1. Accueil
  2. Accueil
  3. (Condé) Grégory Lelong : « Ce Centre de vaccination n’est pas sur rendez-vous »
AccueilPays de Condé

(Condé) Grégory Lelong : « Ce Centre de vaccination n’est pas sur rendez-vous »

Le Conseil municipal de Condé-sur-l’Escaut s’est déroulé ce vendredi soir dans une atmosphère assez détendue mis à part quelques escarmouches sur le règlement intérieur. Pour le reste, le constat d’un budget prévisionnel 2021, avec une kyrielle d’incertitudes, demeure pour toutes les communes un pari sur la suite d’une année très compliquée. Une petite note de dérision après ce week-end « Abracadabrantesque », le gouvernement demandera-t-il une attestation de sincérité budgétaire aux maires de France… avec 15 options ?

Grégory Lelong : « Le retour d’un Office de Tourisme à Condé est un réel enjeu »

Grégory Lelong

En prélude de ce Conseil municipal, le maire de Condé-sur-l’Escaut fait la promotion du Centre de vaccination du Pays de Condé. Très complexe à mettre sur pied, une semaine après l’opération nationale coup de poing, six communes autour du Pays de Condé ont enfin obtenu un Centre de Vaccination, certes éphémère. « Cette vaccination sur le Pays de Condé a pris du temps, car en théorie, un Centre de vaccination devait être à moins de 20 minutes de votre domicile, et nous savons tous combien il est compliqué pour un Condéen d’aller dans la ville centre. Je remercie tous les professionnels de santé, le service du pôle solidarité qui contacte les personnes éligibles aux vaccins », commente le maire. La particularité de ce Centre de vaccination, à ce stade non permanent, est qu’il ne rentre pas dans les cases d’une prise de RDV sur une plateforme téléphonique ou numérique, etc., « ce Centre de vaccination n’est pas sur rendez-vous », ajoute le maire.

On suppose que le flux annoncé de vaccins dans les Hauts-de-France, en situation délicate, permettra aux administrés des six communes associées au Pays de Condé de se faire vacciner dans les meilleurs temps de passage.

« On a dû batailler pour les dossiers d’indemnisations », Julien Grosperrin

Comme dans toutes les communes, la situation économique du commerce de proximité est inquiétante. « Nous avions 4 dossiers de commerçants/artisans condéens en commission d’indemnisation. Si nous avions écouté le juge, un seul était éligible. On a dû batailler pour les dossiers d’indemnisations, les 4 seront indemnisés », commente Julien Grosperrin en charge de l’économie locale. Une situation économique renforcée « par une fermeture des frontières illégale », rappelle Grégory Lelong.

Dans la lignée de ce week-end incompréhensible, les forces de l’ordre en exercice à la frontière belge ne savaient pas non plus comment interpréter les directives. En clair, dans le flou, le choix fut fait par les autorités de contrôler la distance entre le domicile et le point d’arrivée derrière la frontière en Belgique (lieu de travail, etc.). Personne ne savait donc ce week-end si les frontières étaient fermées pour les Français devant se rendre en Belgique, énorme !

« Il n’y a pas d’offre de tourisme sur Condé-sur-l’Escaut ! », Joël Bois

Un point de consensus s’est fait jour depuis quelques années entre la majorité et l’opposition municipale. En effet, l’ouverture très médiatisée d’une antenne de l’Office du Tourisme du Valenciennois a constitué un évènement territoriale en son temps. Sa fermeture en catimini, quant à elle, fut vécue comme un camouflet pour les élus locaux dans toute leur diversité.

Brigitte Cadoux et Joël Bois

En effet, sur un plan touristique pur, c’est absolument incompréhensible. « Il y a toujours un flux extrêmement important de touristes belges, notamment sur le site naturel de Chabaud-Latour. Oui, il y a un réel enjeu pour un office de tourisme sur Condé-sur-l’Escaut », répond le maire à Joel Bois. Ce dernier s’alarmait de l’absence d’un accueil des touristes sur cette commune : « Il n’y a pas d’offres de tourisme sur Condé-sur-l’Escaut ! Pourtant, le PNRQAD a financé la rénovation complète de la Place Delcourt, mais toujours sans réponse d’accueil pour les touristes ! ».

Plan de relance numérique

Dans le volet investissement du Budget Primitif 2021, le Plan de Relance (France Relance) favorise la numérisation des collectivités locales, une initiative positive très fléchée par les collectivités locales du Valenciennois. « L’Etat lance un appel à projets avant le 31 mars 2021. Nous devons répondre sur deux axes, un socle numérique de base et/ou un service et ressources numériques. Nous validons ce jour notre participation à cette réponse. Nous pourrions équiper toutes les écoles communales en Wi-Fi, des jeux de tablettes, des TBI (Tableaux Blancs Interactifs) », indique le maire.

…, et d’autres investissements !

Dans les investissements, le maire annonce « l’achat d’une balayeuse pour 150 000 €, elle effectue le travail en 1 heure de 4 agents durant une matinée. C’est un soulagement, car ce travail est pénible », explique Grégory Lelong.

La vidéo surveillance poursuit son développement avec un investissement de 100 000 euros, mais également 200 000 euros pour les voiries, la rénovation des bâtiments publics pour 130 000 euros… !

Le BP 2021 a été voté avec un budget de fonctionnement équilibré à hauteur de 19 106 910 euros et 4 152 465 euros en investissement dont 1 229 800 euros dédiés à de nouveaux projets d’investissements.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu