Quatre bâtiments d’entreprises sont désormais fonctionnels sur le site des Rives Créatives de l’Escaut sur la commune d’Anzin. Cette annonce pourrait paraître d’une grande banalité, sauf que le développement de ce site fut tout sauf une sinécure, cette transformation réussie vient de loin.

Bruno Fontaine, président de la CCI Grand Hainaut : « Pas de développement possible sans une collaboration étroite avec les agglos »

Sur le site des Rives Créatives de l’Escaut sur Anzin, le paysage bâtimentaire est en mutation constante. Petit à petit, les réalisations remplissent des carences grâce à une liaison constante entre les acteurs économiques du territoire. « Il n’y a pas développement possible sans une collaboration étroite avec les agglos. Il faut chasser en meute. Nous savons (dorénavant) le faire », déclare Bruno Fontaine.

L’hôte de cette inauguration, Pierre Michel Bernard, premier magistrat, mettait en avant l’esprit visionnaire : « C’est sous le précédent mandat que tout s’est joué, il fallait oser investir sur cette ancienne friche industrielle ».

Pierre-Michel Bernard et Dominique Deburge

Pour sa part, Dominique Deburge, vice-président en charge du développement économique au sein de Valenciennes Métropole, est satisfait d’une mutation de ce site tant espérée, très poussive à sa sortie en 2007/2008 dont le rythme de croisière est actuellement impressionnant. « Après la Serre Numérique, le premier bâtiment totem sur les Rives Créatives de l’Escaut, la Cité des Congrès, le Data Center, la Nouvelle Forge, voilà 4 bâtiments d’entreprises sortis de terre sur cette ancienne friche de l’aciérie historique Vallourec. Je remercie les investisseurs et le promoteur pour cette réalisation privée », indique Dominique Deburge.

« C’est avec Valérie Létard que j’ai topé à l’époque », Daniel Dorchies

A 70 ans, Daniel Dorchies demeure un troublion dans le petit monde des grands faiseurs… ! Face à des majors institutionnels, il continue de prendre des risques (calculés) afin d’investir et en l’occurence sur le site des Rives Créatives. Il faut être objectif, il est facile de constater aujourd’hui que cet espace urbain est occupé, dynamique etc., mais en 2015, seule la Serre Numérique était présente (avril 2015). « C’est avec Valérie Létard que j’ai topé à l’époque en 2015, on est parti d’une page blanche », souligne Daniel Dorchies.

Aujourd’hui, ces 4 immeubles sont occupés à 95%. D’une surface totale de 9 300 M2, cette construction ex nihilo a coûté 15 millions d’euros. « Il reste 5% que nous voulons consacrer à de la restauration. Effectivement, il manque (cruellement) cette offre de service sur le site des Rives Créatives de l’Escaut », explique le constructeur/réalisateur « Carré Constructeur », le prometteur engagé par Daniel Dorchies.

Précisons que l’investisseur en chef avait déjà une signature solide avec la SCI Grand Hainaut, car cette dernière a acheté pour 8 millions d’euros, 900 M2 pour l’extension de école Rubika. La SCI Grand Hainaut, filiale 100 % de la CCI Grand Hainaut est (encore) aux manettes dans cet aménagement économique du territoire économique : « Il manquait des espaces plus importants pour des entreprises en développement, mais passées par l’école Rubika ».

Au titre du développement international de la CCI Grand Hainaut, le président explique une ouverture d’une école Rubika sur Nairobi, la capitale du Kenya, au 01 janvier 2020. Enfin, après quelques déboires avec un partenaire durant l’été 2018 en Inde…. « nous avons signé un nouveau partenariat avec un investisseur local. A cette heure, nous avons 150 étudiants, mais nous comptons augmenter considérablement ce chiffre », explique Bruno Fontaine. Toutefois, tout est relatif en Inde. En effet, au sein d’un pays de 1,3 milliards d’habitants, sur le site de Pune où est installé Rubika Inde, il y a plus d’un million d’étudiants… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 10 octobre 2019
Rives Créatives de l'Escaut SCI du Grand Hainaut
Les Rives Créatives de l’Escaut au Top !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email