1. Accueil
  2. Accueil
  3. (Wallers) Radio Club, 40 ans d’une aventure sonore
AccueilTerritoire

(Wallers) Radio Club, 40 ans d’une aventure sonore

22 novembre 2021, Fernand Dumez fête ses 82 ans, mais également les 40 ans de Radio Club, située sur Wallers, dont la première diffusion officielle fut précisément au mois de septembre 1981. A cette occasion, les témoignages de sympathie affluent sur l’antenne de Radio Club pour honorer la mémoire d’une aventure radiophonique inoubliable hier, aujourd’hui, et demain sûrement.

Fernand Dumez : « 2 jours de coupure d’antenne sur 40 ans d’émission de Radio Club »

La bande FM, on a encore du mal à percevoir l’aventure incroyable de l’émergence des radios privées à l’aulne de l’élection de François Mitterand. Pas son fait d’arme le plus connu, mais la libéralisation des ondes Radio par Le Président de la République, en 1981, fut un coup de génie social et culturel. Autrefois réservée uniquement à la sphère publique, cette ouverture presque sans limite a lancé le déploiement des radios privées en France.

« Le 2ème numéro dans le Nord », Fernand Dumez

Bien sûr, en 1981, les frontaliers avaient déjà gouté aux radio privées. « En effet, nos voisins belges émettaient déjà, c’est là que j’ai attrapé le virus. Ensuite, il existait quelques radios pirates tolérées comme Radio Quinquin. Nous avons également débuté un peu avant la libéralisation. Dès la 1ère fois où nous avons indiqué que nous émettions à Wallers. Les gens affluaient pour que nous passions leur disque pour un événement familial, un anniversaire etc. », commente Fernand Dumez.« Oui, nous étions écoutés », glisse-t-il avec candeur.

Michèle Cotta  a eu l’honneur, entre autres, par François Mitterand, de siéger à la Présidence la Haute Autorité de la communication audiovisuelle, énorme responsabilité compte tenu de cette révolution. « Toutes les radios privées (repérées) ont été convoquées. Michelle Cotta nous a annoncé un nombre fixe de radio autorisées par Département. A l’époque, nous avons récupéré le numéro 2, après Canal Sambre (Canal FM aujourd’hui) », explique avec fierté le fondateur de Radio Club.

Une radio à la campagne

Pour mieux souligner le volet proximité de cette aventure. Fernand Dumez rappelle l’origine de son nom « un auditeur vient nous voir sur site et lance Bienvenue au Club. OK, ce sera donc Radio Club ! ».

La 1ère fréquence de 1981 à 1986 fut 93.00. Evidemment, le succès des radios privées fut énorme et l’Etat a dû opérer un nouveau Plan de Fréquence. « On m’avait dit que ma nouvelle fréquence serait proche de l’actuelle. Ce fut 105.7, celle d’aujourd’hui …», ajoute Fernand Dumez.

Le premier local était dans sa maison, via une petite antenne sur le toit, avec une capacité d’émission de 2 à 3 km. Ensuite, il y a eu une antenne dans le champ attenant à la maison. Malheureusement, la tempête de 1999 a détruit complètement cette dernière. « Ce sont les seuls 2 jours de coupure d’antenne sur 40 ans d’émission de Radio Club. Dans la foulée, nous avons réinstallé une nouvelle antenne non loin de là. Puis, un opérateur téléphonique, aujourd’hui plusieurs, m’ont demandé l’utilisation de ce point d’émission pour leur réseau. J’ai dit OK, mais je veux mon émetteur tout en haut de l’antenne… Maintenant, Radio Club couvre environ 30 à 40 km », précise Fernand Dumez. Les slogans sur la durée sont aussi des pépites – Radio Club, une Radio bien de chez vous-Radio Club, c’est autre chose que la même chose-Radio Club, les chansons d’hier et les tubes d’aujourd’hui– ils sont pléthoriques en 40 ans d’émission, mais sont à chaque fois le reflet de la sonorité du moment. 

Une suite de moments inoubliables… en direct !

En 40 ans d’émission 7J/7 et 24H/24, vous collectez des souvenirs à la pelle. Radio Club a reçu des stars de la chanson, comme C-Jérome, Daniel Guichard, Dave, Claude Barzotti, etc. « ils venaient dans une petite Radio comme dans un gros média, ils n’avaient pas la grosse tête. Nous avons interviewé plusieurs fois Jean Stablinski dont la dernière 15 jours avant son décès », mentionne Fernand. Evidemment, Wallers rime avec la course Paris-Roubaix où quelques directs furent mémorables. « A l’époque, on avait même un podium pour notre retransmission en direct », ajoute Fernand Dumez.

La marque de fabrique de Radio Club, encore aujourd’hui, c’est le Direct. « Tout était en Direct dans la journée avec une seulement une bande préenregistrée la nuit », précise-t-il. Aujourd’hui encore, même si tout ne peut plus être en direct, une bonne partie de l’émission de Radio Club est en live. « Un auditeur vous appelle et vous pouvez encore répondre. Beaucoup de radios sont en automation (plus de direct du tout) », commente Joris Naessens, la relève depuis 6 ans au sein de cette radio associative.

Radio Club ne s’est jamais départie de son statut de Radio associative. La loi lui permet de bénéficier de 20% de recettes publicitaires, et sont financés pour le reste par le Ministère de la Culture. Depuis 1991, il existe également une Fédération des radios associatives dans les Hauts-de-France. « Nous sommes 19 Radio indépendantes au sein de cette association. Nous travaillons ensemble et nous mutualisons des programmes au sein de nos différentes antennes », explique Joris.

Passage de témoin

40 ans fait de hauts et de bas, car il ne faut pas croire que tout est rose sur le long chemin de la radio FM. Fernand Dumez se souvient des dernières minutes, partagées sur Radio Club, de l’antenne voisine de « Radio Amaury en 1996. A la fin, elle était toute seule, mais elle a tenu 14 ans. Aujourd’hui, de cette époque, il reste Radio Condé Macou et nous ».

Dans l’ère du temps, Radio Club s’appuie sur les nouvelles technologies, son site internet où vous pouvez retrouver les Podcasts, mais aussi ses émissions en Direct même si cette crise sanitaire a réduit un peu la jauge. « La relève est là. Nous avons une équipe de 6 personnes », commente Fernand. Cette Radio comprend 3 membres de la famille Dumez, preuve que la passion est transmissible, mais cette fois nous parlons d’un bon virus comme celui du partage (https://radioclub.fr)

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu