1. Accueil
  2. Accueil
  3. 1,2, 3… anniversaires dans le Bassin minier (vidéo) !
AccueilTerritoire

1,2, 3… anniversaires dans le Bassin minier (vidéo) !

Cette année 2022 s’annonce mémorable pour les habitants du Nord Pas-de-Calais. En effet, la conjugaison du 20ème anniversaire de l’association « Mission Bassin Minier », du 10ème anniversaire de la reconnaissance du Bassin minier, Patrimoine mondial de l’Unesco, et du 10ème anniversaire également de l’ouverture du Louvre-Lens promet un moment particulier… Indéniablement, cet événement sera exceptionnel sur chaque territoire, et notamment dans le Valenciennois, berceau de la découverte du charbon à Fresnes-sur-Escaut, il y a plus de 3 siècles déjà.

Un Bassin minier à vivre… sans modération !

« Que ferait-on sans la Mission Bassin minier ? », soulignait Jean-François Caron dans une vidéo (fin de l’article) retraçant cette aventure un peu folle pour la reconnaissance du Bassin minier. En effet, la MBM est  identifiée comme un outil de Conseil sur la gestion des espaces sur l’ensemble de l’arc du Bassin minier dans le Nord et le Pas-de-Calais. A titre d’exemple, elle collabore étroitement avec la mise en oeuvre du plan RBM (Renouvellement Bassin Minier), initié en mars 2017 par Bernard Cazeneuve, sur la rénovation des logements miniers.

Qualifiée à sa naissance de « super agence d’urbanisme », la Mission Bassin Minier était un organisme précurseur, car il « n’existait pas ce type d’outil au début des années 2000 », précise Catherine Bertram, la Directrice de la MBM. Au fil des années, les EPCI (Etablissement Public de coopération intercommunale) sont arrivés dans le champ de l’urbanisme réfléchi, non plus localement, mais au niveau d’un territoire, voire plus largement d’un bassin de vie. C’est pourquoi, le rôle de la Mission Bassin Minier a évolué avec le temps.

« Notre mission est évolutive. Depuis 2016, les PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal) doivent prendre en compte le patrimoine dans la planification d’urbanisme », précise Catherine Bertram. Il en va de même sur le SCOT (schéma de cohérence territoriale) sur chaque bassin de vie. Certes, cette mesure n’est pas rétroactive même si certaines collectivités territoriales avaient déjà anticipé cette nouvelle donne.

Dans les modifications structurantes de la loi avec un impact sur l’avenir du Bassin minier, vous avez l’article de la loi « Climat », votée en août 2021, sur la non artificialisation des sols. En effet, la peu médiatique loi ZAN (Zéro Artificialisation Nette) doit entrer en vigueur en février 2022. « Elle va favoriser les logements existants, et notamment la rénovation des cités minières », commente Freddy Kaczmarek.

Site 9-9 Bis sur Oignies

La région des Hauts-de-France est un financeur incontournable de cette association. Dés l’origine, Daniel Percheron avait validé cette création ex nihilo d’un instrument au service de ce Bassin minier. La récompense suprême fut l’arrivée du Patrimoine mondial-UNESCO fin juin 2012 pour l’ensemble du Bassin minier, 353 éléments répertoriés, 124 cités minières. En 2015, Xavier Bertrand a pris le relais dans une association « où chaque membre du Conseil d’administration laisse de coté sa famille politique. Ici, nous sommes au service de l’intérêt général du Bassin minier », précise la Présidente.

Et plus précisément, l’intérêt général passe également par le sauvetage de 10 éléments au patrimoine mondial en grand danger, notamment sur le Valenciennois le Château des Douaniers à Fresnes-sur-Escaut (www.fondation-patrimoine.org/les-projets/patrimoine-minier-en-danger).

« Nous devons penser à l’après Mine », Cathy Apourceau-Poly

Pour la Présidente de l’association, Cathy Apourceau-Poly, l’avenir de la Mission Bassin Minier s’inscrit encore dans le présent, car la tache n’est pas achevée : « La Mission Bassin Minier n’existera peut-être plus dans 20 ans, mais aujourd’hui elle doit encore travailler sur le passage d’une feuille de route des années 2000, d’une reconversion à une transition juste. Nous devons penser à l’après Mine et son humanité ».

Le Métaphone sur le site du 9-9 Bis à Oignies

Néanmoins, si le volet logement au sein des 124 cités minières sur le Bassin minier est en marche,  les aménagements connexes sont encore en suspension. « Nous devons avoir une approche intégrée. Certes, il y a les logements, mais il faut aménager les espaces publics dans l’environnement proche. Nous avons clairement un problème de financement sur ces espaces publics », ajoute Cathy Apourceau-Poly.

Dans ce registre, Aymeric Robin, le Président de la Porte du Hainaut et secrétaire de l’association MBM, rappelle un objectif incontournable : « Nous devons assurer une mise en tourisme des destinations du Bassin minier, un développement économique associé au cadre de vie. C’est le défi à affronter dans les 10 prochaines années ».

L’élu du Douaisis, Freddy Kaczmarek, ajoute que « le paysage à une importance vitale, il contribue au bonheur ».

Enfin, la Présidente de l’association MBM fait également le constat : « Il manque d’hébergement et de restauration. Par exemple, pour manger dans un estaminet, vous devez réserver 15 jours avant. Ce n’est pas notre rôle d’accompagner ce type d’implantation, mais nous constatons cette carence ».

Un livre témoignage

A l’occasion de cette Assemblée Générale de l’association « Mission Bassin Minier », un livre retraçant les 20 ans de cet outil précieux pour tous les acteurs a été présenté aux administrateurs et à la presse.

Cet ouvrage répertorie les 5 Grands sites, le centre historique de Lewarde, la Base 11/19 à Loos-en-Gohelle, le 9-9 bis sur Oignies, la Fosse d’Arenberg à Wallers, et la Cité des Electriciens sur Bruay-la Bouissière. « Nous veillons à surtout ne pas les mettre en concurrence. Nous travaillons ensemble à travers une politique convergente. De plus, nous ne sommes pas une structure technique hors sol. Les thématiques de la santé, de la mobilité des populations, l’emploi, la formation…, sont importantes dans les signaux positifs. On parle humain sur ce territoire », déclare Cathy Apourceau-Poly.

Ce livre témoignage de qualité ventile tous les atouts sur ce Bassin minier, vaste, divers, avec un patrimoine bâti et naturel très riche. Des terrils aux cités minières en passant par les chevalements, le visiteur comme l’autochtone peut profiter également du sport/nature avec le Trail des Pyramides noires, voire les futurs axes vélos/routes soutenus par la Région des Hauts-de-France (http://www.traildespyramidesnoires.com/).

A la lumière de ce livre, le programme des festivités « anniversaires » en 2022 sera présenté dès le mois de janvier.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu