Cette décision communautaire n’est pas passée en plénière, mais en Bureau communautaire ce jeudi 19 décembre, elle revêt pour autant une importance notable sur l’engagement de Valenciennes Métropole et du Conseil département du nord en faveur de l’inclusion des personnes en situation de handicap (Visuel Cécile Linquette, vice-présidente de l’association L’Ass des As).

(Visuel de la maison où va se situer le projet sur Anzin)

Cecile Linquette : « Ce n’est pas seulement un habitat avec des services »

La recherche de l’autonomie pour les personnes en situation de handicap constitue une quête, un objectif pour les parents, mais bien évidemment pour les associations dédiées à cette cause. Parmi celles-ci, l’association « L’Ass des As » est une actrice reconnue dans le domaine, elle est spécialisée dans la prise en charge des enfants et adultes autistes « Asperger ».

« C’est un projet d’acquisition d’une maison ancienne et de son jardin afin de la transformer en logements adaptés pour 13 autistes Asperger jeunes majeurs. Ensuite, l’originalité est qu’au sein de cet habitat inclusif deux étudiants seront à demeure. Il seront en charge, outre le logement, d’ouvrir ces jeunes adultes autistes à des activités en dehors de l’habitat », explique Cécile Linquette, la vice-présidente de l’Ass des As résidente sur Aulnoy-lez-Valenciennes.

« Une autonomie accompagnée », Cecile Linquette

Clairement, cette rénovation lourde d’une maison sur la commune d’Anzin constitue « une alternative à la vie d’établissement, à la vie en famille qui a ses limites, et à l’autonomie totale. C’est un tremplin, une autonomie accompagnée ! », poursuit-elle.

Un partenariat institutionnel et opérationnel très présent

Pour arriver à mener à bien ce type de projet, l’action publique est incontournable. « Nous bénéficions d’un engagement du Conseil départemental du Nord. Geneviève Mannarino a immédiatement répondu à notre sollicitation sur ce projet. Ensuite, Valenciennes Métropole nous soutient. D’ailleurs, cette maison où les travaux de rénovation seront très lourds est cédée à l’association pour l’euro symbolique, la participation de Jean-Marcel Grandame a été déterminante. L’ARS est également très présente tout comme la commune d’Anzin », commente Cécile Linquette.

Ensuite, la phase opérationnelle est également très travaillée. « Nous avons comme partenaires, la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées), l’AFG association de gestion, l’APEI du Valenciennois, le CRA (Centre Ressource Autisme) et le site de formation d’Etat de l’IRTS Hauts de France, Avenue Macarez à Valenciennes », explique Cécile Linquette.

En fait, deux étudiants de l’IRTS seront sur ce site dans le cadre d’un projet de formation. Pour autant, les jeunes autistes seront au centre de cette expérience inclusive sur le Valenciennois. « Ce seront peut-être ces jeunes qui feront évoluer le projet au fil des années. Nous espérons que ces autistes sortiront de cet habitat inclusif entre 2 et 5 ans », ajoute Cécile Linquette.

« Une ouverture en septembre 2021 », Cecile Linquette

Le chantier n’est pas de tout repos. Cette validation en bureau communautaire constitue un top départ pour ce projet au long cours. « Les travaux à l’intérieur de cette maison sont colossaux. Nous voulons également occuper une partie du jardin à travers un potager, voire des activités extérieures. Nous lançons une phase d’étude, ensuite le choix du projet et l’architecte retenu. Notre objectif serait de boucler ce chantier pour septembre 2021 », conclut Cecile Linquette.

Ce n’est pas Noël, mais ce projet serait assurément digne de figurer dans sa hotte… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 20 décembre 2019
Cécile Linquette L'Ass des As
Un projet d’habitat inclusif sur Anzin validé en Bureau communautaire
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email