Au sein de la salle des Fêtes d’Anzin, le Conseil municipal d’installation s’est déroulé dans les conditions sanitaires requises, mais pas à huis clos contrairement à beaucoup d’autres communes. En effet, un public distancié occupait des place assises afin d’éviter tout déplacement. Comme prévu, Pierre Michel Bernard a été élu ce lundi 25 mai par le nouveau Conseil municipal fraîchement installé.

Pierre-Michel Bernard : « 2020, une année spéciale…, mais personne ne savait ô combien elle le serait dans ces circonstances »

En présence de Fabien Roussel, député de la 20ème circonscription, Pierre-Michel Bernard fut élu avec le plein des voix de la majorité municipale, 29, et 4 voix de l’opposition sous la forme de bulletins blancs.

Secrétaire de séance Cyril Morrhadi

 Dans son discours de nouvel édile, Pierre-Michel Bernard rappelle en toute transparence que ce vote fut marqué par un taux d’abstention record en France, à Anzin (65,26%) comme ailleurs. Personne ne pourra jamais savoir vers quel candidat cette majorité silencieuse se serait portée. En tout état de cause, Pierre-Michel Bernard fut élu le 15 mars dernier avec un résultat très confortable 72,82%. « Un score inespéré. Je remercie toute mon équipe pour l’engagement durant cette campagne, et mes enfants pour son volet numérique », précise-t-il.

Cet enthousiasme de la soirée du 15 mars fut vite douché par le confinement deux jours plus tard, et la gestion du Covid-19 par toutes les collectivités locales. « 2020, une année spéciale comme toutes les années électorales, mais personne ne savait ô combien elle le serait dans ces circonstances. Je remercie toutes les personnes en 1ère ligne, professionnels du soin, personnes sur le terrain, les commerces essentiels durant le confinement… », commente le maire.

« 3ème mandat dans la lignée d’André Parent », Pierre-Michel Bernard

Déjà le 3ème mandat pour Pierre-Michel Bernard après 2008, et 2014, il repart avec une équipe « renouvelée et 50 % de nouveaux adjoints. Je tiens à remercier chaleureusement Joël Dordain (ex 1er adjoint) pour les 12 ans passés à mes cotés. Un maire et un 1er adjoint, c’est un peu comme un couple au gré du temps. Aujourd’hui, nous repartons pour une nouvelle aventure », indique le maire.

« C’est mon 3ème mandat dans la lignée d’André Parent, car je n’oublie pas qu’il m’avait soutenu dès 2008 pour cette campagne municipale », commente-t-il.

« après la crise sanitaire, il faut s’attendre à une crise économique», Pierre-Michel Bernard

Nicolas Fehring, chef de file de l’opposition avec 4 sièges

Ce matin, un grand quotidien de presse national titrait dans un de ses articles -La France se prépare à une vague de licenciements et de faillites sans précédent (à la rentrée de septembre)-. Malheureusement, il n’est point besoin d’être devin pour supputer cette échéance très redoutée « après la crise sanitaire, il faut s’attendre à une crise économique. Il faut s’y préparer ! », mentionne Pierre-Michel Bernard.

C’est pourquoi le maire s’appuie sur la « proximité comme depuis 12 ans. Nous allons continuer sur la thématique d’une ville qui protège, mais il est très important de résoudre son problème d’attractivité. Ce score très important nous met plus encore de pression. L’attente de la population est énorme », précise-t-il.

La parité pour les adjoints, une nouveauté de cette élection.

Un peu passé sous le silence Covid-19, une nouveauté majeure de cette élection municipale est l’obligation d’une parité au sein des exécutifs municipaux suite à la promulgation de la loi du 27 décembre 2019 (https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/loi-engagement-et-proximite-guide-pratique). Outre cette évolution indispensable dans notre vie démocratique, cette loi vise à mieux encadrer les rapports entre les maires et les intercommunalités. En effet, le Grand débat national avait mis en exergue ce dépouillement de compétences (loi NoTRE) accompagné d’un vide sidéral d’informations, vis à vis des maires sur le terrain, concernant les décisions de l’EPCI. Les anciens et nouveaux édiles seraient très avisés de lire dans l’intégralité cette nouvelle donne de la loi, elle pourrait changer beaucoup de choses dans les rapports compliqués entre le maire et un Bureau communautaire où il est minoritaire de fait.

Dans cette optique, la ville d’Anzin a reconduit 9 adjoints, comme pour le précédent mandat, avec la parité dans la mesure du possible, 5 hommes et 4 femmes.

Pierre-Michel Bernard et Alain Vincent

Alain Vincent, 1er adjoint : Vie associative, loisirs, jeunesse

Valerie Tomson, 2ème adjoint : Education, petite enfance, handicap 

Jean-Roger Berrier, 3ème adjoint : Aménagement du territoire, habitat, grand projet

Karine Bernard, 4ème adjoint : Culture, ressources humaines, communication, évènementiel

Bruno Levant, 5ème adjoint : Affaires sociales, logement, démocratie participative

Isabelle Dutrieux, 6ème adjoint : Développement et mobilité durable

Damien Coyez, 7ème adjoint : Sécurité, finances

Valérie Podevin, 8ème adjoint : Commerce, Etat civil

Onotilio Delidonio, 9ème adjoint : Politique de la ville, emploi

Les prochains conseils municipaux se dérouleront toujours dans la salle des Fêtes durant cette période de Covid-19, avec des séances les lundi 08 juin, 22 juin, et 06 juillet.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 26 mai 2020
Anzin Pierre-Michel Bernard
Pierre Michel Bernard élu pour un 3ème mandat sur Anzin
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email