1. Accueil
  2. Accueil
  3. Après le vin, l’APEI du Valenciennois lance son jus de raisin
AccueilValenciennois

Après le vin, l’APEI du Valenciennois lance son jus de raisin

Lundi 27 septembre, ce début de semaine n’est pas comme les autres puisque l’APEI (L’association de parents d’enfants inadaptés) du Valenciennois effectuait sa récolte annuelle sur ses 2 hectares de vigne, un site attenant à l’étang du Vignoble à Valenciennes. Ensuite, cette année de sortie, espérée, de crise sanitaire est également celle d’une initiative de cette association à travers le lancement d’un nouveau produit.

Après deux saisons contrariées pour la diffusion des produits vinicoles de l’APEI du Valenciennois, cette récolte 2021 est compliquée. « Ce n’est pas une bonne année pour les fruitiers dans les Hauts-de-France à cause du gel en avril dernier. On réalise la récolte sur une seule journée grâce à la présence d’une centaine de personnes des ESAT/Ateliers Watteau, mais également des ESAT de Saint-Amand et d’Anzin », commente Sébastien Martinez, chef de production.

Sébastien Martinez

Fort de cette donnée, l’association a choisi une autre option compte tenu « que nous avons encore beaucoup en stock des bouteilles de vin (blanc, rosé, et rouge), car nous n’avons pas pu écouler celui des deux années précédentes », ajoute Sébastien Martinez.

« Nous avons choisi de réaliser un jus de raisin », Olivier Warzée

Afin de répondre à cette récolte assez pauvre quantitativement « nous avons fait le choix de produire un jus de raisin. Toutefois, nous avions déjà goûté en interne un jus sorti de notre pressoir, nous savons qu’il a du goût, il est très sucré », commente Olivier Warzée, Directeur de l’ESAT-Ateliers Watteau.

Pour presser cette récolte, l’APEI du Valenciennois dispose d’un équipement de presse pour le vin.  C’est pourquoi, l’association a fait appel à un producteur de jus de fruit bien connu, les « Vergers Telliers» basé sur Le Quesnoy.  Ce sont des professionnels du jus de pomme notamment et compte tenu « que cette année est catastrophique pour les pommes, ils sont partants pour presser notre récolte de raisin, puis la mettre en bouteille. Nous nous chargerons de la diffusion », ajoute Olivier Warzée.

Oui, nous parlons bien de commercialisation puisque sous l’impulsion de Thierry Devimeux, ex Sous-Préfet du Valenciennes, les APEI ont obtenu le droit de commercialiser leurs produits vinicoles, voir jus de fruit en l’espèce. « Nous avons obtenu le droit de commercialiser la récolte 2018 en décembre 2019. Cette démarche de vente avait parfaitement démarré durant les premiers mois, mais la Covid est arrivée. Nous allons donc recommencer la commercialisation de nos produits auprès des restaurants du Valenciennois », poursuit Olivier Warzée.

Au détour de cette incertitude sanitaire, la (re)découverte de son commerce de proximité par le consommateur est un acquis sur lequel il faut construire. Il pourrait être profitable que des vins locaux, et maintenant un jus de raisin du terroir, fasse sens sur une table à l’heure où les deux mots « circuit-court » sont l’alpha et l’omega de la consommation citoyenne.

« Nous sommes sollicités par les agriculteurs pour une diversification », Fabien Hernout

Durant cette journée non ouverte au public contrairement à la coutume, mais avec une présence massive de membres des ESAT, la récolte a été triée sur place. Si la quantité n’est pas au rendez-vous, la qualité « sera là après un tri. Elle sera équivalente aux saisons précédentes », précise Olivier Warzée.

Pour sa part, Fabien Hernout, Directeur des Ateliers réunis, souligne que l’association suit « les évolutions de la vigne compte tenu des changements climatiques. C’est pourquoi, nous avons choisi cette année de produire du jus de raisin pour nous diversifier. Ensuite, nous réfléchissons à introduire d’autres cépages sur nos vignes dans les années à venir ».

Plus grande vigne au nord de la Champagne, les deux hectares de vigne de l’APEI du Valenciennois jouissent d’une réputation au delà de son bassin de vie. En effet, l’historique de ce travail sur le raisin, première cuvée en 2003, donne certaines idées à d’autres professionnels de la terre. « Nous sommes sollicités par les agriculteurs, voire les arboriculteurs, pour une diversification. Nous avons une expertise sur le sujet. Ils pensent comme nous à se diversifier », poursuit Fabien Hernout.

Afin de découvrir ce premier jus de raisin « maison » produit par l’APEI du Valenciennois, vous pourrez acheter directement ce breuvage vers la mi-octobre au sein de l’ESAT-Atelier Watteau « où durant les 3 jours Gourmands, au mois de novembre, vous pourrez découvrir nos différents vins et notre tout nouveau jus de raisin », conclut Fabien Hernout.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu