Une soirée record, un moment de football inoubliable, mais que la défaite est amère pour le VAFC face à cette équipe de Béziers, relégable (19ème) et admirable jusqu’à l’issue de cette rencontre (Et oui, on fête tout de même 5 buts du VAFC…).

(Pénalty réussi avec une magistrale Panenka de Raspentino)

Sans Roudet, mais avec Robail et Mauricio, le VAFC abordait avec confiance cette confrontation contre une équipe en bas du tableau. Béziers jouait très gros au Stade du Hainaut. Le résultat est époustouflant, le VAFC perd cette rencontre sur le score improbable de 5/6, c’est tout simplement le record de buts depuis que la ligue unique existe en 2ème division.

Ajoutons en propos liminaire quand même que ces deux équipes n’ont jamais fermé le jeu, une rencontre attaque/défense comme il est possible de voir une fois dans sa vie. Tout en étant ultra offensif, il y a eu quinze actions cadrées maximum, onze buts, c’est dingue !

« C’est une faute professionnelle ! »,Ray Réginald

Le début de rencontre ne présageait pas d’un scénario digne d’un film de Hitchcock. Le VAFC dominait tranquillement, prenait au fur et à mesure le contrôle du match. Peu à peu les occasions arrivent, et l’ouverture du score semble presque logique. A la 13ème minute, suite à une série de passes, Johan Ramare récupère le ballon aux 16 mètres face au but adverse, contrôle et frappe enchaînée, magnifique (1/0).

Triplé de Kante pour Béziers

Béziers ne désarme pas face à une défense passive. « Les deux premiers buts de Béziers étaient un 1er avertissement », souligna le coach de Valenciennes. En effet, comme à la parade, Aboubakary Kante déborde tranquillement toute la défense de Valenciennes et tir en force dans un angle complètement fermé, but à la 18ème minute (1-1). Dans la foulée, à la 19ème minute, Aboubakary Kante récupère une belle passe en profondeur, et se joue du portier du VAFC (1-2). Déjà les supporters du VAFC se demandent comment ce trou d’air est arrivé !

Pour autant, la réponse de Gaëtan Robail est fulgurante (23ème). Sur une offensive, le jeune attaquant nordiste fait tout, et récupère un ballon perdu à la lisière de la surface d’où il décoche un tir croisé à raz de terre imparable (2-2).

Quasiment dans la foulée, Kevin Cabral rate un lob devant le gardien de Béziers dont la sortie n’est pas à classer dans les annales, un gros raté à ce moment du match.

A la 29ème minute, Tony Mauricio se fait faucher dans la surface, Stéphanie Frappart, l’arbitre, n’hésite pas à siffler un pénalty. Florian Raspentino se charge de la sentence avec une panenka, toujours splendide quand elle est réussie (3/2).

Mathieu Chabert

Voilà le score à la mi-temps où le VAFC était nettement supérieur en terme d’animations de jeu, mais Béziers n’a jamais fermé le jeu. « Dans notre situation au classement. On joue uniquement pour gagner. Mes joueurs ne sont pas les meilleurs de Ligue 2, mais ils se battent jusqu’au bout », disait Mathieu Chabert, le coach de Béziers, après la rencontre.

La remontada à la mode Valenciennoise…

Comme en début de rencontre, les deux équipes prennent leurs marques. Puis, bis repetita, le scénario s’accélère. 54ème minute, un ballon quasi hors du terrain est ramené devant le but. A un mètre de la ligne, Gbegnon Assoumou catapulte le cuir au fond des filets (3-3).

Le VAFC ne désarme pas, comme souvent, et repart à l’assaut du but adverse. A l’abordage, Julien Masson profite d’un ballon aux 16mètres, un peu excentré, pour fusiller le gardien adverse (4/3), quelle réaction !

Toujours dans cette dynamique, le VAFC pousse et Florian Raspentino place une tête croisée magnifique à la 74ème. A ce moment du match, tout le monde pense que la rencontre est pliée sauf que… !

« J’ai un sentiment de honte », Ray Réginald

En effet, l’équipe de Béziers ne lâche rien. A la 79ème minute, une offensive des sudistes permet à  Robin Taillan de décocher un tir, encore en angle, qui trompe le gardien de Valenciennes, Hillel Konate (5-4).

Ray Réginald

A ce moment là, les joueurs du VAFC deviennent un peu fébriles. « Nous faisons de grosses erreurs comme sur le pénalty. Mener 5-3 à la 78ème minute et perdre. On ne peut pas voir venir ce type de défaite », Ray Réginald.

En effet, le scénario devient insoutenable pour les supporters du VAFC (85ème). Un joueur du VAFC pousse un attaquant dans les 16mètres dans une zone absolument sans danger. L’arbitre n’hésite pas, comme en 1ère mi-temps, et siffle le pénalty. Aboubakary Kante transforme sans problème grâce à un habile contre-pied (5-5). On se pince pour y croire !

Le jour du vendredi saint, les Valenciennois vont boire le fond du calice. Sur un mouvement d’école (90ème), Ibrahim Savane, entré peu avant, place une tête… seul à quelques mètres du but, opération portes ouvertes (5-6).

Le VAFC se jette à corps perdu durant les 4 minutes de prolongation. L’égalisation n’est pas passée loin, mais non le club de Valenciennes perd cette rencontre historique à plus d’un titre !

«  J’ai un sentiment de honte. C’est inexplicable !. Nous avons eu des avertissements durant la rencontre. Comment expliquer cette faillite défensive dans une rencontre où une victoire nous assurait quasiment le maintien. Ce n’est pas le cas, nous restons à distance de tir. Nous devons aimer cela », commente le coach du VAFC.

Il va falloir se remettre vite pour le VAFC. « Ne pas se cacher », exhorte Ray Réginald, car un déplacement se profile au Paris FC dès le début de la semaine. Jouer pour oublier, c’est peut-être la meilleure thérapie !

Honneur au vainqueur « on s’est donné le droit de rêver ce soir ! Nous sommes encore en vie. J’espère que ce sera un déclic pour mon équipe », conclut Mathieu Chabert. Sur cette rencontre, dans l’attitude, cette équipe de Béziers mérite amplement le maintien !

Pour le VAFC, rien n’est fait pour le maintien en ligue 2. Comme souvent, cette formation est à réaction. Gageons qu’elle réussisse un coup en terre parisienne !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 20 avril 2019
VAFC
La défense du VAFC coule dans l’Escaut, défaite 5/6 !!!
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email