La plantation d’un premier arbre proche de la future Résidence séniore, située Place de la Paix à Beuvrages, est très symbolique tant sur la destination de cet équipement que sur la temporalité du dit dossier. Une manifestation où la mémoire d’André Lenquette, maire de Beuvrages décédé en 2016, fut ravivée à la lumière de ce programme au long cours (Ali BenYahia, maire de Beuvrages, enterre au pied de l’arbre un souvenir).

(Visuel de tous les partenaires du projet)

Ali BenYahia : « Il nous fallait repenser la place de nos aînés »

La rénovation urbaine et Beuvrages, un duo que nous connaissons parfaitement depuis l’avénement de l’ANRU. En effet, cette ville de moins de 7 000 habitants, sur moins de 3km2, mais d’une grande densité urbaine fut le laboratoire d’un programme d’Etat pensé, et mis en oeuvre par le Ministre de la ville de l’époque, Jean-Louis Borloo.

Après cette rénovation urbaine lourde dans des quartiers comme Fennelon, l’ancien maire André Lenquette nourrissait l’ambition d’un nouveau centre-ville à Beuvrages, en l’occurrence Place de la Paix.

Outre la rénovation de la Place en question, un foncier disponible attenant s’offrait à un programme immobilier multi-facettes. Cette idée était « un ultime projet non concrétisé par André Lenquette », soulignait le maire de Beuvrages.

« Gommé les erreurs humaines du passé », Ali Ben Yahia

Sur la droite de ce foncier disponible, la Place de la Paix à Beuvrages

En filigrane de ce projet urbain, plusieurs personnalités ont voulu rendre hommage à André Lenquette. « Ce jour a été choisi pour rendre hommage à un homme, André Lenquette, qui a gommé les erreurs urbaines du passé pour faire entrer Beuvrages dans la modernité. Sur ce projet, il nous fallait repenser la place de nos aînés », commente Ali BenYahia.

Grâce à la mobilisation de 14 partenaires par Jean-Louis Borloo, la ville de Beuvrages a pu entamer une nouvelle page urbaine dès le début des années 2000. Toutefois, un nouveau programme était déjà envisagé depuis plus de dix ans. « Nous sommes intervenus depuis 2008 sur ce site où nous avons racheté 30 biens à l’amiable. Cela prend beaucoup d’énergie, et cela met en lumière également le temps administratif. Je remercie la ville de Beuvrages de ne pas avoir oublié notre intervention très tôt dans ce dossier. Cette aide financière fut à hauteur de 3,6 millions d’euros », explique Loranne Bailly, la Directrice générale de l’Etablissement Public Foncier Nord.

Ensuite, Laurent Degallaix, le Président de Valenciennes Métropole, soulignait son amitié avec André Lenquette. « Je tenais particulièrement à venir ce matin. La rénovation urbaine a été testée ici ! Je suis fier que tu portes (Ali) la suite de ce projet, et je remercie tous les partenaires pour leur engagement sur ce territoire », indique le maire de Valenciennes.

Enfin, la vice-présidente du Conseil départemental du Nord, en charge des personnes âgées, Geneviève Mannarino, rappelait cette période partagée au sein de l’institution avec le maire défunt de Beuvrages : « Nous avons beaucoup évoqué l’accompagnement de nos aînés avec André Lenquette. Je me rappelle sa phrase concernant la population vieillissante sur ce territoire- Tu n’oublies pas les vieux ! –».

« Jardins de Jeanne »

Sur les 1,1 hectares de ce foncier repris sur un ex-îlot dégradé, plusieurs projets sont en lice. Premièrement, le programme du jour où « nous avons planté le premier arbre d’une nouvelle entité urbaine : une Résidence séniore sur le site baptisée, « des Jardins de Jeanne », avec 45 logements et son espace de vie commun.

Ce dossier est l’archétype de la durée administrative, sur plusieurs mandats, d’un dossier urbain soutenu par de multiples acteurs. Tout d’abord, la ville a porté l’étude d’aménagement et d’urbanisme, l’EPF fut mandaté pour l’acquisition des biens immobiliers, le Conseil départemental a financé une partie des aménagements urbains, Nordsem fut le chef d’orchestre du projet, et enfin Valenciennes Métropole a booster ce projet dans le cadre de sa « Politique de l’Habitat ».

Un bailleur nouveau sur le Valenciennois

Ensuite, la mis en oeuvre opérationnelle du dossier passait par des acteurs sur le terrain… « et ce n’est pas toujours facile de trouver des opérateurs sur ce territoire », souligne le DG de l’EPF.

De fait, soulignons l’engagement du promoteur/constructeur Néoxima « déjà intervenu sur la Cité des Congrès à Anzin. Cette résidence séniore sera composé de 45 logements, 70% de type 2, et 30% de type 3. Je remercie la ville de Beuvrages (et Valenciennes Métropole) pour l’octroi du permis de construire début avril en pleine période de confinement. Nous pensons qu’il est important que ce projet intègre un front à rue (Place de la Paix) pour un véritable centre-ville à Beuvrages », indique le responsable de Néoxima.

A ce titre, Ali Ben Yahia souligne l’emplacement idoine… « des Jardins de Jeanne proche des transports, des commerces, des services, des professions médicales, de la médiathèque, de l’espace Dubedout, des écoles, et de la vie locale…, il s’agit là du meilleur moyen pour vivre le plus longtemps possible en pleine possession de ses moyens ».

Ensuite, une nouvelle tête émerge à travers un bailleur social nommé Areli. « Nous sommes un bailleur social engagé avec près de 600 logements sur la MEL, le Dunkerquois, mais également en Flandres. Nous sommes à chaque fois propriétaire du site et gestionnaire de la Résidence Séniore. Nous intervenons pour la 1ère fois sur leValenciennois, et nous sommes disposés à faire plus sur ce territoire », commente le Président d’Areli, François Podevin.

D’autres projets vont compléter cet espace foncier avec notamment un projet immobilier plus destiné à de jeunes couples, mais également « une Maison de Santé. A terme, c’est tout le centre-ville de Beuvrages qui va changer de visage », conclut l’édile de Beuvrages.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 30 septembre 2020
Beuvrages Jardins de Jeanne
« Tu n’oublies pas les vieux ! » à Beuvrages !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email