1. Accueil
  2. Accueil
  3. Le Conseil municipal des jeunes validé sur Marly
AccueilValenciennois

Le Conseil municipal des jeunes validé sur Marly

Le menu du Conseil de Marly était frugal avec en délibération phare la mise en place d’un conseil municipal des jeunes. Pour la tenue de cet exercice démocratique, presque une centaine de membres du club de pétanque sur Marly était venue manifester devant les fenêtres de la salle du Conseil municipal.

Jean-Noël Verfaillie : « 40 000 euros annuel pour chauffer un hangar n’a rien d’écologique »

En propos liminaire, le maire de Marly évoque évidemment la situation sanitaire à la lumière de l’intervention du Ministre de la Santé. « La bonne nouvelle est le maintien du Marché de Noël (en extérieur) même avec un contrôle du Pass sanitaire. Nous aurons très prochainement une réunion, avec tous les maires de Valenciennes Métropole, avec le Sous-Préfet de Valenciennes. Ensuite, il me semble important que toutes les villes adoptent une position commune pour la cérémonie des voeux ».

Ensuite, il rappelle la sortie du Guide la Propreté et de l’application très simple pour signaler un dysfonctionnement dans la commune (https://www.va-infos.fr/2021/11/20/la-proprete-sur-marly-suivez-le-guide).

« Cela concerne des élèves de CM1 et CM2 », Assia Costanzo

Présentée par Assia Costanzo, en charge de la politique éducative, une ligne du programme de la campagne municipale était mise en oeuvre hier soir (jeudi 25 novembre). « Ce lancement d’un Conseil municipal des jeunes à Marly illustre notre politique, notablement vis à vis de la citoyenneté tout au long de la vie ».

Ce Conseil municipal des jeunes (2021/2022) va s’appuyer, pour cette première année, sur 18 élèves issus des écoles communales (5) et 5 en provenance des Centre de Loisirs. « Ce sont des élèves de CM1 et CM2. Nous allons nous appuyer sur un Professeur des Ecoles, Thomas Gobert, bénévole, pour encadrer ces jeunes, car la continuité pédagogique en matière de citoyenneté est difficile. Ce sera un collaborateur occasionnel », ajoute Assia Costanzo.

Pour sa part, Christian Châtelain demande que les élèves de l’Ecole de Musique soient pris en compte dans ce Conseil municipal des jeunes, demande acceptée par la majorité municipale.

Enfin, l’objectif in fine est déjà de lancer le processus « d’une élection au sein de Conseil municipal  pour l’année 2022/2023. Ce Conseil municipal disposera d’un budget pour leurs actions. Nous leur demandons de réfléchir sur 2 thèmes, l’aménagement de la cour des écoles, mais également l’égalité filles-garçons », commente Jean-Noël Verfaillie. En effet, un public jeune rend la sensibilisation plus efficace sur cette thématique cruciale de l’égalité Femmes-Hommes.

3 000 euros pour l’Union du Commerce

Contrairement aux épisodes précédents, la ville de Marly va directement subventionner l’UCAM (Union des Commerçants et des Artisans de Marly). « C’est une subvention exceptionnelle de 3 000 euros versée à l’UCAM afin de prendre les choses en main. Cette animation rassemble 60 participants à l’initiative de l’UCAM avec son nouveau président élu, Stéphane Bilbaut », indique Florence Anderlin, en charge de l’attractivité du commerce.

« L’année dernière, nous avons décoré à nos frais pour les fêtes de Noël les vitrines des commerces. Le coût fut de 2 500 euros. Cette fois, on finance directement l’union commerciale à hauteur de 3 000 euros, et l’UCAM dépense 6 000 euros sur cette animation », précise le maire. 

« 100 000 euros pour des travaux de désenfumage », Jean-Noël Verfaillie

Une délibération aborde les travaux incontournables de la Salle des Fêtes attenante à l’Hôtel de Ville. La commission de sécurité avait déjà en 2019 rendue un avis défavorable. « Je suis venue à une manifestation pour les Assistantes maternelles, près de 200 personnes dans cette salle, pouvez-vous m’expliquer ? », commente Marie Thérèse Hourez-Ledrole.

