1. Accueil
  2. Valenciennois
  3. Jean-René Lecerf « A quoi ça sert cette candidature de Laurent Degallaix et Valérie Létard ? » 
Valenciennois

Jean-René Lecerf « A quoi ça sert cette candidature de Laurent Degallaix et Valérie Létard ? » 

En compagnie des remplaçants, Nora Taalba, Jacques Tosero, et du Président en exercice Jean-René Lecerf, les candidats sortants sur le canton de Valenciennes ont exprimé leurs réactions suite au 1er tour, un retour sur leur candidature, leur approche du travail collectif face à l’autre duo de droite Valérie Létard/Laurent Degallaix.

(Canton Valenciennes) Geneviève Mannarino et Yves Dusart sur leur lancée du 1er tour

Parfois, le meilleur jugement d’un résultat est celui d’un politique expérimenté, mais totalement extérieur à l’élection donnée. C’est l’exercice choisi par Jean-René Lecerf en téléphonant à Gérald Darmanin, Ministre de l’intérieur, mais futur conseiller départemental, en lui demandant « que penses-tu du score des Grands élus (Degallaix/Létard) sur le canton de Valenciennes ? » ; la réponse du Ministre de l’intérieur est lucide « à leur place, je raserai les murs ! ». Voilà pour le ton ! « Je suis satisfait des résultats sur Valenciennes, David contre Goliath ne gagne pas souvent ! », tance Jean-René Lecerf.

En prélude à ce rendez-vous avec la presse locale, Geneviève Mannarino indique que c’est aussi « pour rendre hommage au mandat de Jean René Lecerf, un président efficace. Nos vice-présidences ont été accompagnées et soutenues ». Pour sa part, Yves Dusart souligne cette chance « d’avoir à 47 ans travaillé avec Cécile Gallez et Jean-René Lecerf. Elu en 2015, puis une vice-présidence en 2018 dans laquelle je me suis investi totalement ».

Sur le résultat du 1er tour

Le maire de Saint-Saulve répond en toute franchise « je pensais que le Rassemblement National serait en tête compte tenu que Laurent Degallaix, Macron Compatible, avait été même désigné parmi les maires (19 seulement) soutenus par le parti LREM. Nous pensions arrivés deuxième ou troisième, mais avec un score très serré ».

Néanmoins, Geneviève Mannarino ne cache pas sa satisfaction « des résultats sur la ville de Valenciennes. C’est déjà une reconnaissance du travail effectué sur ce canton et la ville de Valenciennes, mais également durant mes 12 années d’adjoint à la ville de Valenciennes. On a mis le doigt sur ceux qui ont fait le boulot par ce vote ».

« Des Conseillers départementaux fantômes », Jean-René Lecerf

Le Président balaye les hypothèses après ce second tour du dimanche 27 juin où chacun espère une participation plus massive de l’électorat. « Si Laurent Degallaix et Valérie Létard remportent cette élection. Je peux dire que Valérie Létard n’a pas l’ombre d’une lumière de chance d’être la nouvelle Présidente du Conseil départemental du Nord. Le futur Président sera Christian Poiret (Les Républicains/sous réserve de son élection), et son appel à voter contre lui sur le canton de Douai n’est pas passé inaperçu. Valérie Létard et Laurent Degallaix auront un statut de quasi opposition au sein du Conseil départemental  », Jean-René Lecerf.

Donc, pour bien comprendre, les LR soutiennent Valérie Létard et Laurent Degallaix sur le canton de Valenciennes, Valérie Létard appelle à voter contre le binôme sortant LR sur le canton de Douai où Christian Poiret fut désigné démocratiquement par ses pairs comme tête de liste de l’UPN. Ensuite, Valérie Létard est vent debout contre toute candidature LREM sur ces départementales dans le Nord, mais s’associe au (quasi) seul maire Macron comptable d’une grande ville des Hauts-de-France. Franchement où est la cohérence politique de la responsable de l’UDI sur le Valenciennois, tout militant de l’UDI de base est sans doute complètement perdu… !

Le Président revient sur ce duel « regrettable pour l’idée que l’on se fait de la politique ». En clair, sur l’impact de cette victoire éventuelle de Laurent Degallaix et Valérie Létard sur ce canton « ce seront des Conseillers départementaux fantômes, juste venir émarger pour toucher l’indemnité et partir peu après, des touristes… C’est sûr que nous avons remarqué que le Valenciennois était une terre de grand tourisme ». Et dans la logique politique, le Président est factuel « je ne comprends pas le combat de Valérie Létard que je connais bien. Elle avait une carte à jouer aux régionales, et surtout un avenir encore plus haut au sein du Sénat. C’est difficile de monter une liste pour les Sénatoriales ».

