1. Accueil
  2. Accueil
  3. Le féminicide ne connaît pas la crise, c’est 7J/7 et 365J/365… !
AccueilTerritoire

Le féminicide ne connaît pas la crise, c’est 7J/7 et 365J/365… !

Pour être franc, ce rédactionnel sur la ville de Valenciennes ne devrait même pas exister tant l’incongruité de l’histoire est pathétique. En effet, un évènement de l’association « Nous Toutes 59 Valenciennois » suite à un féminicide sur le Valenciennois, le 45ème de l’année au niveau national, ne fut pas autorisé en extérieur sous le prétexte fabuleux…« période peu propice à ce type d’opération ».

Betty Rygielski : « 8 féminicides (au niveau national) en 12 jours du 31 mai au 12 juin »

Tout démarre le 27 mai dernier où un féminicide intervient sur ce territoire, le 45ème au niveau national. Ensuite, est-ce cette période de déconfinement, personne n’a de vérité sur le sujet, mais les choses s’accélèrent « avec 8 féminicides en 12 jours du 31 mai au 12 juin. C’est pourquoi, notre Conseil d’Administration composé de 15 personnes a choisi de lancer une initiative samedi dernier afin de marquer le coup. Cette manifestation a été votée au sein de notre Conseil d’administration de l’association. Nous avons donc demandé à la mairie l’autorisation de rédiger, en extérieur, des messages à la craie sur les trottoirs », explique Betty Rygielski.

La présidente de l’association « Nous Toutes 59 Valenciennois« , Fabienne Fontaine, envoie donc sa demande (lettre du 14 juin) par courriel avec fichier joint le mardi 15 juin ( Lettre Demande Degallaix 2) à 16H00. « On n’imaginait même pas que cela pourrait poser un problème. De plus, compte tenu d’une période très chargée que nous comprenons, nous proposions en l’absence de réponse une acceptation de fait, donc, pas de perte de temps administrative », s’étonne Betty Rygielski avant une profonde colère de tout le Conseil d’Administration avec une publication, jeudi soir sur Facebook, suite au retour de la mairie par courriel le jeudi 17juin à 8h16.

Premier point, le volet sanitaire ne peut être une excuse. En effet, Jean Castex annonce en soirée du mercredi 16 juin la fin du port du masque en extérieur et l’achèvement (enfin) du couvre-feu le dimanche 20 mai. Les chiffres sanitaires sont suffisamment bons pour desserrer l’étau sanitaire.

« Les décisions sont politiques, mais le sujet est apolitique », Betty Rygielski

Ensuite, l’autre grille de lecture n’existe pas pour « Nous Toutes 59 ». « C’est quoi un moment propice ? Comment peut-on estimer qu’il y a un moment plus propice que l’autre pour parler des féminicides. C’est un sujet transversal qui nous concerne toutes et tous », assène Betty Rygielski.

L’indignation se traduit à travers l’intérêt de la population du Valenciennois pour les publications de « Nous Toutes 59 » avec plus de 14 387 vues (hier) sur le post à chaud du jeudi 15 juin sans compter les autre relais également très suivis.

Certains sujets traversent notre société, celui des féminicides est emblématique de l’état de détresse, d’une réalité de terrain plus que présente sur le Valenciennois, celle des violences intra-familiales où chaque nouveau Procureur de la République doit constater ce fait de société sur le Valenciennois, plus accru qu’ailleurs, sur son ressort judiciaire . Bien sûr, le sujet doit se trancher au plus niveau de l’Etat. « Certes, les décisions sont politiques, mais le sujet est apolitique », poursuit-elle.

La lettre de refus d’autorisation de la ville de Valenciennes Réponse refus d’autorisation par une adjointe du Conseil Municipal de la majorité municipale, sous couvert du haut intérêt porté à cette thématique, est lunaire sur le fond.

En résumé, le et la politique veulent bien des bulletins de vote des citoyennes et des citoyens en leur faveur, mais personne, sauf eux, ne peut parler de leur vie, de leur quotidien, des problèmes sociaux récurrents, d’un constat sociétal catastrophique comme le sujet du féminicide, la société civile doit se taire, l’archétype de la démocratie bâillonnée. Tout va bien, il n’y a pas de problème, le féminicide, on en parlera au moment… propice !

Pendant 3 ans sur 5 ans d’un mandat présidentiel ce qui représente le temps de campagne électorale compte tenu des différentes élections sur la durée d’un mandat, il faut se taire sur tous les sujets, car « le moment est peu propice », et on s’étonne de l’abstention ! Ce qui est certain est que la ville de Valenciennes vient de participer activement, le 15 juin dernier, au rejet de la politique tout court.

La manifestation s’est bien déroulée (visuels de l’article) samedi 19 juin. Bizarre, je n’ai pas vu passer des messages d’indignation sous le prétexte d’un « moment peu propice »…. !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires