Après six semaines de trêve internationale, les Amandinoises ont clôturé samedi dernier la phase aller du championnat sur une défaite face à Nantes (20-26). Totalement absentes en première mi-temps, elles ont réagi en seconde mais il était trop tard. Le bilan de cette phase est le suivant : 1 victoire (face à Dijon le 21 octobre 26-18), 10 défaites. La phase retour ne doit plus être celle de l’apprentissage si les joueuses de Florence Sauval veulent se maintenir en LFH !

Dernier match de la phase aller : Nantes

Lors de la trêve internationale, les Amandinoises ont bien travaillé : la technique et le physique. Elles ont également disputé deux matchs amicaux : un à Abbeville face à Paris 92 (23-23) et un à Aulnoye-Aymeries face à Sambre Avesnois (D2, 17-24). Elles se sont entraînées en partenariat avec le club de Lomme.

Samedi 29 décembre, elles ont affronté Nantes. Jessica Dias et Carolline Dias Minto étaient de retour de blessure. Hadja Cissé, Niacalin Kanté et Roseline Ngo Leyi étaient elles de retour de la CAN. Nataliya Danshina était toujours blessée. Les Amandinoises ont encaissé un terrible 6-0 (3-4 puis 3-10). Nantes n’a pas forcé son talent, la gardienne Catherine Gabiel a inscrit tranquillement un but de ses cages…Attaques infructueuses, pertes de balles, défense dépassée et gardiennes privées d’arrêt…  Les Amandinoises, sonnées, allaient-elles se réveiller après la pause ? Oui. Ivana Filipovic a été impériale aux penaltys et Marion Malina n’a pas hésité à défier la défense nantaise. Dans la salle Maurice Hugot qui affichait complet,  elles s’inclinent de 6 buts après avoir montré deux visages.

L’entraîneur Florence Sauval est formelle, « nous n’avons plus d’excuse. Il faut prendre ses responsabilités. La première mi-temps est ratée, nous passons à travers, un match c’est 60 minutes, il ne faut plus faire de cadeaux. Il faut plus d’exigence, faire preuve d’abnégation. Avec notre public il faut se transcender, montrer de la hargne. Quand nous récupérons un ballon et que nous ne le mettons pas derrière, ça nous pénalise. Je suis déçue pour les filles, ce n’est pas ce qu’elles ont mis en avant pendant la trêve. J’espère que nous montrerons un autre visage dès le prochain match. Il faut avancer ».

HBCSA – Nantes : 20-26 (8-18).

– HBCSA : Saibou (47 min, 4/24 arrêts), Pereira (13 min, 0/6 arrêt) ; Vautier 1/1, Bellonnet 1/3, Cissé, Surmely 0/1, Dias Minto 1/3, Malina 4/10, Kanté 2/2, Dias 0/1, Dewez 2/2, Filipovic 7/12 dont 5/5 pen., Le Bihan, Ngo Leyi 2/2.

– NANTES : Gabriel (30 min, 6/13 arrêts), Attingré (30 min, 8/20 arrêts) ; Loquay 1/1, Lignières 1/1, Boutrouille 4/7, Ayglon-Saurina 2/4, Dancette 4/7, Baudouin 5/6 dont 1/1 pen, Gomes, Ahanda 0/1, Mitrovic 6/6, Escribano 2/3 dont 2/2 pen., Bellec, Gabriel 1/1.

Le bilan de la capitaine

Avec 21 buts au compteur sur la phase aller Marion Malina est le genre de joueuse à aimer le combat. Pour la capitaine, « cette phase aller c’est celle de l’apprentissage. La LFH c’est nouveau pour nous, nous avons beaucoup travaillé. A nous de montrer que nous avons le niveau. Défensivement nous sommes plus costauds. Nous commettons encore beaucoup de petites erreurs, ça ne pardonne pas. Quand nous avons de la patience et de la continuité en attaque, ça va. Notre objectif c’est le maintien, nous donnerons tout pour l’obtenir ».

Le bilan de l’entraîneur

« Nous sommes dans la phase d’apprentissage de D2 à LFH. L’équipe a changé. Il faut qu’elle trouve son rythme, que les joueuses apprennent à se connaître, ça met du temps, nous avons appris. Nous avons appréhendé le niveau. Maintenant il faut une âme », précise Florence Sauval. « Un match c’est 60 minutes. Il faut se servir d’être à domicile pour mettre le feu. La phase retour c’est comme si nous recommencions une saison. Il faut garder la deuxième mi-temps face à Nantes, nous avons produit des choses et fait quasiment jeu égal. Mais ce n’est pas suffisant, nous ne pouvons pas faire autant d’erreurs qui nous pénalisent. Il faut continuer à travailler et limiter les erreurs qui nous coûtent cher ».

Le bilan de la Présidente

Pas de langue de bois pour Sophie Palisse, « sur le plan sportif, nous avons connu grandeur et décadence. J’ai vu de belles choses sur certains matchs et j’ai vu contre Nantes une équipe sans gardienne. Or sans gardienne nous ne pouvons pas gagner. J’espère un sursaut…plus les erreurs techniques comme les pertes de balles… Nous avons gagné la deuxième mi-temps (12-8). Nantes est dangereux à tous les postes. Nous n’avons pas été ridicules, nous lui tenons tête. En handball ce n’est jamais mort. Les 20 dernières minutes nous nous sommes lâchées. La phase aller est mitigée. Il faut gagner contre les équipes qui sont nos concurrents directs pour rester en LFH. Je reste confiante, le club grandit, se structure, s’organise avec des VIP. Nous réussissons à avoir de nouveaux partenaires. Pour cela il faut être attractif, avoir des valeurs, des joueuses accessibles. Nous recrutons encore des bénévoles. Nous avons mis en place une commission jeune dirigeant qui démarrera en janvier. C’est pour préparer, aiguiller les jeunes, il faut toujours anticiper. Nous pouvons découvrir des talents ».

Les Amandinoises commenceront l’année 2019 par un déplacement à Chambray Touraine le vendredi 4 janvier.

Anne Seigner

 

Publié par Anne Seigner le 2 janvier 2019
Florence Sauval HBCSA Marion Malina Sophie Palisse
(HBCSA) Après une phase aller d’apprentissage, des victoires en phase retour ?
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email