1. Accueil
  2. Accueil
  3. (Hand) Les Amandinoises ne sont plus maîtres de leur destin
AccueilAmandinois

(Hand) Les Amandinoises ne sont plus maîtres de leur destin

Alors qu’elles avaient de l’avance au classement sur la lanterne rouge Mérignac, les Amandinoises ont perdu en Gironde mercredi (28-26). L’écart s’amenuise et le championnat touche à sa fin. Pression…Avant-dernière journée des play-downs, Saint-Amand recevait ce dimanche Plan de Cuques qui devait aussi gagner pour se maintenir…Re-pression…Les Amandinoises, devant leur public, n’ont pas su endiguer la fougue des Provençales. Avec six buts de retard à la mi-temps, la mission renversement de situation semblait impossible…Les Amandinoises s’inclinent (25-28). Pour se maintenir elles doivent avant tout battre Toulon la semaine prochaine et espérer un faux pas de son concurrent direct Mérignac…Re-re-Pression

Pas de dureté en défense

Drôles de ressentis à l’arrivée salle Maurice Hugot : il faut chercher une place pour se garer, faire la queue pour rentrer et voir du public (jauge à 35%). Ça fait du bien de vivre les matchs presque comme avant. Le club amandinois a soigné le public pour son retour : mot de bienvenue de la Présidente Sophie Palisse et entrée « lumineuse » des joueuses. Sur le terrain, les Amandinoises sont engagées, un peu trop car sanctionnées par les sorties pour deux minutes de Pugliese puis Chalmandrier. Pour autant elles restent au contact de leur adversaire (4-4 puis 7-7). Plan de Cuques se ballade en attaque car la défense amandinoise n’est pas assez dure et la gardienne provençale sort deux parades consécutives (9-13). Les Amandinoises sont moins en réussite à l’image de la transversale de Pellerin. Goubet sert Grimaud pour le kung fu juste avant la mi-temps (11-17), Plan de Cuques assure le spectacle…
Malgré les encouragements du public et leur bonne volonté les Amandinoises n’inverseront pas la tendance. Elles réduisent tout de même l’écart (20-23, 48’). Plan de Cuques reste appliqué et en tête. La sirène retentit, Frécon-Demouge accuse le coup de la défaite et reste assise les yeux dans le vide puis allongée. Le public ne quitte pas la salle, sonné aussi probablement. Louise, une supportrice, était déçue du résultat mais soulignait que « revenir encourager les filles c’était excitant, être privée de mon équipe préférée pendant aussi longtemps c’était frustrant ».

Le club a prévu un au-revoir et un cadeau aux partant(e)s. Au club depuis 2010, Julien Vasseur le responsable de la formation amandinoise (34 ans), qui avait pris le relais de Florence Sauval, en arrêt maladie, à la tête des pros en janvier, va entraîner la saison prochaine Bègles en D2. Il était ému mais a tenu à s’exprimer « j’ai passé de bons moments, je ne les oublierai jamais. Je me suis donné à 100% dans ma nouvelle mission (entraîner l’équipe LFH), je suis désolé du résultat aujourd’hui. Merci à tous, dirigeants, joueurs, public et à ma famille ».

 « Il reste un match, ce n’est pas fini », Marion Malina

Après son discours émouvant sur le terrain, l’entraîneur amandinois Julien Vasseur s’exprime en conférence, «  mercredi nous avons fait une mauvaise opération, nous avons remis Mérignac en vie…Cette après-midi nous passons à côté de notre première mi temps défensivement, nous perdons trop de duels défensifs. Nous avons plutôt été dans le laisser faire, nous nous mettons en difficulté, nous nous tirons une balle dans le pied. Nous n’avons pas été capables de répondre au défi imposé par Plan de Cuques. Six buts de retard à la mi-temps nous nous sommes compliqués la tâche. C’était mieux en deuxième mi-temps mais ça n’a pas suffit. Bravo à Plan de Cuques. Nous croyons au maintien, rien n’est fini. Il reste à Mérignac deux déplacements difficiles. Nous n’avons plus notre destin en main, il faut déjà gagner à Toulon. Nous avons une semaine pour préparer le match ».

La capitaine Marion Malina garde espoir «  deux minutes après le match j’étais abattue, maintenant non. Il faut gagner à Toulon, nous n’avons pas le choix. A nous de relever la tête c’est jouable, nous allons tout donner à Toulon. Prendre 17 buts sur une mi-temps, c’est beaucoup. Plan de Cuques a été meilleur et plus agressif que nous. Il reste un match, ce n’est pas fini. Nous avons toutes envie de gagner, perdre fait mal à la tête. Ça fait du bien de jouer dans une salle pleine, c’est dommage nous n’avons pas pu offrir au public une victoire, il nous pousse, nous le remercions d’être venu  ».

L’entraîneur de Plan de Cuques Angélique Spincer a le sourire, son équipe est maintenue en LFH « mathématiquement, nous sommes maintenus après cette victoire contre Saint-Amand. Nous avons manqué de fraîcheur le match précédent. Toutes les équipes jouent leur peau, nous avons été plus agressives. C’est évident pour aucune équipe, la saison est longue ». Plan de Cuques jouera son dernier match face à Mérignac la lanterne rouge. « Il est hors de question de laisser passer quoi que ce soit, nous voulons valider le maintien en gagnant à la maison devant notre public ».

Saint-Amand – Plan de Cuques : 25-28 (11-17).

– Saint-Amand : Dos Reis (3 arrêts sur 15, 20 minutes), Sousa (4 arrêts sur 18, 38 minutes), Kouaya 1, Bellonet 2, Pellerin 1, Barthélémy 1, Malina 1 puis Pugliese 3, Chalmandrier 6, Hurychova, Frécon-Demouge 9, Woloszyk 1, Benlabed.

– Plan de Cuques : Errin (9 arrêts sur 33, 59 minutes), Siapo (0 arrêt sur 1 tirs, 18 secondes) Chardon 2, Priou 4, Chavez 4, Krsnik 8, Goubel 7 puis Grimaud 3, Gavilan, Garcia, Plaie.

Anne Seigner

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu