Droit de Réponse de Jean-Noël Verfaillie suite à l’article sur Marly « Jérome Leman lâche ses coups » du 04 juin 2020.

Lettre ouverte à M. Leman, Marly, le 4 juin 2020

Monsieur Leman,

Je n’ai pas pour habitude de répondre aux attaques, bassesses et mesquineries de mes adversaires politiques mais cette fois-ci, M. Leman, vous dépassez vraiment les limites et perdez vos nerfs et cela exige une réponse de ma part.

Depuis quelques jours que ce soit dans les journaux ou sur les réseaux sociaux, vous ne cessez de vous attaquer extrêmement violemment et vulgairement à Madame Morel, Madame Jalain et désormais également à mon épouse.

Vos attaques sur Mmes Morel et Jalain sont souvent non fondées et inacceptables sur la forme et sur le fond mais elles vous discréditent plus vous qu’elles ne nous font du tort. Elles sont élues depuis longtemps et savent que ce genre de coups bas peut arriver quand un adversaire est affaibli. Vous ne faites que confirmer que vous ne savez que diviser au moment où il faut savoir s’unir pour faire face aux conséquences de la crise qui nous frappe actuellement.

Ce que je ne peux vraiment pas accepter, c’est que vous vous en preniez à mon épouse, à son activité professionnelle et remettiez en cause son intégrité. Emmanuelle ne fait pas de politique et si elle est passée sur le devant de la scène pendant quelques semaines c’est parce que la situation sanitaire l’exigeait et que je ne voulais pas que nos actions puissent être interprétées comme de la récupération politique. Quand je repense aux heures qu’Emmanuelle a passées devant sa machine à coudre, au téléphone avec des couturières, des professionnels de santé, des structures laissées seules sans matériel au plus fort de la crise, je suis vraiment écoeuré par la déformation que vous en faîtes aujourd’hui. Pendant la crise et alors qu’aucune collectivité n’était en mesure de fournir du matériel, j’ai souhaité venir en aide aux professionnels de santé et aux habitants. Avec Emmanuelle et tous les bénévoles que vous dénigrez aujourd’hui, nous avons passé nos journées, toutes nos soirées, tous nos week-ends et une partie de nos nuits à coudre ou à structurer un réseau pour récupérer du matériel. Ainsi nous avons pu offrir (et non pas vendre comme vous le sous-entendez) des milliers de masques en tissu à des Marlysiens qui n’avaient pas d’autres moyens d’en trouver pour sortir faire quelques courses. Nous en avons également donné à toutes les structures qui en avaient besoin comme le foyer pour autistes, le CFA, le village SOS, les réseaux d’auxiliaires de vie, les ambulanciers, les pompes funèbres et j’en passe. C’est également des centaines de surblouses et de masques FFP2 que nous avons offerts aux structures comme les Ehpad ou les infirmiers libéraux et autres professionnels de santé ou encore des petits kits de masques et de gel hydroalcoolique pour les commerçants qui étaient ouverts pendant le plus dur de la crise.

Si avec Emmanuelle, nous avons fait tout cela c’est parce que face à cette crise, nous ne pouvions rester les bras croisés et que vous n’aviez pas souhaité engager ce genre d’actions de solidarité malgré la proposition de service que je vous ai faites dès le lundi 16 mars.

Aujourd’hui, vous trainez Emmanuelle dans la boue par tactique politicienne pour m’atteindre et remporter les élections municipales en tentant de faire oublier que vous avez brillé par votre

absence pendant toute la crise sanitaire. C’est inacceptable et lamentable. Quelle est la prochaine étape ? Vous allez vous en prendre à mes enfants ou à mes parents ?

Vous êtes allé dans la boue pour salir mon épouse mais les éclaboussures ne toucheront que vous.

Probablement que ce dérapage est lié à l’anxiété et au fait qu’il est de plus en plus compliqué pour vous de vous reposer sur l’héritage de Fabien Thiémé. J’ai le regret de vous dire M. Leman, qu’en effet vous ne pouvez plus revendiquer cet héritage et cette filiation. Assurément Fabien Thiémé aurait géré la crise très différemment et aurait été au plus près des Marlysiens à chaque instant mais surtout, il ne s’en serait pas pris à la femme de son opposant pour tenter d’exister. L’humanisme, ce n’est pas une étiquette politique, c’est d’abord de traiter les êtres humains avec respect.

M. Leman, s’il vous plait, essayez de retrouver votre calme, il nous reste 3 semaines de campagne. Passons-les à exposer aux habitants de Marly les différents aspects de nos programmes et nos ambitions pour la ville.

Nous avons des listes très différentes, des programmes très différents. Je préférerais que les Marlysiens puissent faire leur choix sur ces données le 28 juin plutôt que sur l’issue d’un combat de catch dans la boue.

Pas très cordialement mais toujours respectueusement,

Jean-Noël Verfaillie

Publié par Daniel Carlier le 4 juin 2020

(Marly) Droit de Réponse de Jean-Noël Verfaillie
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email