Dans le cadre de la mise en oeuvre 2020 d’un nouveau service aux voyageurs proposé par la SNCF, ce vendredi 21 juin en Gare de Valenciennes, une réunion instructive, mais électrique, s’est déroulée en présence de Franck Dhersin, Vice-Président à la région Hauts-de-France en charge des transports, de nombreux élus de la Sambre-Avesnois, des associations de voyageurs, et des représentants de la SNCF.

Franck Dhersin : « Il faut résoudre l’équation plus de fréquence directe et plus de desserte »

Avec un peu de recul par rapport à la politique du transport voyageur en France, il y aurait beaucoup à dire. En effet, depuis 30 ans, l’Etat « français, toute couleur politique, a prôné le tout TGV avec une dette de 48 milliards d’euros constituée en grande partie par la réalisation de ces derniers. On a oublié le train du quotidien », commente Franck Dhersin. Les deux lignes TGV inaugurées en juin 2017, Paris-Bordeaux et Paris-Rennes, sont sans doute les dernières avant longtemps. Aujourd’hui, tous les conseils régionaux se penchent sur la desserte des territoires, le service le plus pertinent aux citoyens, une réponse de mobilité à la hauteur des besoins de proximité et d’une ambition écologique… également !

C’est pourquoi, dès l’arrivée au pilotage régional, un travail s’est engagé entre la région des Hauts-de-France et la SNCF relatif à la fréquence, la capacité, et le respect des horaires. Faut-il le rappeler, le transport des voyageurs du quotidien relève de la compétence des régions. « Comme d’habitude, on nous a transféré cette compétence sans les ressources financières pour la mettre en oeuvre. Il faut faire avec notre budget », précise Franck Dhersin. De l’autre, pour être objectif, quel que soit l’ordonnateur derrière les cordons de la Bourse nationale, il justifie la délégation de compétences sans moyen budgétaire afin de réduire la dette publique, tout le monde est d’accord. En résumé, on inverse les personnes physiques, et nous serions dans le même schéma, c’est la « Comediante-Tragediante » habituelle. Pour autant, sur le terrain cela relève de l’exploit quotidien « je débourse 1,3 millions d’euros par jour pour le transport ferroviaire du quotidien. Chaque jour, il faut résoudre l’équation plus de fréquence directe, pour plus de rapidité, et plus de desserte avec un arrêt dans chaque gare », poursuit Franck Dhersin.

« Cela fait presque 4 ans que nous travaillons à cette nouvelle offre 2020 de la SNCF », Franck Dhersin

Robin Thibaut et Franck Dhersin

Le constat est partagé par les interlocuteurs, la présente offre de la SNCF doit optimiser le service aux voyageurs en terme de retard, de fréquence, mais également sur le volet capacitaire. « Beaucoup de voyageurs ne sont pas assis dans les TER entre Valenciennes, Douai, etc. et Lille. C’est pourquoi, nous voulons améliorer l’offre capacitaire de 30% en 2020. Ensuite, nous devons renforcer les lignes directes le matin et le soir avec un meilleur respect des temps de parcours ; et en même temps, les usagers nous demandent plus d’arrêts, voire un dans chaque gare », ajoute le vice-président. Pour résoudre cette équation « Cela fait presque 4 ans que nous travaillons à cette nouvelle offre 2020 de la SNCF », ajoute Franck Dhersin.

Cette nouvelle offre SNCF a été présentée dans tous les territoires des Hauts-de-France. « Le territoire où il y a eu le plus de remontée négative est celui de la Sambre-Avesnois », déclare Franck Dhersin.

Robin Thibaut, directeur commercial et marketing de la SNCF, abonde en reconnaissant « des trous dans la raquette ».

« Dans l’Avesnois, nous sommes des citoyens de seconde zone », Bernard Baudoux

Christophe Di Pompeo

A cette réunion dans le hall de la gare de Valenciennes, les élus de Maubeuge, Fourmies, Aulnoy-Aymeries etc. étaient présents, mais également le député (LREM) Christophe Di Pompeo qui ne mâche pas ses mots : « Cette nouvelle grille (2020) est scandaleuse. C’est un retour de 20 ans en arrière, et vos arguments sont inacceptables ».

Ensuite, le 1er adjoint de Fourmies met en exergue « une zone sinistrée, ce territoire doit rebondir avec une meilleure mobilité collective. Il faut plus de trains sur le territoire de la Sambre-Avesnois pour la mobilité de chacun ».

Pour sa part, Bernard Baudoux, maire d’Aulnoy-Aymeries, réagit avec une colère froide. « Je connaissais la SNCF sourde, je découvre la SNCF aveugle. Le 1,3 millions d’euros par jour pour les TER…, ce sont nos impôts. La région pourrait exiger un autre service. Avec cette nouvelle grille, vous renforcez la Métropole et vous continuez à isoler des territoires éloignés. Ces territoires sont morts. J’ai honte ! Décidément, dans l’Avesnois, nous sommes des citoyens de seconde zone », assène Bernard Baudoux.

Depuis 2012…

Les associations de voyageurs étaient également à ce rendez-vous du grand déballage. « Il y a eu un premier cadencement en 2012 avec moins de TER, puis en mai 2016, car vous indiquiez à l’époque avoir perdu 7% de voyageurs », entame Dominique Mestressat-Cassou, représentant d’une association de voyageurs. Quel que soit le domaine, moins d’offres débouche sur moins de ventes, et de fait de billets de train en l’occurrence, il ne faut pas être devin en la matière.

« Aujourd’hui, vous nous présentez une nouvelle offre sans aucune concertation avec les différentes associations de voyageurs (présentes) », ajoute-t-il.

Concrètement, les doléances sont pléthoriques. Les villes de Jeumont et Haumont disparaissent de l’offre de service, les directs se transforment en semi-directs. « Ce sont des trains où le voyageur ne descend du train. Par contre, il y a plus de desserte », précise Robin Thibaut. Ce dernier détaille une série d’aménagements plus positifs pour la Sambre-Avesnois que dans le schéma actuel. Il faut l’avouer, les élus de la Sambre-Avesnois n’ont pas perçu, ou très peu, certains progrès… !

Cette proposition 2020 peut « à la marge encore être revue. J’ai entendu vos commentaires, et nous devons en septembre avancer sur ces aménagements », conclut Franck Dhersin.

En clair, il est urgent d’attendre une nouvelle copie de la SNCF sur la Sambre-Avesnois… !

Les associations d’usagers présentes à cette manifestation

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 23 juin 2019
Franck Dhersin Sambre-Avesnois SNCF
La Sambre-Avesnois veut une offre SNCF de proximité… !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email