Débarquée jeudi dans le club trithois, Massarami Meite ne pouvait pas imaginer meilleur scénario pour son premier match. Elle a inscrit le panier de la victoire au buzzer samedi soir salle Huguet (56-54). Trith a pourtant souffert notamment en première mi-temps et a compté jusqu’à 15 points de retard (17-32). La situation s’est inversée pour une fin de match réservée aux non cardiaques ! Après une défaite à la Glacerie la semaine dernière, Trith ouvre son compteur victoires cette saison.

Suspens dans le money time

Même si Trith a un nouveau Président Jean-Luc Mériaux, un nouvel entraîneur Vincent Verryser et un nouvel effectif, le club veut maintenir le cap en Nationale 1. Samedi dernier le premier match à domicile est attendu par les supporters. Un bon départ (6-2) qui tourne vite au cauchemar… La défense haute des Normandes pertube les Trithoises. Incapables d’attaquer elles sont stoppées, elles encaissent un 13-0 (11-7 puis 11-20). Anaïs Deyres et Awa Nianghané alimentent la marque pour les Normandes dont les systèmes sont appliqués sans encombre. +15 est l’écart maximum (17-32). Charlotte Doyen au buzzer clôt la première mi-temps (23-36).

Comment Trith si maladroit, si emprunté peut renverser la situation ? Alors que les Normandes avaient déroulé leur basket, elles sont méconnaissables dans le troisième quart-temps, elles n’inscrivent qu’un panier en huit minutes. Pendant ce temps-là, Trith grignote son retard (37-38, 28’). Attention à la gestion des fautes car Camille Coste et Cindy Nowacki en ont quatre. La tension monte d’un cran : Elodie Tadeuszak récolte une technique pour avoir contesté une décision de l’arbitre mais dans la foulée l’arrière au caractère fougueux marque à trois points (42-45, 34’). Louise Bellanger intercepte et file au panier (44-45). Le money time va être chaud d’autant plus qu’Andra Ionescu remet Trith en tête (46-45). Julie Plouhinec n’abdique pas (46-48). Quel suspens ! Les deux équipes se rendent coup pour coup, le KO est proche (50-50 puis 52-52). Kanelle Mahobah place IFS sur de bons rails (52-54). Il reste 25 secondes à jouer. Charlotte Doyen tente la gagne sur un panier à trois points mais échoue…L’entraîneur normand prend un temps mort. Il reste sept secondes à jouer. Sur la remise en jeu Anne-Sophie Pagnier intercepte. En contre-attaque elle tombe en raison d’une faute d’Axelle Bundgaard. La capitaine trithoise blessée ne peut pas tirer les lancers francs. C’est Massarami Meite, qui n’a qu’un entraînement collectif dans les jambes, qui se présente. La numéro 12 semble imperméable à la pression, elle transforme les deux lancers (54-54). Plus que quatre secondes de jeu…balle à Trith…Elodie Tadeuszak rate son tir, la numéro 12 d’une claquette pousse le ballon dans le cercle…victoire au buzzer des Trithoises (56-54). Les Trithoises encerclent l’héroïne de cette fin de match. Toute à sa joie Massarami Meite, dont la sœur portait le numéro 10 de l’équipe normande, entame une petite danse. Les grands sourires trithois contrastent avec les chaudes larmes de la capitaine normande inconsolable. IFS concède sa deuxième victoire en deux matchs.


« Les filles ont bien réagi »

L’entraîneur normand Morgan Debrosse est fair-play « le début de saison est important. Notre prépa a été perturbée avec des blessures et des arrivées tardives. A +12, +15 nous avons eu peur. A force d’avoir peur, c’est arrivé. Trith n’a rien lâché et a déroulé son jeu, Trith mérite sa victoire. A la fin les Trithoises avaient plus d’énergie que nous. Notre équipe est jeune, il faut bosser, nous n’avons pas su tuer le match. Dans le troisième quart-temps, il n’y a plus eu cette volonté de se passer la balle or notre force c’est le collectif ».

«  Nous nous attendions à un match rude, très physique », précise l’entraîneur trithois Vincent Verryser « l’entraîneur normand a scruté notre équipe sur la vidéo. Ifs est une équipe qui défend très haut. Nous avons manqué de lucidité en première mi-temps. Nous avons fait quelques réglages à la mi-temps puis derrière nous avons pu dérouler notre jeu. Cette victoire fait du bien psychologiquement, les filles ont bien réagi, je suis fière d’elles ».

La clutch player Massarami Meite raconte tout naturellement, « au début du match j’étais un peu perdue sur le terrain, je ne me suis entraînée qu’une fois avec l’équipe et je ne connais pas encore tous les systèmes. Quand Anne-Sophie est sortie, l’entraîneur a demandé qui se sent de tirer les lancers. J’ai dit moi, je suis de nature calme mais à l’intérieur…j’ai gardé mon calme et voilà je suis contente pour le public et je vais essayer de m’intégrer au plus vite ».

Trith – IFS : 56-54 (11-15, 12-21, 14-5, 19-13)

Trith : Nowacki C. 7, Pagnier 10, Tadeuszak 12, Maillard 4, Ionescu 4 puis Coste 2, Doyen 8, Meite 4, Bellanger 3, Nowacki M. 2.

IFS : Bundgaard 2, Plouhinec 13, Meite 6, Deyres 10, Nianghané 10 puis Mahobah 7, Marcel 6, Kanouté.


Anne Seigner

Publié par Anne Seigner le 22 septembre 2019
Jean-Luc Mériaux Massarami Meite Morgan Debrosse Vincent Verryser
(Basket) Première victoire de Trith face à IFS au buzzer (56-54)
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email