Le maire répond tout de go : « J’autorise uniquement, jusqu’à la réalisation des travaux durant l’été 2022, des manifestations de la ville et avec la présence d’agents municipaux. Cette salle reste ouverte sous ma responsabilité (pénale). Nous ne pouvons pas faire les travaux avant, car elle est aussi le réfectoire pour l’école ».

« Nous avons entamé les travaux avec la porte coupe-feu », précise Marie-Thérèse Ledrole. Pour autant, il demeure « les travaux de désenfumage en lien avec les nouvelles normes liées aux ERP (Etablissement Recevant du Public). C’est un coût de 100 000 euros, et nous votons aujourd’hui un dépôt pour un dossier DSIL/DETR auprès du Sous-Préfet de Valenciennes », ajoute l’édile de Marly.

Plus globalement, le maire explique, en amont du Conseil municipal, la reprise du Plan d’Accessibilité pour les Personnes en situation de handicap. « Il a été interrompu depuis 2017. Nous avons remis un budget en 2021, mais également en 2022. Toutefois, l’Etat est plus ferme avec les entreprises, car il sait que les communes ne pourront jamais tout faire en même temps en terme d’accessibilité ».

Nouveau contrat avec AGEVAL

Dès l’arrivée aux manettes de la nouvelle majorité, la présence très importante de contractuelles dans le domaine de l’entretien a été revue et corrigée. L’effectif est passé de 80 agents à une vingtaine. « Nous avions énormément d’absences et arrêts chaque jour, et par suite une désorganisation du travail. Aujourd’hui, nous avons pu reclasser ces personnes chez AGEVAL (association insertion), API, Lucie Services… », commente le maire.

Cette délibération octroie un nouveau marché pour AGEVAL, celui du nettoyage des salles de sport, prestation précédemment assurée par un autre prestataire.

Avenue Barbusse

Gros projet de ce mandat, la rénovation lourde de l’Avenue Barbusse constitue un enjeu central pour la majorité en place. « A ce stade, les études sont réalisées par Valenciennes Métropole. Les travaux, à notre demande, vont démarrer par l’Avenue de Verdun sur Valenciennes. Cela nous permet de travailler en même temps sur le projet de rénovation de la Place Gabriel Peri. Ce sera une révolution pour les entrées nord et sud de Marly», explique Jean-Noël Verfaillie.

Ensuite, la rénovation des trottoirs, où sur certains secteurs elles sont non conformes, implique une campagne « de préemption afin de créer des poches de stationnement. On profite de certaines opportunités », précise-t-il.

ANRU 2

Une question orale sur le NPNRU dans le secteur de La Briquette/Marly aborde le peuplement du dit quartier. Marie-Thérèse Ledrole demande quelle sera la politique de relogement « dans le quartier comme promis aux habitants ».

« Le relogement est assez lent, mais nous avançons. Ensuite, nous visons une mixité sociale dans ce quartier afin d’éviter 100 % de logement social. C’est l’esprit du NPNRU, ou ANRU2, lancé à l’époque (Manuel Valls). Après cette initiative d’accession à la propriété, voire d’accession sociale à la propriété, nous serons encore à 78% de logements sociaux dans le quartier La Briquette », explique le maire.

Sur le dit quartier, le maire rappelle « que le CFA/BTP a obtenu son financement par la Région Hauts-de-France pour un montant de 9,6 millions. L’objectif d’ouverture demeure pour septembre 2024 ».

Plus de chauffage pour les boulistes

Les membres du club de pétanque monte au créneau face à la décision du maire de la commune concernant la fermeture du chauffage sur la partie pistes. Ils étaient venus massivement devant la salle du Conseil municipal, dans le calme, afin de faire entendre leur voix. La réponse du Premier magistrat est sans concessions :  « Le chauffage est maintenu dans le Club-House et les parties communes. Par contre, on ne peut plus dépenser 40 000 euros de chauffage gaz à l’année pour des pistes. 40 000 euros annuel pour chauffer un hangar n’a rien d’écologique, c’est une hérésie et une question de sobriété énergétique. Je ne reviendrai pas sur cette décision. Vous savez que le terrain a été vendu. Nous avons fait plusieurs propositions pour un autre emplacement. Nous travaillons sur ce sujet ».

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires