Sur le site du Technopôle à Famars, attenant à l’Université Polytechnique Hauts-de-France, Transalley poursuit sa mission d’intégrateur d’entreprises dédiées à la mobilité innovante. En 2019, elle lance la première édition de «Technopolis », une journée d’échanges tous azimuts entre les entreprises, les partenaires, les acteurs publics impliqués dans Transalley… pour progresser ensemble.

(Visuel avec le CISIT bâtiment dédié à la recherche sur la gauche, la toute nouvelle piste d’essai INOVIA et le bâtiment en fond d’image en construction Institut des Mobilités et des Transports Durables)

Stéphane Meuric : « Nous avons atteint la taille critique »

Stéphane Meuric, directeur du cluster Transalley, le reconnaît sans détour, le concept a mis un temps certain avant de prendre corps. « Nous devions rester une année dans des portakabins, mais cette période s’est étendue sur 5 ans ! ». Pour autant, loin de désarmer, l’association Transalley a construit son éco-système pas à pas. « Aujourd’hui, nous avons atteint la taille critique avec déjà une centaine de salariés au sein de 80 entités impliquées sur Transalley », précise Stéphane Meuric.

Stéphane Meuric, directeur de Transalley

En effet, Transalley a vu le jour en 2009 à travers deux paramètres, l’UVHC à l’époque a obtenu le label « Campus Innovant Transports Durables » et Valenciennes Métropole a injecté 20 millions d’euros. « Le premier site sortit de terre fut le CISIT (Campus International sur la Sécurité et l’Intermodalité dans les Transports), un espace dédié à la R&D (Recherche et Développement) avec un laboratoire comme le LAMIH. Ensuite, nous agissons au sein de la filière de la mobilité. Bien sûr, nous sommes tournés vers le transport terrestre, notamment sur le ferroviaire et l’automobile très présent sur le Valenciennois, mais nous élargissons notre compétence vers l’aéronautique », explique Stéphane Meuric.

Les outils de ce développement sont également importants. Il existe depuis longtemps une association « Transalley » avec comme adhérent principal l’UPHF, mais également une SPL (Société Publique Locale) dont les actionnaires sont la ville de Valenciennes et Valenciennes Métropole, c’est le bras armé financier de Transalley. Pour le coup, merci l’Europe à l’origine de cette législation très prisée par les collectivités publiques, société de droit privée dont les actionnaires ne peuvent être que des collectivités publiques afin d’éviter que le privé ne fasse main basse sur des outils stratégiques pour une ville où un territoire. Sur le Hainaut, vous avez le Centre aquatique de l’Amandinois, la SPL en faveur du stationnement sur le territoire (ex SAEMVS stationnement), celle pour la reprise des Ruches d’entreprises abandonnées (conformément à la loi) par le Conseil départemental etc.

Dans l’optique de cette convergence des idées, une journée récurrente dédiée à l’échange entre tous les acteurs impliqués sur le site de Transalley a prise forme. Vendredi 05 juillet 2019 a eu lieu la première édition de «Technopolis », un rendez-vous important compte tenu « que je suis convaincu que vous avez plein de choses à faire ensemble », souligne Stéphane Meuric.

De fait, la mobilité innovante prend racine avec des entreprises diverses en la matière, en prise directe avec le transport voire les services associés comme le témoignage de cette entreprise. « Nous sommes une entreprise spécialisée dans le contrôle non invasif », explique le jeune chef d’entreprise. En clair, elle réalise un scanner de votre outil industriel, comme une échographie, afin de déceler les anomalies du matériel. L’absence de démontage en mode recherche constitue un gain de temps très appréciable pour une entreprise.

« Nous devons grandir », Stéphane Meuric

Dans cet esprit de cluster, l’idée est donc de mutualiser les compétences. « Nous devons grandir encore au sein de notre écosystème sur les mobilités innovantes. Nos compétences sont à disposition des entreprises. Nous sommes des facilitateurs pour une mise en réseau entre les acteurs etc. », poursuit Stéphane Meunier.

Bâtiment IMTD en construction

En évoquant une montée en régime du Technopôle et de son acteur principal, Transalley ; le site voit en ce moment la construction d’une nouvelle pépite. En effet, l’IMTD (Institut des Mobilités et des Transports Durables) est en phase d’achèvement. « Il sera ouvert courant octobre avec un show-room sur l’innovation mobilité même si l’inauguration est prévue au printemps 2020. Ce sera un lieu vivant toute l’année et ouvert à la population », explique Hugo Dewasmes, en charge de la communication pour l’IMTD. Espace d’exposition, de conférences, cette nouvelle signature bâtimentaire va pouvoir mettre en lumière le savoir faire et les événements mobilités sur le territoire.

De l’autre coté de la rue, une piste d’essai est en fin de conception. Elle s’appelle INOVIA. Elle sera à disposition des acteurs publics et privés dans le domaine de la R&D. « Que ce soit pour un travail sur un produit ou un événement, cette piste d’essai est à destination des entreprises innovantes dans la mobilité. D’ailleurs, elle est déjà répertoriée par les instances européennes comme système d’essai coopératif », précise Stéphane Meuric.

Piste INOVIA

En conclusion de cette 1ère édition de Technopolis, l’organisateur indique : « Nous voulons que cette réunion annuelle devienne récurrente, chaque 1er vendredi du mois de juillet. Notre devise est tirée de Jules Vernes « Mobilis in mobili » signifiant « Mobile dans l’élément mobile », elle nous convient très bien », conclut Stéphane Meuric.

En clair, une entreprise même innovante ne doit pas se contenter de se faire porter par une structure en mouvement, comme Transalley, elle doit également faire preuve d’initiative en quête d’une complémentarité, voire d’une convergence d’intérêt, avec d’autres acteurs sur la mobilité en l’occurrence. Aide toi, le ciel t’aidera… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 8 juillet 2019
Stéphane Meuric Technopolis Transalley
Technopolis mobilis in mobili
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email