Cette 4ème édition du Salon Made In Hainaut a établi un nouveau record d’affluence où des stands comme celui du Réseau Entreprendre Hainaut ont fait une animation très professionnelle. A cette occasion, nous avons rencontré Cécile Masson, la nouvelle présidente du Réseau Entreprendre Hainaut.

à gauche Joselyne Pidoux et Cécile Masson)

Sacré performance pour les organisateurs du Salon Made In Hainaut 2019 avec pas moins de 6 432 visiteurs, un record depuis la première édition en 2013. Toujours sur un seul site, comme en 2017, les stands étaient très professionnels, particulièrement animés pour certains où avec des temps forts annoncés. Point différent de l’édition 2107, les deux espaces conférences se trouvaient au sein de cet immense chapiteau avec plusieurs intervenants de grande qualité (voire édition de lundi), c’est aussi plus simple pour capter du public. Chemin faisant, au détour de l’emplacement B29, rencontre avec le Réseau Entreprendre Hainaut où Cécile Masson, la nouvelle présidente, était présente.

Cécile Masson : « Le recrutement constitue une nouvelle problématique pour toutes les entreprises »

Fondatrice de l’entreprise de loisirs Caval Kid, installée sur Valenciennes et Saint-Amand-les-Eaux, Cécile Masson a été élue depuis le 25 avril 2019 à la présidence de cet outil au service du développement économique.

Le Réseau Entreprendre Hainaut est basé sur la Zone d’Activité de Sars-et-Rosières depuis son origine en 2005. Fait du hasard, le premier lauréat du Réseau Entreprendre Hainaut fut Cécile Masson, en 2006, avec l’installation de « Caval Kid » sur le pôle loisirs autour du Gaumont à Valenciennes. « C’était la volonté des membres du Réseau Entreprendre Hainaut de choisir un lauréat. C’est pourquoi, nous avons contacté Cécile Masson, 1ère lauréate en 2006 avec son esprit d’entreprise et son dynamisme », explique Jocelyne Pidoux, le directrice du Réseau Entreprendre Hainaut.

Outre son activité professionnelle, Cécile Masson fait également partie de la CCI Grand Hainaut, catégorie Services. « La présidence du Réseau Entreprendre Hainaut est complémentaire avec ma fonction à la CCI Grand Hainaut. En l’occurrence, ce collectif apporte un support et un appui, nous accompagnons le chef d’entreprise », explique Cécile Masson.

« L’effet de levier est de 1€ pour 17 € », Joselyne Pidoux

En 2018, le Réseau Entreprendre Hainaut a soutenu 11 projets pour un montant de 150 000 €. Depuis l’origine, il y a 2 millions d’euros d’encours de prêts. Bien sûr, tout l’intérêt de ce financement bienveillant est le coup de booster pour l’ensemble du budget nécessaire au lancement d’une activité. « L’effet de levier est de 1 € pour 17 €. Nous intervenons dans les domaines de la création d’entreprise, du développement, voire d’un projet ambitieux en terme d’emplois, sans oublier l’enjeu crucial du moment, la reprise d’entreprise », précise Joselyne Pidoux.

En effet, il ne faut pas se voiler la face, l’immense majorité des entreprises sans reprise est le fruit d’une absence de financement d’un repreneur. En clair, les candidats à la continuité d’une activité existent, mais les banques sont très frileuses au rachat d’une entreprise, sauf capitaux propres très conséquents. Cela constitue un immense problème pour le maintien d’un tissu de PME de proximité. Non, tout le monde ne peut pas arriver avec 50% de l’investissement global en fonds propres. Et encore, pour bénéficier d’un financement, il ne faut jamais avoir connu un incident de parcours. Cela reste très franco-français, étroit d’esprit, les chiffres, le CV… plutôt que le projet associé à des compétences comme si les volets baissés devenaient la logique d’une fin de carrière économique, et plus l’exception !

Aujourd’hui, où vous touchez au digital, et la BPI a un oeil bienveillant à partir d’un certain niveau, où vous êtes plus dans l’économie traditionnelle sous la tutelle d’un projet validé par une banque. Dans cette optique, la validation d’un dossier par le Réseau Entreprendre Hainaut, comme Val’Initiatives, constitue un gage de crédibilité indéniable vis à vis d’un organisme bancaire, voire d’autres partenariats institutionnels.

Face à cette feuille de route surannée à emprunter, encore sur du papyrus, le Réseau Entreprendre Hainaut apporte un accompagnement structurant. « A partir du moment où un chef d’entreprise a été lauréat, nous l’accompagnons. Ce réseau est une communauté. C’est pourquoi, nous voulions une lauréate comme présidente », précise Joselyne Pidoux

« Pour les jeunes, c’est ici et maintenant, c’est à nous de s’adapter à cette jeunesse », Cécile Masson

Cecile Masson a déjà des objectifs très arrêtés : « Nous allons étendre notre périmètre d’intervention sur le Cambrésis, l’Avesnois et le Douasis. Actuellement, 70 % des dossiers sont issus du Valenciennois ».

Ensuite, outre l’écueil de la reprise d’entreprise, un autre paramètre vient freiner le développement économique. « Le recrutement constitue une nouvelle problématique pour toutes les entreprises. Nous devons renforcer les savoirs et les compétences sur ce territoire », précise Cécile Masson. D’ailleurs, cette carence s’exprime autant à travers un manque de personnes qualifiées que de candidats motivés. « On s’occupe de la formation, ce qui importe est le savoir-être. Toutefois, pour les jeunes, c’est ici et maintenant, c’est à nous de s’adapter à cette jeunesse », précise Cécile Masson.

Gageons que ce nouveau regard du Réseau Entreprendre Hainaut, avec Cécile Masson à sa tête, sera profitable au développement économique du Grand Hainaut, les nouvelles frontières du Réseau Entreprendre Hainaut vous l’avez compris.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 24 mai 2019
Cécile Masson Joselyne Pidoux Made In Hainaut MIH Réseau Entreprendre Hainaut
Record d’affluence au MIH et zoom sur le Réseau Entreprendre Hainaut
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email