« Mens sana in corpore sano »… un esprit sain dans un corps sain, l’adage est antique, mais la réalité du quotidien identique en 2019. C’est pourquoi, le choix de l’Université Polytechnique Hauts-de-France constitue un message fort vers ses 12 000 étudiants environ, sur l’importance du cadre de vie, mais également aux habitants du territoire pouvant bénéficier de ce parcours bien-être… !

Un parcours bien-être aujourd’hui, labellisé santé demain ?

Vendredi dernier, l’UPHF a inauguré un parcours bien-être de plein air dans son espace public. Cette idée est sur la table… « depuis 3 ans environ. Evidemment, il a fallu réfléchir, budgétisé car le coût final de ce parcours bien-être de 7 km est de 800 000 €. Avant ce résultat, j’ai donc nommé Sébastien Malapel, chargé de mission sur ce projet », explique le président de l’UPHF, Abdelhakim Artiba.

Sébastien Malapel est également un professeur au STAPS. « Cette idée a germé à travers mes échanges avec mes étudiants. Cette réflexion s’est concrétisée par la réalisation d’un parcours de 7 km en plein air avec 6 stations de remise en forme, 2 city-stade, 2 boulodromes, 10 tables de tennis de table, et des sentiers en forêt », explique Sébastien Malapel.

« Un partenariat fort avec le CHV en terme de recherche et de formation », Abdelhakim Artiba

Parcours bien-être, mais pas seulement, car l’UPHF bénéficie « d’un partenariat fort avec le CHV en terme de recherche et de formation. Donc, nous espérons grâce au Centre Hospitalier de Valenciennes une labelllisation « santé ». Cette concrétisation colle complètement avec la loi de 2016 sur la modernisation du système de santé. Les patients du CHV pourraient venir sur ce parcours pour une réduction opérationnelle, cela correspond au sport sur ordonnance », précise Sébastien Malapel.

En effet, la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016, l’article L. 1172-1 du code de la santé indique que : « Dans le cadre du parcours de soins des patients atteints d’une affection de longue durée, le médecin traitant peut prescrire une activité physique adapté ». Donc, une ordonnance avec comme prescription médicale, une activité sportive est possible, mais disons le franchement, trop méconnue, et trop peu utilisée par les médecins généralistes.

« Le lien ville-hôpital », Nabil Elbeki

« Nous sommes dans l’hôpital hors les murs, le lien ville-hôpital. C’est un projet partagé, nos patients pourraient venir sur ce parcours dans le cadre de leur rééducation en réalisant une marche non traumatisante. D’ailleurs, nous avons testé intégralement ce parcours cet été », souligne Nabil Elbeki, chef de pôle du Anesthésiste/Réanimateur.

En 1ère ligne visuelle, Cécile Nowak et Abdelhakim Artiba

Associé à ce projet, comme coordinateur entre le CHV et l’UPHF, le Docteur Dervaux est un médecin du sport au CHV. « Nous sommes en cours de formulation des choses, il faut un cadre juridique afin d’amener des patients sur ce parcours « santé » au sein de l’université », précise le médecin coordinateur.

Enfin, pour cette inauguration, l’UPHF a eu l’honneur de la présence d’une championne olympique comme représentante de la Fédération Française de judo. Il s’agit de Cécile Nowak, Valenciennoise d’origine, et championne olympique en judo aux jeux olympiques de Barcelone en 1992.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 29 septembre 2019
Abdelhakim Artiba CHV Docteur Dervaux Nabil Elbeki Sébastien Malapel UPHF
L’UPHF inaugure son parcours bien-être
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email