Par contre, la réélection d’Yves Dusart et Geneviève Mannarino serait dans une continuité de l’action entreprise. Sur un ton solennel, Jean-René Lecerf affirme « Geneviève et Yves seront dans l’exécutif. Durant six ans, Geneviève a réussi, entre autres, à établir une passerelle entre le maintien à domicile et l’EHPAD pour les personnes âgées grâce à des solutions alternatives. Ensuite, dès 2018, Yves Dusart a pris à bras le corps la vice-présidence très lourde de l’aide sociale à l’enfance, mais également celle des mineurs non accompagnés, c’est notre compétence ! Là, vous avez deux vice-présidents qui ont fait le job ! ».

Le Président poursuit dans cette logique implacable. En cas d’élection, faut de Présidence du Conseil départemental, et dans la suite de la vie politique, le Président s’interroge à voix haute :« Pourquoi Valérie Létard laisserait-elle sa place de sénatrice à Laurent Degallaix (en septembre 2023) ? L’ambiance devrait se dégrader rapidement entre Valérie Létard et Laurent Degallaix ! ».

D’ailleurs, Yves Dusart revient sur les coulisses de la vidéo de Cécile Gallez en soutien du binôme sortant. « La vidéo fut tournée le lundi 14 juin en matinée, Jean-Louis Borloo et Valérie Létard sont venus dans l’après-midi passer un moment de convivialité avec Cécile, mais pas avec Laurent Degallaix, c’est faux ! Ils ont parlé de tout, sauf de cette élection. D’ailleurs, Laurent Degallaix a perdu le numéro de téléphone de Cécile Gallez depuis deux ans, aucune prise de ses nouvelles durant ses problèmes de santé, mais il a su venir lui demander son soutien (avec Valérie Létard) au début de la campagne ! », commente Yves Dusart.

« Des propositions en juillet 2020 et février 2021 », Yves Dusart

Sur l’origine de cette nouvelle candidature, il revient sur l’histoire toujours symptomatique d’une méthode valenciennoise presque en rupture avec Jean-Louis Borloo qui avait cultivé l’art de la collégialité. « Valérie Létard m’a proposé en juillet 2020 un poste éligible sur la liste de Xavier Bertrand à condition que je laisse tomber Geneviève. Elle m’indiquait avoir discuté avec le Président de la Région et que tout était d’accord. Suite à un contact entre les deux Présidents (Région et Département), il n’y avait eu aucun contact à cet effet. Ensuite, en février 2021, Laurent Degallaix m’a demandé de prendre une place de remplaçant tout en me demandant la particularité de la fonction en cas de départ du titulaire. Autre proposition, prendre sa place de titulaire avec Valérie Létard toujours en lâchant Geneviève… Je rejette humainement ces démarches. On ne peut pas prendre les gens pour des pions. Il faut faire cesser le système du-je décide tout- ! », commente le maire de Saint-Saulve.

« A portée d’engueulade », Jean-René Lecerf

Tout en rappelant qu’il n’y « a même pas eu de campagne de terrain sur Saint-Saulve, c’est méprisant pour la commune avec une remplaçante tout juste arrivée sur la ville », précise le maire, les remplaçants appuient cette candidature. « Ce 1er tour est une victoire de la démocratie. On retrouve cette complicité Valenciennes/Saint-Saulve chez Yves et Geneviève. J’ai envie que les gens se mobilisent pour aller voter. Voter la démocratie, c’est voté Geneviève et Yves ! », commente Nora Taalba. 

Jacques Tesoro, l’autre remplaçant, avoue « ne rien connaître en politique, mais la sincérité se dégage de ce binôme. Ils sont abordables et accessibles ».

Le Président du Conseil départemental du Nord reprend ce propos « vous avez le choix avec Valérie Létard pour un rendez-vous au Palais Bourbon, à Paris, si vous avez un problème avec une personne âgée dans votre famille ou un contact direct à la permanence de votre Conseillère départementale. De la même manière, Yves Dusart à portée d’engueulade comme dit Xavier Bertrand où l’inaccessible (pour l’administré) Laurent Degallaix ».

Quel que soit le vainqueur à l’issue de ce second tour, l’image de la politique tout court s’est dégradée sur le Valenciennois et bien au delà de nos frontières du territoire, le système de quelques élu.e.s qui régissent la vie démocratique d’un territoire de 160 000 habitants est (enfin) mis en lumière, l’image sympathique tape dans le dos et blagounettes est totalement ébranlée pour le maire de Valenciennes, et en miroir pour la vice-présidente du Sénat à travers une trajectoire individuelle en l’absence de la moindre cohérence politique avec sa formation politique l’UDI. La face noir de la Politique telle qu’elle existe sur le Valenciennois se révèle, c’est une catastrophe pour l’image de la ville, pour l’image de la démocratie, pour donner envie de venir sur le Valenciennois, nous verrons la méthode choisie dans les urnes, car l’abstention demeure le meilleur moyen de cautionner tacitement cette pratique politique dont « les françaises et les français ne veulent plus. Les électrices et les électeurs ont le choix entre deux options, des candidats qui font de la politique et des candidats qui vont sur le terrain ! », conclut Yves Dusart.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu