Pour ces 3ème Rencontres de la Mission Bassin Minier Patrimoine mondial, un bilan riche des actions sur les territoires a été restitué au public nombreux concerné par ce Bassin Minier. Pour cet événement bisannuel, un témoin passionné est venu du Puy-de-Dôme… !

(Le Château des Douaniers à Fresnes-sur-Escaut)

La Fosse Mathilde à Denain et le Château des Douaniers à Fresnes-sur-Escaut en urgence absolue !

Au 9-9 Bis à Oignies, la communauté d’agglo de Hénin-Carvin a réalisé une rénovation majuscule d’un ancien site minier, un peu à l’image d’Arenberg Créative Mine sur l’espace minier de Wallers Arenberg par la Porte du Hainaut. C’est dans cet écrin entre passé réhabilité et modernité revendiqué que se tenait les 3ème Rencontres de la Mission Bassin Minier Patrimoine mondial.

En prélude aux interventions thématiques, Jean-Yves Gouttebel, le président du département du Puys-de-Dôme est venu témoigner de l’attribution du « Patrimoine mondial » pour la Chaîne des Puys,  le 01 juillet 2018. Bien sûr, les points de comparaison entre un patrimoine de 8 000 ans à minima et de 300 ans d’existence n’est pas chose aisée.

Pourtant, la Mission Bassin Minier et le département du Puys-de-Dôme « ont un partenariat de longue date et fécond même si nous n’avons pas ces merveilles naturelles », précise Jean-François Caron, vice-président de la Mission Bassin Minier.

L’énergisant président départemental était intarissable sur les tenants et les aboutissants de cette aventure de plus d’une décennie. « Pour cette candidature au Patrimoine mondial, nous avons réussi à rassembler sur un objectif de fierté et sans appel à un cabinet extérieur », explique-t-il. Enfin, sur l’impact direct sur le territoire « j’estime à plus 15%, voire plus 20%, de hausse de l’activité économique liée (en partie) au tourisme. D’ailleurs, certains restaurateurs-hôteliers m’ont indiqué une progression de 30% de leur chiffre d’affaire (été 2019) suite à cette inscription « Patrimoine Mondial », conclut-il.

La présidente de la Mission Bassin Minier

Pour sa part, la présidente de la Mission Bassin Minier, Cathy Apourceau Poly, a remis en perspective les grands axes de l’association MBM sans oublier « de remercier tout d’abord Jean-François Caron pour avoir porté ce dossier jusqu’à l’obtention à l’Unesco en juillet 2012. Aujourd’hui, il est également le président de l’association des Biens Français regroupant les 45 sites élus au Patrimoine mondial de l’humanité ».

11 sites en urgence absolue 

Sur les 353 éléments constituant le Patrimoine mondial du Bassin minier, 52 ne sont pas encore protégés. D’ailleurs, onze sites sont en urgence absolue dont deux sur le Valenciennois, notamment la Fosse Mathilde à Denain, une ligne inscrite dans plusieurs programmes de cette prochaine élection municipale dans la ville feumière… ! Vous avez également le Château des Douaniers à Fresnes-sur-Escaut dans un état critique. A cet effet, Catherine Bertram, la directrice de la Mission Bassin Minier, se félicitait « que l’EPF (Etablissement Public Foncier) pourrait intervenir à hauteur de 50 % dans le portage de ces sites en danger. Un Conseil d’administration de l’EPF,  ce vendredi 29 novembre, devrait valider cette possibilité ». Si tel est le cas, gageons que la motivation des collectivités locales, voire territoriales, dépassera la participation à une collecte organisée par la Fondation du Patrimoine… !

Sur le Valenciennois

Bien sûr, ces témoignages couvraient tout l’arc minier. Néanmoins, le Valenciennois fut très sollicité durant cette série de retour de vécu.

En effet, Aymeric Robin, maire de Raismes, mais également vice-président au sein de la Porte du Hainaut, indiquait : « C’est d’abord une volonté forte avec une ambition affichée de la Porte du Hainaut. Concrètement, cela s’est traduit dans le document politique de l’agglo, le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable), préalable au nouveau PLUI (Plan Local d’urbanisme Intercommunal). Nous avons été assisté de la MBM pour ce règlement d’urbanisme avec un regard particulier pour les cités minières », explique le maire de Raismes. Sur le volet du logement, cette constitution d’un PLUI prend en compte le dossier d’état « Renouveau du Bassin Minier ».

« Il fallait un accord sur le niveau d’ambition », Jean-Paul Mottier

Fosse Mathilde à Denain

Dès l’obtention de la référence « Patrimoine Mondial » pour le Bassin minier, cinq sites miniers pilotes ont fait l’objet d’une réhabilitation énorme comme le quartier « Taffin » sur Vieux-Condé. « Avec les élus, nous sommes allés visiter les plus beaux logements réhabilités comme sur Vieux-Condé.  Il fallait un accord sur le niveau d’ambition qui va bien au delà de l’efficacité thermique, c’est de la requalification intégrée. Nous lançons, dès le mois de janvier 2020, les travaux de la maison témoin sur le quartier Sabatier, puis nous partons pour 4 ans de travaux », indique Jean-Paul Mottier, chef de projet au sein de la Porte du Hainaut dans le cadre du renouvellement urbain.

Le logement a pris une part significative dans ces 3èmes Rencontres. A ce titre, la Mission Bassin Minier a lancé un guide pour les particuliers propriétaires d’un logement minier. En effet, depuis les nouvelles dispositions légales, le mitage est dorénavant possible pour un bailleur social.

En clair, la vente de certains lots du patrimoine d’un bailleur social implique certains codes à respecter par le nouveau propriétaire. « En amont, dès l’acte authentique, le notaire avertit clairement le propriétaire qu’il prend possession d’un logement minier. A cet égard, il doit respecter ce classement au Patrimoine mondial », commente Frédéric Cappe, chef des ventes chez Maisons et Cités.

Le volet tourisme

Cet aspect est incontournable sur l’ensemble de l’axe minier. Chaque territoire appréhende donc cette thématique suivant ces standards. « Sur l’agglo de Valenciennes Métropole, nous avons constaté à travers de nombreux indicateurs un problème sur le bien-être et l’alimentation. Nous avons agi dans ce sens avec des initiatives telles que le Yoga Terril, voire Valenciennes à table à travers un pique-nique itinérant », explique Pierre Labonté, le directeur de l’Office de Tourisme de Valenciennes Métropole. Le très remarqué par les papilles « Burger noir » est né durant cette escapade gustative.

« l’esprit candidature subsiste », Jean-François Caron

Pour la table ronde conclusive, Jean-François Caron réalise une synthèse sur l’appropriation par la population de ce Patrimoine mondial : « Elle est longue, mais lente. Toutefois, l’esprit candidature subsiste. Je me félicite de tous les domaines d’excellence évoqués durant ces témoignages. A titre d’exemple, qui pouvait dire que le Trail allait devenir un outil d’appropriation ! ».

Autre témoin éclairé, Xavier Bailly, administrateur du château Villers-Cotterêt- et Pierrefonds/Coucy, et ex administrateur du site Mont Saint-Michel (patrimoine mondial avec sa baie), était présent avec un avis pour le moins tranché. « Evidemment, il n’est pas simple de comparer un territoire d’un million d’habitants et une poignée de résidents au Mont Saint-Michel. Néanmoins, malgré un site d’une valeur universelle incontestable, très prospère, c’est plutôt le patrimoine mondial de la discorde et du fric contre (comme ici) celui de la convergence. De plus, je trouve que la présidence de Jean-François Caron est un juste retour des choses pour le Bassin minier, avec des pépites comme Versailles, les cathédrales de Bourges et d’Amiens… », explique Xavier Bailly.

Pour sa part, Frédérique Boura, la directrice de la DRAC Hauts-de-France fut « impressionnée par la coopération entre les acteurs du renouvellement urbain. Ensuite, une classification UNESCO n’est jamais définitive et cela nous oblige ».

Enfin, Jean-François Caron conclut : « Nous demeurons le seul Bassin minier classé au Patrimoine mondial. Soyons en digne ! ».

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 26 novembre 2019
MBM Mission Bassin Minier
Un patrimoine minier assumé, un avenir espéré !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email