Sur Vieux-Condé comme dans toutes les autres communes françaises, la gestion de l’espace urbanisé ou urbanisable n’est pas une partie de plaisir. Pour autant, il arrive qu’un lieu soit plus ou moins oublié, faute d’une population significative, voire qu’un site déchu passe aux oubliettes des projets sur le long cours. Cet environnement devient de fait pesant, c’est le cas d’espèce que vive au quotidien M. et Mme Clabaut, riverains dans la rue du 8 mai 1945 sur Vieux-Condé subissant à la fois un espace vert délaissé transformé en déchetterie (légale) communale, voire parfois sauvages, sans oublier un volet insécuritaire très lourd (fermeture totale de l’espace vert… très virtuelle).

(Benne municipale pour le dépôt des déchets de la commune)

Michel Clabaut : « Cette voirie et cet espace vert sont très insécuritaires »

Cette histoire urbaine pourrait se décliner à l’infini tant le remplacement d’une destination par une autre sur un espace public est complexe. En 2011, le nouveau Grand Lycée de l’Escaut, regroupant plusieurs établissements du Pays de Condé, a vu le jour laissant une friche notoire, celui du lycée Professionnel Georges Bustin, rue du 8 mai 1945… !

Vue de la Résidence Kuntzsch par SIGH

Aujourd’hui, sur plusieurs hectares, un espace vert délaissé est (quasi) ouvert à tout vent, un jour raccourci pour les collégiens en provenance du quartier de la Solitude, un jour un espace de rendez-vous en mode feu de camp sauvage, voire de réunions festives incontrôlables, sans oublier qu’il est une déchetterie officielle pour les services de la ville. A cet effet, une benne a été affectée sur ce terrain où les agents viennent déposer les déchets générés par la commune, déchets verts, et autres. Pour rappel, une collectivité locale n’a pas accès à une déchetterie « classique » ouverte exclusivement aux particuliers et aux entreprises privées.

De plus près, on constate hors benne dédiée, des gravas, des bouteilles ici et là, des traces évidentes de réunions sur site avec présence de feu, mais également une végétation abondante. Cet espace vert est impressionnant en pleine zone urbaine « il est sur le nouveau PLUI (Plan Local Urbanisation Intercommunale) en zone urbanisable », précise David Bustin, l’édile de Vieux-Condé. La bible de la consommation foncière permet de fait d’envisager un projet d’envergure sur ce site. Est-ce possible à long terme, et quelles sont les conséquences actuellement ?

« Il y a eu un feu en juillet dernier », Michel Clabaut

Michel et Jocelyne Clabaut sont résidents au bout de la Rue du 8 Mai 1945 depuis 1994 avec un jardin attenant à cet espace vert délaissé, un portail de résidence au bout d’une impasse, en résumé un véritable paradis du non droit. « Nous sommes excédés. Sous l’ancienne mandature, nous sommes allés voir Guy Bustin alors qu’un scooter avait percuté notre portail suite à une chute. Il a pris en compte notre demande face à sa responsabilité en cas dommages corporels (de décès tout court) sur un espace public. Deux dos-d’ânes ont été installés à cet effet, et puis plus rien… ! », soupire M. Clabaut.

Evidemment, la nature a horreur du vide, tout comme l’absence de surveillance l’adore. « Cette voirie et cet espace vert sont très insécuritaires. Nous avons eu un feu en juillet dernier (dans l’espace vert). Régulièrement, il y a des attroupements sur ce site », ajoute M. Clabaut, et en plein (re)confinement, cela pose un léger problème… sanitaire ! Pourrait-on parler d’un cluster à ciel ouvert dans une période où il fait aussi froid qu’un début du mois d’avril/mai… !

