La déclaration officielle de Serge Van Der Hoeven était déjà actée depuis quelques temps, mais l’ancien maire s’explique sur son ambition de (re)conquête de la ville de Vieux-Condé. Cette joute communale s’inscrit-elle comme un 3ème et 4ème tour de cette municipale 2014 totalement déjantée à Vieux-Condé ?

Serge Van Der Hoeven: « Un fonctionnement très familial à Vieux-Condé »

Inutile de rappeler qu’en 2014 la défaite fut courte, et difficile à vivre pour un élu depuis 31 ans à Vieux-Condé. « J’aime cette ville, j’y vis, et j’y habite… depuis 1976 », répète-il avec insistance. Concernant sa doctrine, elle résonne comme un slogan de proximité « là où je vis, j’agis ! ».Voilà pour la philosophie d’un élu de la République « depuis 1983 où Georges Bustin (père de Guy Bustin) m’a demandé d’être adjoint…, puis je suis devenu maire au décès de Pierre Lemoine en 2003. Enfin, je fus élu en 2008, battu en 2014 au cours d’une campagne particulièrement délétère. On n’y a pas prêté attention…, et nous avons perdu de 200 voix », explique Serge Van Der Hoeven.

« Redonner ses lettres de noblesse à Vieux-Condé », Serge Van Der Hoeven

« Je connais bien cette ville. Vieux-Condé devenait une ville qui rayonnait dans le Valenciennois et l’ex région Nord Pas-de-Calais. Nous avons obtenu la réalisation du Dojo à Vieux-Condé (2006), un équipement communautaire intégralement payé par Valenciennes Métropole, le Centre de Secours intercommunal si important pour le Pays de Condé, la réhabilitation intégral du Boulon par Valenciennes Métropole en 2011, et enfin l’ANRU avec le quartier de l’Hermitage. Bien sûr, nous avons bénéficié suite à la reconnaissance Unesco en 2012 de la rénovation lourde de la cité Taffin au titre d’un site exceptionnel. Enfin, le (vieux) dossier du PNRQAD est en cours de réalisation rue Gambetta etc. », résume-t-il.

Ensuite, la ligne de conduite pour tous ces projets était limpide. « Nous avons optimisé les partenariats financiers pour chacun de ces dossiers », souligne Françoise Mascotto, en charge de l’ANRU 1 au sein de Valenciennes Métropole dès sa mise en oeuvre. Présente sur la liste de Serge Van Der Hoeven, ex adjointe à Anzin, puis à Vieux-Condé, Françoise Mascotto est également la Présidente du Boulon.

Dans cette optique, l’ancien maire met envergue le besoin de « porter des projets de territoire comme le Dojo et le Boulon. Quels sont les projets pour Vieux-Condé soutenus par les élus communautaires de Vieux-Condé ? Il faut redonner ses lettres de noblesse à Vieux-Condé. D’ailleurs, en complément de l’ANRU 1, du PNRQAD, nous avions bouclé un dossier à 80% concernant l’ANRU 2, mais refusé par la majorité sortante », précise-t-il. Précisons que David Bustin est vice-président en charge du développement durable au sein de Valenciennes Métropole.

« La dette a doublé durant un seul mandat », Serge Van Der Hoeven

Dans le cadre des bilans des maires réalisés par la Voix du Nord, la comptabilité publique fut épluchée révélant un chiffre alarmant. « Je suis content que cet article révèle que la dette de Vieux-Condé est passée de 6 millions à 12 millions d’euros, et surtout d’une capacité de désendettement de 5 ans à 12 ans (chiffre d’alerte pour la Sous-Préfecture) », commente Serge Van Der Hoeven.

Face à cette donnée tangible inquiétante, quelles sont les réalisations en face ? Serge Van Der Hoeven met en exergue l’absence totale d’entretien des voiries et trottoirs. « Nous investissions 300 000 euros chaque année dans ce domaine important pour la population. Il y a une nouvelle école, une nouvelle cantine qui méritait mieux. On nous a reproché la bibliothèque etc. Rien n’a bougé ! », ajoute Serge Van Der Hoeven.

Pas d’alliance… à gauche !

Comme dans de nombreuses communes du Valenciennois, la gauche part divisée. « Pourtant, nous avions réuni fin 2018 tout le monde, PS et PCF. Puis, les cinq premiers mois de 2019 étaient consacrés aux européennes. Donc, nous avons eu une seule réunion en juin 2019 et plus rien… », explique l’ancien maire. Au final, deux listes distinctes de gauche sont sur la ligne de départ… !

« Seule ville de France… », Françoise Mascotto.

Le commentaire inévitable quand plusieurs membres d’une famille sont aux manettes d’une institution. « Nous étions 8 élus de l’opposition durant 3 ans. A cette occasion, nous avons constaté un fonctionnement très familial. Guy Bustin, le maire ; Mme Bustin, présidente d’une association assistant aux discussions des projets, des dossiers locaux ; et David Bustin qui aujourd’hui est la tête de liste de la majorité sortante. Durant les Conseils municipaux, on avait l’impression que certains élus de la majorité découvraient les délibérations. Enfin, nous ne comprenons pas l’acharnement contre le Boulon », commente Serge Van Der Hoeven.

Sur ce point, la présidente du Boulon mentionne « que la ville de Vieux-Condé ne verse plus la subvention annuelle de 70 000 euros. De plus, elle facture le temps passé des agents municipaux durant le week-end des Turbulentes. Je pense que nous sommes la seule ville de France où une manifestation avec une portée nationale n’est pas soutenue ! », assène Françoise Mascotto.

Une liste bouleversée

Pour cette campagne municipale, Serge Van Der Hoeven présente une liste avec 5 anciens de 2014 et 28 nouveaux. A ce niveau, ce n’est pas plus un renouvellement, mais un changement radical. Toutefois, trois anciens élus marquent les esprits. Tout d’abord Françoise Mascotto, mais également Corinne Solini, ex adjointe à la culture, et Valérie Trelcat-Chouan, ancienne adjointe aux finances à la suite de la démission de Guy Bustin de cette fonction en 2009, un symbole ! Ensuite, deux nouveaux visages étaient présents à cette conférence de presse : Philippe Janc, infirmier au sein de l’organisme du régime minier, et Yann Kowalski, jeune pompier professionnel de 21 ans sur Haumont, mais également volontaire « sur Vieux-Condé », précise-t-il.

« Notre liste est apolitique avec des valeurs humaines et solidaires avec une moyenne d’âge de 50 ans. Bien sûr, c’est une liste de gauche même si je ne suis plus carté politique. Je ne demande ni investiture, ni soutien d’un parti politique », conclut Serge Van Der Hoeven.

En tout état de cause, l’issue de cette élection résultera peut-être d’un remake (2014) revisité…., l’histoire politique a toujours une mémoire !

Daniel Carlier

 

Publié par Daniel Carlier le 8 février 2020
Serge Van Der Hoeven Vieux-Condé
Serge Van Der Hoeven à Vieux-Condé, le retour de la gauche ?
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email