Ce n’est pas un scoop de dernière minute, mais la transformation du mouvement politique « En Marche » vers un parti politique (LREM) stricto sensu ne fut pas une sinécure, voire une grande déception pour les militants d’origine. C’est pourquoi, les comités de Saint-Saulve avec François Ducatillon, et Marly avec Laurent Jeannas, veulent que le parti LREM suppriment ces antennes locales.

(Visuel Laurent Jeannas, François Ducatillon)

Le parti LREM en déliquescence de proximité dans le Valenciennois

Pour François Ducatillon, responsable du comité LREM de Saint-Saulve, la messe était dite depuis un bon moment : « Cela fait longtemps que cette réflexion était dans les tuyaux. Ensuite, il n’y a pas de bon moment pour annoncer cette rupture, ni pendant le Covid-19, ni après ! Toutefois, la décision de l’utilisation du 49/3 a accéléré notre réflexion sur le sujet ».

« LREM… comme un vieux parti (politique) », François Ducatillon

Sur le soutien au Président Emmanuel Macron, il n’est pas remis en cause. « Nous continuons à faire confiance au Président de la République, mais au fil du temps, de l’intérieur, nous avons pu nous rendre compte que LREM, parti politique issu d’En Marche, ne pouvait fonctionner que comme un vieux parti qu’il était devenu », commente le futur élu de la ville de Saint-Saulve, colistier sur la liste d’Yves Dusart non encore installée officiellement.

Sherazad Aouadi, François Ducatillon

Ensuite, sur le Valenciennois, il met en exergue les difficultés avec LREM « où nous avons subi des dysfonctionnements avec l’instance départementale pour laquelle seul existait le Comité de Valenciennes. Le comité départemental du Nord n’a montré aucun intérêt pour nos sections, nous avions portant souhaité une fusion des Comités de Saint-Saulve et Marly, mais cela ne fut pas validé. De plus, cette rupture fait écho aux exclusions de Betty Rygielski et Sebastien Verschueren suite à leur présence sur la liste de Didier Legrand ».

Pour autant, la vie des personnes engagées pour son territoire ne s’arrête pas. « Nous continuons à nous impliquer à travers une aide de proximité, notamment durant cette période de pandémie, à travers des initiatives concrètes », précise-t-il.

Sur plan de la politique locale, François Ducatillon justifie cette présence sur la liste da la majorité sortante sur Saint-Saulve . « Avec Yves Dusart, il était clair que nous étions sur une liste sans étiquette, sans parti politique, autour d’un projet partagé pour Saint-Saulve », conclut François Ducatillon.

« Un projet cohérent pour Marly », Laurent Jeannas

Laurent Jeannas

Dans la lignée des propos de François Ducatillon, Laurent Jeannas souligne « la problématique sur Marly fut d’abord notre relation avec le Comité départemental du Nord LREM. Il était impossible d’obtenir des coordonnées afin de rentrer en contact avec des Marcheurs. Par contre, le comité de Valenciennes était toujours mis en avant, la seule façon d’exister était de se rapprocher de celui de Valenciennes. C’est un rejet du Parti politique LREM avec des anciens membres du PS et des LR qui sont venus amener leur mode de fonctionnement (d’un vieux Parti politique) », commente Laurent Jeannas.

Contrairement à Saint-Saulve, un second tour se profile sur Marly entre trois listes, dont la majorité sortante, et deux listes d’opposition. « Avec Jean-Noël (Verfaillie), dés le début nous n’avons jamais parlé politique. C’est ce que j’ai apprécié avec lui. Le seul guide est un projet cohérent pour Marly avec une volonté d’agir pour améliorer le quotidien de la population », explique Laurent Jeannas.

Voilà une mise au point nécessaire dans la galaxie En Marche sur le Valenciennois. On peut penser à court terme que seul subsistera le Comité de Valenciennes LREM, les cartes sont rebattues pour les futures élections sénatoriales et législatives indubitablement.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 23 mars 2020
François Ducatillon Laurent Jeannas LREM Marly Saint-Saulve
Les Comités de Saint-Saulve et Marly veulent quitter LREM !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email