(LETTRE DAVID BUSTIN 1 et REPONSE DAVID BUSTIN)

A cette réalité, le maire répond « nous avons arrêté les auteurs de Rodéo depuis des mois (évoqué en Conseil municipal en juillet dernier). Ensuite, nous venons de recevoir une autorisation de la Sous-Préfecture de Valenciennes pour l’installation de caméras, 3 face au DOJO et une grappe (plusieurs caméras) dans la rue du 8 mai 1945. C’est un dossier administratif long, il est complet, devis…, sont en cours ! ». En clair, le rouage administratif est en marche pour sécuriser une voie urbaine et ce délaissé vert imposant, tous les deux accidentogènes par destination à ce stade !

Autre point dur, quel est le devenir de espace vert dont le potentiel saute aux yeux du visiteur ? Beaucoup de communes s’arracheraient pour investir ce lieu écologiquement, et socialement prometteur !

« Un projet ANRU associé », Franck Agah

Franck Agah, élu de l’opposition et perdant d’une lutte au couteau pour conquérir la dite commune, explique : « Sous la mandature de Serge Van der Hoeven (ancien maire), un projet ANRU associé sur ce site était programmé. Sur la phase 1 de l’ANRU, seul le quartier de la Solitude a été réalisé. SIGH a fait le boulot. Pourtant, un projet d’Eco-Quartier était sur la table pour transformer l’ancien site du lycée professionnel Georges Bustin, à l’instar de celui d’Aulnoy-lez-Valenciennes. Il fut abandonné durant le mandat de Guy Bustin », indique Franck Agah. L’élu de l’opposition ajoute  » David Bustin (au titre de VP) s’occupe plus des autres communes de l’agglo que de la sienne ! « .

Présent à cette rencontre sur le terrain, Quentin Omont, élu communautaire et tête de liste de « Valenciennes Verte et Solidaire » sur la ville centre, met en exergue « le potentiel de cet espace vert en pleine ville ». Un parc avec un espace de biodiversité, un jardin public accessible à tous les publics, une ferme urbaine, etc., que sais-je, les idées fusent face à une pépite de cette ampleur, même si la commune pourrait choisir un promoteur aguerri pour une densification urbaine en matière de logements dans un milieu arboré. « Un promoteur qui dépose le bilan après avoir encaissé des fonds, c’est facile à trouver. Un promoteur sérieux avec un projet solide sur l’ensemble de cet espace foncier, c’est plus compliqué », précise David Bustin.

« l’échelle intercommunale est indispensable », David Bustin

A ce propos, David Bustin, maire depuis le 28 juin 2020, répond tout de go : « Ce site a fait uniquement l’objet d’une étude par le Parc Régionale Scarpe Escaut. Cette dernière a d’ailleurs été financée par le PNR Scarpe Escaut, pas par l’ANRU. De plus, l’intégralité de l’enveloppe de l’ANRU 1 a été consommée. Un projet ANRU sur ce site pourrait s’articuler uniquement dans le cadre d’un ANRU 3 (sachant qu’il n’est pas dans l’ANRU 2 de fait) », indique-t-il.

En bonne position pour apprécier l’échelon de la coopération intercommunale, David Bustin vice-président à l’écologie urbaine au sein de Valenciennes Métropole, expose son point de vue sur le volet éco-quartier « la commune n’a pas les moyens seule de réaliser ce type de dossier. L’appui de Valenciennes Métropole est incontournable, tout en sachant que le projet d’Aulnoy-lez-Valenciennes est consolidé par l’intercommunalité. Il est impossible d’aboutir financièrement pour une collectivité locale sur un projet d’Eco-quartier, l’échelle intercommunale est indispensable ».

Factuellement, la commune de Vieux-Condé a bénéficié d’un dossier ANRU 1 très conséquent comme plusieurs villes du Valenciennois sous l’impulsion de Jean-Louis Borloo, son père fondateur !

En résumé, l’avenir proche est une sécurisation tant attendue de cette rue du 8 mai 1945, voire de l’espace vert avec une fermeture plus sérieuse ! Dans un second temps, le changement de destination de cette zone urbanisable est dans les mains de la majorité municipale durant ce mandat !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 9 novembre 2020
David Bustin Franck Agah Michel Clabaut rue du 8 mai 1945 Vieux-Condé
Une rue trop loin à Vieux-Condé !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email