott Kiman.

Pour dynamiser chaque site Wereso de coworking, une « Wereso Academy » est en place. En effet, chaque « jeudi, un professionnel vient se présenter, un expert dans son domaine ce qui va permettre un échange avec les utilisateurs », indique Armand Verger… toujours avec ce dénominateur commun, la rencontre ! 

« Nous ouvrions au public début avril 2019 », Ludovic Gaubert

Dans la suite logique, cette installation d’une première franchise est également l’histoire d’une rencontre. « J’ai suivi les travaux d’aménagement des locaux de Lille etc. avec mon entreprise Study-Concept. J’ai rencontré et apprécié à cette occasion son fondateur Laurent Verger. Nous partageons certaines valeurs. D’ailleurs, quand il m’a dit- je veux que ce soit toi le premier franchisé Wereso- j’ai de suite accepté », indique Ludovic Gaubert, un franchisé au sourire ambitieux. D’ailleurs, Ludovic Gaubert ne s’interdit pas le déploiement d’autres franchises dans les Hauts-de-France.

Ce vendredi 07 décembre, la signature officielle de la première franchise en France s’est donc réalisée au sein de la CCI Grand Hainaut. « Le bail est au 31 décembre 2018, mais nous devons aménager ces locaux, nous ouvrirons au public début avril 2019 », poursuit Ludovic Gaubert. Les travaux de conformité des espaces existants à la charte Wereso seront donc assurés par le franchisé au sein de ce bâtiment chargé d’histoire. « L’aménagement des espaces est fondamental pour Wereso, il faut un cadre propice à l’autotravail, la bonne circulation entre les univers de travail est importante, Il ne faut pas confondre proximité et promiscuité », conclut Armand Verger.

Le fondateur compte bien sur ce 1er franchisé pour mailler la région Hauts-de-France, et plus si affinités avec d’autres franchisés « nous avons listé près de 65 villes moyennes en France où nous souhaiterions lancer un Wereso franchisé ».

Voilà une tranche de vie d’entreprenariat sur le Valenciennois, le début d’une histoire pour Ludovic Gaubert.

Retrouvez également cet excellent article sur la perspective du coworking en France sur le figaro.fr : http://www.lefigaro.fr/decideurs/emploi/2018/10/24/33009-20181024ARTFIG00001-le-coworking-devrait-rapporter-123-milliards-a-l-economie-francaise-d-ici-a-2030.php

Salon Jonas avant aménagement Wereso

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 9 décembre 2018
Armand Verger coworking Ludovic Gaubert Scott Kiman Valenciennes Wereso
Wereso débarque en force à Valenciennes
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email