L’appel à une manifestation ce mardi 16 juin sur la Place d’Armes à Valenciennes a rassemblé entre 200 et 300 personnes. L’occasion pour les soignants, notamment du Centre Hospitalier de Denain, mais également l’intersyndicale de la métallurgie, de manifester sur Valenciennes, Lille, et à Dunkerque. Un peu plus tôt dans la matinée, les soignants de l’EHPAD d’Anzin montaient au créneau pour réclamer une revalorisation salariale, et la prime Covid-19 pour le secteur privé (manifestants de l’EHPAD d’Anzin avec Ludwig Lotteau au centre).

(Départ de la manifestation de la Place d’Armes à Valenciennes)

Ludovic Bouvier : « Notre lutte syndicale chez Bombardier a payée »

Cette mobilisation des soignants partout en France durant « le Segur de la Santé » met le doigt sur un mouvement social de fond en sortie de confinement, un avant goût de la crise sociale et économique des prochains mois, si rien ne bouge !

Néanmoins, le responsable régional de l’USTM (l’Union des syndicats de la métallurgie CGT), Ludovic Bouvier, affichait sa satisfaction : « Notre lutte syndicale chez Bombardier a payée. Nous sommes satisfaits, car la direction est revenue sur la suppression d’une semaine de congés, et des discussions sont en cours sur les 16 % de salaires manquant durant le chômage partiel. La direction de Bombardier a déjà pris à sa charge 8%, nous sommes toujours en cours de négociation », précise Ludovic Bouvier.

Ensuite, il revient sur l’épisode très médiatisé des salariés polonais au sein de PSA Hordain. « Au final, vous avez 122 salariés polonais arrivant sur le site dès ce jeudi 18 juin. Par contre, PSA fait appel à 230 intérimaires actuellement en chômage partiel, mais 300 salariés intérimaires ont été écartés durant le confinement », précise le responsable syndical.

Ludovic Bouvier au micro sur la Place d’Armes à Valenciennes

Une approche de la mobilité internationale des travailleurs pas du tout au goût de l’USTM. « Nous n’avons pas de leçon à recevoir par Geoffroy Roux de Bézieux (Président du MEDEF), où, sur une émission dimanche dernier, il nous parlait de la solidarité internationale à travers la mobilité des travailleurs en Europe, voire le SMIC européen. La solidarité du patronat, on la connaît ! Je vais d’ailleurs demander un droit de réponse à cette émission », commente Ludovic Bouvier.

« L’Etat nous a dupé pour la prime Covid-19 », Ludwig Lotteau

Sur Anzin, vous avez un EHPAD associatif du Groupe SOS Séniors principalement basé dans l’Est de la France. Toutefois, vous avez 3 établissements dans le Nord Pas de Calais, à Rieulay, Marly, et sur Anzin. Ce matin vers 9H, une quarantaine de soignants étaient présents, dont une vingtaine en provenance de Marly et du Rieulay, pour crier haut et fort leur mécontentement.

Si l’ensemble du personnel, et ses représentants, loue le soutien de la direction locale. « Heureusement, nous avons été soutenu par la direction sur Anzin durant cette période de crise sanitaire et de confinement », expliquent de concert des aides-soignantes sur Anzin.

Par contre, le représentant syndical de la CGT ne mâche pas ses mots à l’égard du gouvernement. « Nous voulons un meilleur salaire, une véritable reconnaissance de tous les métiers au sein d’un EHPAD. De plus, l’Etat nous a dupé pour la prime Covid-19 (votée par les EHPAD publics à 1 500 euros brut), le décret n’est pas encore passé pour le privé. Ce gouvernement ne tient pas ses promesses », commente Ludwig Lotteau, responsable syndical de secteur au sein du Groupe SOS séniors.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 16 juin 2020
EHPAD d'Anzin Ludovic Bouvier Ludwig Lotteau
Les soignants, les syndicats, et l’EHPAD d’Anzin en 1ère ligne à Valenciennes
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email