1. Accueil
  2. Accueil
  3. Lancement d’une école MUNICIPALE de football à Denain
AccueilDenaisis

Lancement d’une école MUNICIPALE de football à Denain

Parfois, un mandat de maire réserve des initiatives très éloignées d’un programme de campagne électorale, car la création d’une école de football dans le giron d’une collectivité locale est tout sauf une compétence régalienne… locale, et pour le moins surprenante à première vue. Pour autant, après explications des tenants et aboutissants par Anne-Lise-Dufour, la première magistrate, Akim Derghal en charge des sports, et Stephan Islic, Président du puissant District Escaut de Football, cette nouvelle ébouriffante puise ses racines dans une sombre réalité où la pratique du 1er sport français n’est pas au niveau d’une commune de 20 000 habitants.

Anne-Lise Dufour : « Je pense que c’est une première en France ! »

Tout d’abord, un petit rappel est nécessaire afin de savoir d’où le sujet du jour démarre… En 2017, les trois clubs historiques de football de la ville de Denain, l’USD évoluant au Stade Bayart, le DA (quartier Nouveau Monde), et le FC Denain (Faubourg du Château) fusionnent pour former le DOSC (Denain olympique sporting club) avec l’espoir de l’émergence d’une entité sportive au niveau des ambitions d’une terre de football. Medhi Hebbar est le président de cette association dédiée au football sur le papier prometteuse. « On pouvait espérer 800 licenciés avec cette fusion. Au lieu de cela, 300 denaisiens sont licenciés dans des clubs voisins comme Escaudain, Lourches, voire Hordain », commente Stephan Islic, le Président du District Escaut de Football.

En effet, à cette heure, le chiffre est tout autre pour le DOSC « avec 153 licenciés déclarés auprès de la FFF sans aucune équipe au niveau régional », poursuit Stephan Islic « alors que pour la demande de subvention annuelle, l’association revendique 300 adhérents… », commente Anne-Lise Dufour. Pour la saison 2020/2021, le DOSC avait 2 équipes seniors, une en District 4ème niveau, une à un ou deux rangs inférieurs, une équipe en U18, en U15, U13 et U11.

Depuis six mois, Akim Derghal relance le DOSC afin qu’elle envoie son dossier de subvention, normalement au 31 janvier de l’année… « Nous l’avons reçu six mois après malgré mes relances par courrier, par mail… », commente l’adjoint. Sur le volet des documents administratifs « nous venons de recevoir (aussi) les comptes de l’association », poursuit Anne-Lise Dufour.

« Une gestion hasardeuse », Anne-Lise Dufour

Sur ce point, la maire s’étonne des choix de dépenses de l’association. « Elle a reçu en 2020 7 500 € et 42,6% de cette subvention fut dépensée en achats alimentaires, et 18,8% en retrait au DAB dont 1554 € en août 2020… » , explique l’édile. Globalement, elle qualifie « de gestion hasardeuse avec l’absence d’une Assemblée Générale chaque année, la non déclaration en Sous-Préfecture des modifications de dirigeants, le changement de 4 trésoriers en deux ans dont un démissionne pour manifester son désaccord avec l’attribution d’une prime de match à des joueurs (en District 4ème niveau) ».

Anne-Lise Dufour annonce qu’elle va demander des éclaircissements aux intéressés et à qui de Droit, « car compte tenu de la dite subvention et de la valorisation des équipements dont bénéficie l’association, nous atteignons le seuil de 23 000 euros », commente la maire. En effet, la règle immuable d’une association régit sous la loi de 1901 est le principe de non ingérence, c’est un pilier de notre démocratie. Pou autant, dès qu’une association reçoit un financement public à minima de 23 000 euros, l’entité bénéficiaire doit montrer patte blanche à la municipalité. Ensuite, le DOSC ne recevra pas au  titre de l’année 2021/2022 de subvention municipale

« Ecole composée d’éducateurs diplômés », Anne-Lise Dufour

Chemin faisant état d’une pratique du sport roi en dessous d’un potentiel évident, la maire prend l’initiative culottée, mais réaliste, d’une « création d’une école municipale de football pour les 6-15 ans. Je pense que c’est une première en France ! Cette école municipale permettra la pratique du football dans le cadre scolaire, en accord avec l’Education nationale, voire le mercredi et durant les vacances scolaires. De plus, cette école sera composée d’éducateurs diplômés, car nous avons une quinzaine d’éducateurs denaisiens diplômés, mais aucun ne travaille avec le DOSC ». Sur ce dernier point, Stephan Islic confirme en plus « qu’aucun dirigeant du club ou éducateur n’a suivi une formation assurée par le District de l’Escaut. Je regrette de n’avoir pas eu cette idée plus tôt, car je vais essayer de conventionner avec d’autres communes », ajoute le Président du District de l’Escaut.

Anne-Lise Dufour et Akim Derghal

A l’évidence, ce nouveau service communal vise à proposer un cadre rassurant aux familles dont les enfants pratiquent ce sport collectif. A ce stade, il n’y aura pas de compétition, mais juste une pratique et un entraînement éclairé dès la rentrée de septembre 2021. Cette parenthèse coïncide avec les travaux du Stade Bayart, retardés pour cause d’occupation par les gens du voyage, pour un montant de 2,7 millions d’euros. « La durée de ce chantier sera de douze mois », précise Anne-Lise Dufour.

« Une mise en sommeil (du DOSC) », Anne-Lise Dufour

Travaux d’une durée annuelle au stade Bayart, création d’une école municipale de football, la troisième pièce du lego serait « une mise en sommeil de l’association (le DOSC) le temps qu’un véritable projet émerge », suggère la première magistrate. Pour sa part, le Président du District Escaut valide cette hypothèse, tout en apprenant quelques pratiques lunaires « comme un entraînement du DOCS (sans aucune autorisation) dans une salle municipale dont un dirigeant avait récupéré les clefs », explique Akim Dhergal. « J’ai assisté à l’AG devant une vingtaine de personnes. Quand je vois cela, cela me fait mal au coeur. J’ai joué pour l’USD où nous étions 500 licenciés dans ce club », ajoute l’adjoint de la commune.

Face à ces dérives assez angoissantes pour des parents, il était nécessaire de réagir avec une porte de sortie dans une ville sportive où « nous avons versé 316 000 € aux associations sportives avec une valorisation des équipements à hauteur de 450 000 euros ». Le choix d’une structure communale pour les catégories mineures gagne indéniablement la palme de l’originalité.

« Des aménagements de bon sens », Stefan Islic

Bien sûr, il n’est pas question de laisser sur le bord de la route les pratiquants adultes du DOSC. « Nous ferons des aménagements de bon sens, nous n’allons pas infliger des droits de mutation vers un autre club aux joueurs », précise Stefan Islic, président du District de l’Escaut comprenant 45 000 licenciés, le 13ème de France sur 90.

Evidemment, la politique n’est jamais éloignée du monde associatif, mais « j’assume ce que je fais. Je n’ai que faire des partis politiques. Les sports ont toute leur place à Denain », conclut Anne-Lise Dufour.

Au niveau des inscriptions, l’ouverture est prévue le 25 août de manière presque concomitante au chèque municipal associatif (30 euros). Le succès de cette proposition municipale et originale est attendue pour le plus grand bonheur… du ballon rond !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu