L’actualité était très chargée pour ce Conseil communautaire avec en point d’orgue l’avant dernier volet de l’opus budgétaire (complet) de cette mandature 2014/2020. Pas de doute, l’année 2019 sera un tournant dans l’histoire de la 5ème République à travers plusieurs temps forts, également sur notre territoire où la vie industrieuse est compliquée comme pour ASCOVAL.

Alain Bocquet : « Il faut continuer de nous battre avec les salariés, les syndicats, tous les élus, et la population pour la pérennité d’ASCOVAL »

Tout d’abord une minute de silence a été observée en mémoire de Bertrand Huart, ancien maire d’Hélesmes. Ensuite, le président de la Porte du Hainaut a dénoncé ces insupportables tags antisémites sur la maison d’une élue de Wallers. Décidément, certains actes inqualifiables reprennent des couleurs, nous ne devons jamais baisser la garde. « Nous devons être mobilisés toutes et tous dans ce climat nauséabond de populisme et d’extrémisme qui progresse partout dans le monde menaçant la démocratie et l’état de droit », précise Alain Bocquet.

Ensuite, le sujet crucial du moment, l’avenir d’ASCOVAL évoluant chaque jour. Hier, le Ministre de l’Economie, Bruno Lemaire, a annoncé un nouveau délai d’un mois dans l’espoir de trouver un nouveau repreneur. Pour sa part, le dossier d’Altifort a perdu toute pertinence aux yeux de Bruno Lemaire. Ce dernier lui demandant de se retirer du projet. « Il faut continuer de nous battre avec les salariés, les syndicats, tous les élus, et la population pour la pérennité d’ASCOVAL », déclare Alain Bocquet. Rien n’est perdu, mais que c’est difficile moralement pour les salariés d’ASCOVAL !!

Toujours dans son propos liminaire, Alain Bocquet revient sur le délicat dossier de la hausse très importante de la CFE fin 2018, douloureusement apprécié par le monde de l’entreprise sur la CAPH. « Je souhaite vous présenter la mise en place de la commission chargée d’examiner les situations individuelles des entreprises mises en difficulté »… « elle va réunir la CAPH, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, la CCI du Grand Hainaut, et des représentants des assujettis »… « nous tenons toutes nos promesses ». Le traitement chirurgical ne sera pas du luxe pour sortir ces entreprises de ce mauvais scénario fiscal.

Le ROB 2019

Un commentaire de Jean-François Delattre, maire de Artres, est éclairant sur ces travaux du dernier exercice budgétaire. « Franchement, en 2014/2015, je n’aurai pas parié sur le résultat que présenté aujourd’hui compte tenu des baisses de dotations, il était annoncé une capacité de désendettement à 7 ans, alors que nous serons à 5,1 ans en 2019, une capacité d’investissement en baisse etc. ». A ce titre, Alain Bocquet relève que « nous maintenons un investissement de plus de 30 millions d’euros en moyenne par an depuis 2015, tout en continuant à financer les services publics tels la collecte et le traitement des déchets, le transport public, et le secours incendie à hauteur de 30 millions par an également ».

Eric Renaud, président de la commission des finances, était à la manoeuvre pour cette présentation exhaustive du ROB 2019. « Depuis le début de cette mandature, nous n’avons pas de hausse fiscale (hors CFE), une politique de services à la population, une maîtrise réelle des dépenses de fonctionnement, et notamment sur la période 2015/2018, les charges de personnel ont diminué entre 2016 et 2018, seul poste en hausse, les intérêts de la dette, sous l’effet de la mobilisation d’emprunts en 2016/2017 pour 45 millions d’euros, 20 millions d’euros seront mobilisés en 2019, mais compte tenu de la baisse des taux en général, cette hausse de la dette a été contenue », détaille Eric Renaud.

Ensuite, on peut noter que la Porte du Hainaut a atteint « l’objectif de la contractualisation avec l’Etat, une hausse maximale de 1,2%, est respectée, même si la CAPH n’a pas signé cette dernière. Par contre, ce ROB manque de visibilité sur l’avenir », commente Salvatore Castiglione.

Sur le plan chiffré des recettes fiscales, le BP 2019 part sur les hypothèses suivantes :

  • Taxe d’Habitation : 11,71% (avant suppression en 2020)
  • Foncier non bâti : 3,28%
  • CFE : 31,13%
  • TOEM : 0%
  • GEMAPI : 600 000 €

Arenberg Créative Mine 2

Après une inauguration en septembre 2015 du site minier de Wallers Arenberg réhabilité, une première phase pour un montant de « 21,5% millions d’euros financé à 74% par des subventions (dont l’EUROPE principalement), une nouvelle phase prend forme avec l’affermissement d’une tranche comprenant la salle des compresseurs et celle des pendus », précise Alain Bocquet. Comme pour la première mouture, c’est un PPP (Partenariat Public Privé) avec Bouygues Construction qui sera aux manettes de cette opération. Ensuite, le président de la CAPH annonce une nouvelle majeure pour la vie de cet ancien site minier. « Dès septembre 2019, grâce à notre collaboration avec l’Université Polytechnique Hauts-de-France, les premiers étudiants de Licence 3, Master 1 et Master 2 viendront étudier sur le site d’Arenberg Creative Mine, en sus des enseignants chercheurs. A court terme, ce sera 300 étudiants qui vont arriver sur le site, créant ainsi le pôle universitaire de la Porte du Hainaut », conclut Alain Bocquet.

Grand débat national

Enfin, la contribution des élus communautaires sur les items centraux de la vie quotidienne des citoyennes et citoyens, impossible de choisir quel sujet est le plus important (Motion CAPH Grand Debat).

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 26 février 2019
La Porte du Hainaut
La Porte du Hainaut apporte sa contribution au Grand débat national
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email