Au coeur du dispositif de prise en charge des personnes atteintes par le Covid-19, le Centre Hospitalier de Valenciennes est opérationnel pour accueillir les personnes dont l’état de santé nécessite une hospitalisation sans délai. Entretien avec Rodolphe Bourret, le Directeur du CHV de Valenciennes au pilotage de cette organisation unique dans l’histoire de l’hôpital public de Valenciennes (visuel pris avant la période de confinement).

Rodolphe Bourret : « Nous sommes très fiers de ces marques d’affection de la population du Valenciennois »

Avant toute chose, le Directeur du CHV met en exergue les signes d’attachement des Valenciennois aux membres du CHV. « Nous recevons régulièrement des dons sous différentes formes, des signes de la population très divers comme cette banderole des supporters du VAFC. Nous sommes très fiers de ces marques d’affection de la population du Valenciennois, et réciproquement très fiers de tous les agents au 1er rang, au front, du médecin, de l’aide-soignant à la restauration en passant par les agents de nettoyage pour la désinfection. Tous sont indispensables, toutes catégories sociales confondues », entame Rodolphe Bourret.

« Nous sommes sous tension face au Covid-19 », Rodolphe Bourret

Ce n’est pas le 1ère crise épidémique que Rodolphe Bourret doit gérer dans sa carrière. « J’étais en poste au Centre Hospitalier de Saint-Etienne au moment de la crise du H1N1 (automne 2009) avec le 1er cas arrivé dans cet hôpital public », explique-t-il. Pour autant, la comparaison s’arrête là compte tenu « que le Covid-19 a un indicateur de propagation beaucoup plus important. Nous n’avons pas connu cela depuis la Grippe espagnole. De plus, ces symptômes sont souvent proches de signes connus avec ceux de la Grippe notamment », ajoute Rodolphe Bourret.

Evidemment, situation exceptionnelle, organisation exceptionnelle « nous sommes sous tension face au Covid-19. Nous avons mis en place des circuits totalement séparés, un secteur Covid, et un secteur conventionnel. Il n’y aucun mélange entre des patients atteints du Covid-19, et ceux de pathologies plus classiques. 7 unités d’hospitalisation dédiées au Covid-19 sont prêtes à accueillir les patients, 1 unité de consultation, et nous sommes armés de 23 lits en réanimation spécialement pour le COVID-19. (Au 25 mars), nous avons 16 patients en réanimation, ce chiffre est en évolution. Nous constatons une poussée depuis plusieurs jours », poursuit-il.

Néanmoins, si nous pouvons extraire un propos rassurant est « que contrairement au CH de Mulhouse complètement débordé où ils ne peuvent plus séparés les malades du Covid du secteur conventionnel, nous pouvons encore le faire. Néanmoins, d’après le retour du CH de Mulhouse, nous savons que l’explosion peut-être totalement soudaine. Nous sommes prêts, mais nous gérons également au mieux les soignants avec des phases de repos, quand c’est possible, car ils sont au front en permanence», indique Rodolphe Bourret.

Sur le Valenciennois, un autre établissement est au front sur cette pandémie, il s’agit du CH de Denain avec une unité hospitalière d’accueil des patients Covid. « Si l’état de santé s’aggrave nécessitant une réanimation, le patient revient vers le CHV », précise le Directeur.

« Nous collaborons étroitement avec les établissements de santé privé », Rodolphe Bourret

Dans un contexte médical extraordinaire, il était nécessaire également de fédérer tous les acteurs de la santé sur le Valenciennois. « Nous collaborons étroitement avec les établissements de santé privé du Valenciennois qui nous ont prêté des respirateurs. Bien sûr avec la clinique Teissier, déjà très habitué à nos protocoles, mais également la clinique du Parc et Vauban. Ils n’avaient pas d’infectiologues. Nous avons donc formé ces professionnels où 20 lits d’hospitalisation dédiés sont opérationnels à la Clinique du Parc et 16 lits à la Clinique Vauban », commente Rodolphe Bourret.

Cette collaboration s’étend avec la médecine de ville, mais également avec « la ville de Valenciennes » où d’ailleurs le maire de Valenciennes rend compte à juste titre du travail ô combien précieux du travail quotidien des soignants du CHV.

« Une coordination grâce au GHT… », Rodolphe Bourret

Parfois, le grand public a du mal à comprendre la logique organisationnelle, l’objectif d’une réforme structurelle complexe. Pourtant aujourd’hui, la mise en oeuvre des GHT (Groupement Hospitalier de Territoire) prend toute sa dimension. En effet, le CHV est l’hôpital de référence parmi les 12 établissements publics du Grand Hainaut.

Cette concertation a ciblé trois établissements en charge des patients Covid. « Il y a une (meilleure) coordination grâce au GHT. Il y a 14 lits à disposition en réanimation à Cambrai, et 4 sur Maubeuge, mais ce dernier peut monter en puissance. Si la situation l’exige, des patients peuvent être transférés de ces établissements vers le CHV en réanimation», précise Rodolphe Bourret.

«… Et régionale », Rodolphe Bourret

A la mesure de cette pandémie, le bras armé sanitaire de l’Etat est l’ARS (Agence Régional de Santé). « Nous avons une conférence tous les jours de 17H30 à 19H00 avec l’ARS Hauts de France, et l’ensemble des établissements de santé régionaux. A cette heure, le site le plus en difficulté dans la région est le Centre Hospitalier d’Amiens. Pour ce qui concerne le plus important site d’accueil, le CHRU de Lille, il dispose de 100 lits en réanimation », précise Rodolphe Bourret.

Un message du CHV…

Pour conclure cet entretien en temps de guerre sanitaire, le directeur du CHV rappelle un impératif « à travers le respect strict du confinement, même avec des gestes barrières dans l’habitat. Par contre, il n’est pas utile de porter un masque dans sa voiture ou pour aller faire des courses, il faut juste respecter les gestes barrières. Sur le plan médical, si vous avez des symptômes, vous devez téléphoner au « 15 ». Puis, si la prescription médicale vous maintient chez vous. Attention au rebond entre le 6ème et 8ème jour, et recontactez le 15 », précise-t-il.

Ensuite, le Directeur du CHV s’attache à avertir toutes les tranches d’âges. « Sur les patients Covid, nous avons 50% de personnes de plus de 65 ans, mais également la moitié entre 40 et 59 ans. Toutes les couches sociales sont concernées ».

Voilà un point d’étape au 26 mars 2020, espérons que le prochain sera en maîtrise sanitaire même si nous savons que le pic de cette pandémie est devant nous !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 26 mars 2020
CHV Covid-19 Rodolphe Bourret
Le CHV et le Covid-19, une histoire d’urgence sanitaire !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email